Votre mot de passe vous sera envoyé.

Après la célébration, le 20 octobre dernier à Ouagadougou, des 20 ans de l’UEMOA par les Chefs d’Etat, le représentant résident de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) au Niger, M. Serigne Mbacké Sougou, a présidé mercredi dernier à l’hôtel Ténéré de Niamey, une cérémonie relative à ce même 20ème anniversaire.
Cette cérémonie a été couplée à la réunion de suivi des projets et programmes de l’UEMOA. Il a été notamment question que les coordonnateurs ou les représentants de cette institution fassent le point, à partir du 1er septembre jusqu’au 24 novembre 2014, sur l’état d’exécution technique et financière des programmes et projets de l’UEMOA au Niger.
Un point de presse sur l’évolution du processus d’intégration de l’UEMOA au Niger a aussi été animé par le représentant résident de l’UEMOA. Au terme de cette cérémonie, les participants ont édifiés sur les chantiers de l’UEMOA dans les Etats membres et notamment au Niger.
Les directeurs généraux des différentes composantes des institutions, les cadres de la Commission de l’UEMOA ont pris part à ces activités.

Dans son mot introductif, le directeur général des Réformes, M. Serigne Mbacke Sougou, a exprimé, au nom du président de la Commission de l’UEMOA, M. Cheikhe Hadjibou Soumaré, et de l’ensemble des membres de la Commission, ainsi qu’à son nom propre, sa gratitude à l’endroit des autorités de la République du Niger, en particulier à l’endroit de SEM. le Président de la République, ainsi qu’à l’ensemble du Gouvernement pour leur appui constant au processus d’intégration.
 »Nous apprécions les mesures que vous avez prises au plan institutionnel pour renforcer la coordination du suivi des questions d’intégration. C’est le lieu pour moi de magnifier la collaboration entre le Bureau de Représentation et vos services dont l’appui ne nous fait défaut », a-t-il affirmé.
M. Serigne Mbacké Sougou a rappelé que c’est le 10 janvier 1994 que les Chefs d’Etat et de Gouvernement du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo avaient signé à Dakar le traité portant création de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Le Président de Guinée Bissau leur emboîtera le pas le 02 mai 1997. Huit (08) Etats de l’Afrique de l’Ouest décidèrent ainsi d’étendre et d’approfondir leur solidarité par l’appartenance à une même zone monétaire (UMOA), en vue de la convergence macroéconomique, de la construction d’un marché commun, de l’harmonisation des législations et de la coordination des politiques sectorielles.
M. Serigne Mbacké Sougou a soutenu qu’en vingt ans, l’UEMOA s’est progressivement construite en se dotant de politiques et programmes dans l’ensemble des Etats membres, ainsi que de projets concrets au bénéfice des populations. Sur ce socle de solidarité entre les peuples et de complémentarité des économies, l’UEMOA a bâti des chantiers importants de l’intégration ainsi qu’une architecture institutionnelle fonctionnelle qui ont permis à l’Union d’être considérée comme un modèle réussi d’intégration en Afrique.
Ainsi, ce sont quarante (44) projets et programmes que le bureau de la représentation de la Commission de l’UEMOA suit au Niger, pour un financement global de plus de 53 milliards de FCFA. M. Serigne Mbacké Sougou a indiqué que lesdits projets et programmes s’insèrent parfaitement dans le Programme de Développement Economique et Social (PDES) 2012-2015 par leur contribution aux axes stratégiques 2, 3, 4 et 5. Il a déclaré que l’UEMOA va veiller à ce que toutes les conventions passées avec les maîtres d’ouvrage délégués soient contresignées par le ministre des Finances pour permettre leur prise en compte dans la loi des finances.
A ces interventions, viennent s’ajouter d’autres financements récemment acquis lors de la conférence sur les opportunités d’investissement dans l’espace UEMOA, tenue à Dubaï le 9 septembre 2014, en présence des Chefs d’Etat des pays membres. A cet effet, le Niger bénéficiera notamment de la construction d’une centrale thermique de charbon à Salkadamna de 200 MW, d’un coût global d’environ 400 milliards de FCFA ; d’un projet de vulgarisation du gaz butane dans la sous-région d’un coût estimé à 6.5 milliards FCFA ; et d’un projet de fabrication de briquettes de charbon d’un coût avoisinant 8 milliards de FCFA. En dehors de ces projets spécifiques au Niger, le pays bénéficie également de programmes communautaires pour lesquels les investisseurs à Dubaï ont pris des engagements fermes. Il s’agit du programme d’aménagement de 8000 ha pour une enveloppe de 45. 360.824,74 dollars US.
 »Pour accélérer la mise en œuvre des projets et programmes, je sais que des efforts doivent être faits par la Commission en ce qui concerne la célérité dans les procédures. A cet égard, je puis vous dire que la Commission est en train de mettre en place un nouveau dispositif visant la simplification des règles, particulièrement en ce qui concerne la délivrance des Avis de Non Objection », a expliqué M. Serigne Mbacke Sougou.Samira Sabou