Votre mot de passe vous sera envoyé.

Excellence,

Avant de vous livrer mon message, je voudrais tout d’abord décliner mon identité. Je suis une des victimes de votre politique anti sociale quand vous étiez tout puissant premier ministre dans les années 94. Etudiants à l’Université Abdou Moumouni Dioffo, vous nous avez privé de nos droits. Vous nous avez abandonné et humilié en remettant en cause les acquis que la conférence nationale souveraine avait accordés aux étudiants. Il nous arrivait a plusieurs reprises face a vos répressions policières en dépit des franchises universitaires de nous refugier dans des mosquées. Et cette génération sacrifiée n’a eu des raisons d’espérer qu’avec le régime actuel qui nous a massivement recruté dans la fonction publique nous sauvant ainsi des privations et du désespoir que vous avez programmé pour les enfants des pauvres.

Ceci dit, je voudrais vous dire que j’observe sans surprise l’énergie que vous êtes en train de déployer pour créer le chaos dans le pays comme vous l’avez fait sous la cohabitation avec Mahamane Ousmane.

Excellence, en tant qu’homme politique, il faut savoir incarner l’homme d’Etat. Vous venez d’innover les mœurs politiques au plan mondial car à ce que je sache nulle part au monde n’existe une situation comme celle de l’Assemblée nationale du Niger ou le président de l’Assemblée est un minoritaire. Vous n’êtes pas en cohabitation et c’est librement que vous avez décidé de quitter la majorité. Mais vous êtes lâchement en train de profiter du silence des textes fondamentaux pour vous entêter en vous accrochant sans tenir compte des intérêts du pays. Apparemment, Excellence, dans votre philosophie de la vie le bon sens n’est pas la chose la mieux partagée.

Excellence, il n’y a aucun doute que votre adversaire d’en face aurait tiré les conséquences de la situation ainsi créée s’il se trouvait a votre place. Les Nigériens comprennent bien maintenant l’inquiétude des Ladan Tchiana lorsqu’ils exigeaient votre démission avant de rendre le tablier.

Excellence, si vous voulez grandir politiquement, ayez l’humilité d’apprendre même de vos adversaires. Le président Issoufou a séduit le peuple nigérien avec des valeurs comme le courage, le respect de l’engagement, le sérieux et la rigueur dans l’opposition. Souvenez-vous, Excellence, quand Mahamane Ousmane et vous-même aviez choisi la fuite et l’exil en réponse au mandat d’arrêt de Tandja seul Issoufou a osé braver ce dictateur en puissance. Et en son temps, c’est Garba Lompo, ministre de la justice de Tandja qui confia a un journaliste le désarroi du pouvoir tazartchiste qui ne savait que faire entre arrêter Issoufou ou le laisser en liberté.

Mais vous, Excellence, toute honte bue, on vous a entendu sur RFI vous lamentez que si vous rentrez au Niger Tandja allait vous tuer sans autre forme de procès.

Excellence, non content d’avoir causé assez de torts ( affaire Zakai et bien d’autres chantages) au président Issoufou quand vous étiez son allié, aujourd’hui vous avez choisi de descendre très bas jusqu’à tenir des propos indignes d’un homme de votre rang. Il faut être digne pour charmer le peuple car celui-ci est comme une femme. Pour le séduire il faut avoir les qualités d’un male alpha c’est à dire être un gentleman, incarner les valeurs du male dominant a l’image du lion. C’est ainsi que votre target se sentira en sécurité. Mais si vous vous comportez comme un petit garçon qui voudrait se prouver les choses, flippant, vous faites fuir la femme que vous voulez séduire car pour sa protection et sa sécurité, elle a besoin d’un homme pas d’un enfant. En d’autres termes, en vous accrochant à ce poste du PAN, vous ne pouvez convaincre même pas certains de vos alliés et militants de votre sérieux et de l’engagement à conquérir le pouvoir. Vous ne pouvez vouloir à la fois le beurre et l’argent du beurre.

Excellence, vous êtes l’inventeur de la tristement célèbre théorie politique au Niger de la ‘’coquille vide’’. Il faut savoir que la vie est ainsi faite : tantôt les coquilles sont vides tantôt elles sont pleines. Vous ne pouvez pas réinventer la roue en voulant que les coquilles soient pleines éternellement pour vous et vides pour les autres. C’était très maladroit de quitter une alliance avec des arguments aussi alimentaires que farfelues de ce genre.

Excellence, dans votre dernier discours vous demandez à Dieu de maudire pour l’éternité l’auteur du tir de votre domicile. Soit. C’est votre plein droit. Mais êtes-vous demandé seulement si tous ceux à qui vous avez fait du mal vous maudissaient de la sorte ? Avez-vous oublié en tant qu’homme politique tous les actes et torts causés par vous contre les honnêtes citoyens ? Avez-vous oublié entre autres que vous étiez à la base du divorce d’un couple pour avoir fornique dans le domicile conjugal de ce dernier ? Et non content d’avoir commis votre crime, vous avez tabassé presque a mort le mari de cette femme. Il faut juste apprendre à pardonner quand on aime Dieu et son prophète car Allah sait tout et Il est juste. Faites preuve de la maturité et de la clairvoyance si vous voulez être un homme d’Etat.

Excellence, si vous êtes conséquent et logique avec vous-même, ne donnez pas a vos adversaires les arguments de dire que vous les avez bloqué dans la réalisation de leur programme. Si vous croyez que l’alternance est possible comme eux ils ont cru alors constituez-vous en une force alternative, une opposition sans complaisance.

Excellence, vous aspirez un jour à gouverner le pays au sommet. Il faut être positif. Il serait souhaitable que les hommes politiques considèrent l’intérêt général car malgré les querelles politiques ‘’les hommes passent quels qu’ils soient mais le pays reste et demeure et c’est le pays qu’il faut considérer’’.

Excellence, avant de boucler cette missive, permettez-moi de vous dire ceci : le leadership n’est que sacrifice. Plus votre sacrifice est grand plus vous serez élevé. Et l’histoire nous enseigne que les grands hommes savent oublier leurs petites personnes pour œuvrer à la réalisation du destin collectif. On ne peut pas être un grand leader et être egocentrique a la fois. Je vous dis en toute franchise que vous ne pouvez pas accéder aux fonctions de chef d’Etat si vous continuez à avoir un rapport scandaleux avec le pouvoir. Autrement dit, s’accrocher a un poste par tous les moyens et dans les conditions actuelles c’est vraiment chercher le pouvoir pour le pouvoir. Si vous pensez que la politique c’est comme les arts martiaux alors vous m’en direz les nouvelles comme dirait l’autre.

Tiemago Bizo