Votre mot de passe vous sera envoyé.

LE PRESIDENT
A
Monsieur le Secrétaire Général du MNSD- NASSARA

Objet : réponse à votre lettre
Réf : V/ lettre n°03 /MNSD-NASSARA/SG

Monsieur le Secrétaire Général,
Par lettre n° 03/MNSD-NASSARA/SG du 28 octobre 2014, vous me rappeliez la décision rendue dans le cadre du jugement civil n° 430/14 du 03/09/2014.
Toutefois, je me dois de vous faire remarquer que vous faites une lecture à la fois partielle, partiale et tendancieuse de cette décision qui comporte un certain nombre de dispositifs.
En effet, vous n’en retenez qu’un aspect parmi tant d’autres : le dispositif relatif à l’annulation de la décision d’exclusion vous concernant.
Or, par ce jugement, le juge a également rejeté :
1. votre demande tendant à dire que seule la décision du Bureau Politique National du MNSD du 25 juillet 2013 est susceptible d’engager le parti ;
2. votre demande tendant à dire que la réunion du Bureau Politique National (BPN) du 12 Août 2013 est nulle et de nul effet ;
3. vos demandes relatives à la modification des membres du BPN et à l’adhésion du MNSD NASSARA à une nouvelle alliance.
A l’évidence, une lecture attentive de tous ces dispositifs du jugement vous aurait permis de comprendre que vous ne pouvez continuer à vous prévaloir impunément de la réunion du Bureau Politique National du 25/07/2013 et rejeter celle du 12/08/2013.
En restant dans cette posture, vous montrez comme vous l’avez toujours fait depuis que vous avez rejoint le pouvoir en place, en violation flagrante des dispositions légales portant charte des partis politiques et statut de l’opposition, que les décisions de justice ne sont applicables que lorsque cela vous arrange.
Aussi, il ya lieu de relever qu’une décision de justice ne se morcelle pas et dans le cours normal des choses, c’est à vous et à vos commanditaires qu’il faut appliquer l’article 196-1 du code pénal, dernière trouvaille en date de vos maîtres pour régler les comptes des opposants ; ceci montre clairement la logique qui a toujours été la vôtre et surtout, les traces que vous suivez.
Par ailleurs, vous vous présentez comme respectueux du droit en invoquant pêle-mêle des dispositions des textes fondamentaux du Parti que vous violez allègrement avec la bienveillante protection de vos maîtres qui mettent à votre disposition espèces sonnantes et trébuchantes, des postes de nomination à proposer aux militants du parti en échange du soutien à votre action de sape du parti, des marchés publics distribués comme des cacahuètes et toutes sortes de passe-droits.
Avec les moyens de l’Etat, vous êtes entrain d’organiser sans autorisation ni concertation avec les organes et structures habilités du Parti , des meetings trompe-l’œil qui rappellent au mauvais souvenir des nigériens des méthodes surannées qui ont eu pour effet de donner un faux espoir qui a fini par emporter ceux qui jouaient à ce jeu, tant les nigériens ont l’esprit mature pour se laisser berner.
Cependant, malgré les multiples sollicitations dont ils sont l’objet, les membres du Bureau Politique National, conscients de l’enjeu pour le Parti et pour la démocratie tout court, ont, dans leur écrasante majorité refusé la compromission tant est évidente, la manœuvre du pouvoir en place décidé à vous utiliser contre le parti qui vous a tout donné, pour faire main basse sur le MNSD NASSARA ou à défaut le déstabiliser par des méthodes déloyales.
S’agissant de vos récriminations tendant à réduire les questions du Parti à une dimension par trop personnalisée en m’attribuant des sentiments de haine et/ou des comportements qui sont loin d’être les miens , je me dois de relever que, faute d’arguments, c’est vous qui ramenez le débat à une échelle de bas niveau. Au regard des actes posés par les uns et les autres, personne ne peut se tromper sur qui joue au « dilatoire et à la diversion » pour employer vos propres expressions. Le dernier acte que vous venez de signer, a consisté à utiliser votre proximité avec le pouvoir, pour faire antidater une lettre de demande du palais des sports que vous vous empressez de payer dans le dessein évident de saboter la tenue du congrès du Parti.
Concernant la question des sections que vous évoquez, je rappelle à votre souvenir la correspondance en date du 04/08/2010 que vous avez écrite de vos propres mains et à travers laquelle vous écriviez au paragraphe 2 : «Aussi, en cas d’élection de ma modeste personne à ce poste, je m’engage à renoncer à celui du Président de la section de Tahoua en faveur du Vice – Président qui sera retenu par ladite section pour éviter tout cumul ». Par conséquent, vous ne pouvez ignorer que vous n’êtes pas le Président de la section de Tahoua (à toutes fins utiles, vous pourrez lire ladite correspondance dont nous joignons copie à la présente lettre).
De même, les autres sections sont dirigées soit par des personnes élues soit par des intérimaires désignées après qu’aient été sanctionnés les titulaires conformément à nos textes fondamentaux. C’est pourquoi, nous vous recommandons de bien lire le paragraphe 3 de la page 14 de l’ordonnance du jugement civil n° 430 du 03 septembre 2014 pour bien admettre « qu’un membre d’un organe qui n’est pas national (Bureau du comité de base, Bureau de la coordination villageoise ou de quartier urbain, Bureau de la sous-section, Bureau de la coordination départementale et Bureau de la section) peut se voir infliger toutes les sanctions y compris l’exclusion par le bureau de cet organe ».
Pour le reste, un Secrétaire Général qui n’a jamais osé lire une simple déclaration du Parti avant de faire volte face et entrer au Gouvernement contre l’avis de son parti qui est à l’opposition, n’est certainement pas qualifié pour donner des leçons ni prétendre travailler pour la grandeur du Parti.
Dans tous les cas, il apparaît clairement pour tous, que pour le régime en place, vous jouez le rôle d’un simple prestataire de services politiques rémunéré pour entretenir l’agitation et la confusion dans le Parti au gré des intérêts et des desideratas des ténors du régime. Ce faisant, le régime de la 7eme République croit se mettre en « pôle position » pour renouveler son mandat par la tricherie et le travestissement des règles du jeu démocratique.
Vous aurez donc compris que le MNSD NASSARA dont le modèle de fonctionnement est basé sur la démocratie de la base au sommet, est loin d’être un modèle oligarchique encore moins autocratique, ses décisions étant librement prises à l’occasion des réunions du Bureau Politique National, comme vous le savez du reste.
Au nom du Bureau Politique National, je me dois d’attirer votre attention sur le fait que par votre comportement vous êtes entrain de ramer à contrecourant des intérêts du Parti.
Aussi, nous vous demandons de vous inscrire dans le cadre d’une démarche légaliste en respectant le jugement civil n° 430 du 03 Septembre 2014 qui vous astreint à ne pas réclamer « le beurre et l’argent du beurre » c’est-à-dire d’être avec le pouvoir en place et réclamer une place à l’opposition.
Nous espérons que vous allez faire le bon choix en démissionnant du Gouvernement pour assumer vos responsabilités de Secrétaire Général d’un Parti qui est à l’opposition, et travailler à proposer, dans le cadre d’un jeu démocratique ouvert, les solutions à même de prendre en compte les aspirations légitimes du Peuple nigérien à de meilleures conditions de vie.
Dans le cas contraire, le Bureau Politique National prendra à votre encontre, les mesures disciplinaires qui s’imposent conformément aux textes fondamentaux du Parti.
Veuillez agréer Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de mes salutations militantes.

SEYNI OUMAROU