Votre mot de passe vous sera envoyé.

congreslumanaL’ancien président du parlement nigérien en fuite, M. Hama Amadou s’est adressé depuis son exil dore a Paris aux membres de son parti a l’occasion du 2eme congres ordinaire du FA-Lumana tenu le weekend dernier a Niamey.

Comme a son habitude et sans surprise, il a balaye d’un revers de la main toutes les réalisations du régime actuel ( alors même que pendant au moins 2 ans, son parti et lui participait a la gestion du pouvoir), se posant en chantre de la bonne gouvernance, de la démocratique ., des droits des hommes, des libertés individuelles et collectives, de l’indépendance de la justice et de la presse. On se croirait rêver d’entendre cet homme politique faire l’éloge de la justice, de la presse et de l’égalité des citoyens devant la loi et leur égalité de chance, lui qui a été toute sa carrière politique un réactionnaire. Car pendant tout son règne récent et passe M. Hama Amadou avait piétiné la justice, instaure le clientélisme et l’affairisme au sommet de l’état, transformant le Trésor National en caverne d’Ali Baba pour ses partisans. Ceux qui connaissent Hama Amadou, disent qu’il déchirait pendant le régime d’exception, les décisions de justice qui ne lui étaient pas favorables.

Pendant qu’il était premier ministre de 2000 a 2007, M. Hama Amadou avait érigé l’injustice en mode de gouvernance, enfermant étudiants, militaires, juges, hommes politiques, et tous ceux qui ne regardaient pas dans la même direction que lui. Les journalistes nigériens étaient humilies, menaces et terrorises comme jamais. Bref, il n’avait que du mépris pour la justice, la presse, la démocratie et les droits de l’homme, se croyant au dessus de la loi et du commun des nigériens. L’opinion publique nationale et internationale se souviennent encore du tandem-Hama-Maty. “Ils s’arrangeaient de fois pour t’arrêter un Vendredi. Et comme c’est le début du weekend, chacun disparaissait, te condamnait ainsi a rester en prison pour au moins 2 jours” se souvient encore un membre de la société civile nigérienne. L’ancien député nationale, M. Sanoussi Tambari Jackou avait accuse les deux personnalités d’avoir incarcéré sans raison valable quelque 400 personnes innocentes.

C’est Hama Amadou ou le chaos

En terme de bilan socio-économique, d’amélioration des conditions des vies des nigériens, et du fameux Indice de Développement Humain (IDH), devenu son cheval de bataille, nous venons de découvrir  qu’au moment ou une motion de censure renversait en 2007 le gouvernement de Hama Amadou, le Niger occupait la 182eme sur 182 pays en matière IDH.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Variations_de_l%27IDH_depuis_1975 ). C’est dire qu’en 7 ans de gestion du pouvoir, Hama Amadou n’avait pas vraiment amélioré les conditions de vie des nigériens. En 2006, le premier ministre qu’il était, avait publiquement rejeté au cours d’une conférence de presse le rapport mondial du PNUD qui plaçait le Niger au rang du dernier pays de la planète (177ème/177), tout en promettant de dégager une enveloppe 660 millions de FCFA pour corriger les données statistiques de notre pays. « Il y a des pays qui ne sont même pas classés, donc le Niger n’est pas dernier, surtout quand on sait qu’il est classé 177ème sur la base des données de 2001, détenues par le PNUD et non confrontées à celles de l’État nigérien », avait–il alors affirme, expliquant a l’époque que les données utilisées par le PNUD  sur “la pauvreté datent de 1990”.

(http://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/287-le-niger-va-corriger-ses-faiblesses-dans-le-domaine-des-statistiques ).

Contrairement a ce qu’il prétend, l’ancien président de l’Assemblée Nationale n’a pas de solutions miracles pour le Niger. Son discours a l’occasion de ce congres est donc une imposture, une véritable escroquerie politique destinée a tromper le peuple nigérien : le leader du FA-Lumana n’a jamais cru aux grands principes démocratiques et a la bonne gouvernance. Alors qu’on attendait de lui qu’il fasse son mea culpa et demande pardon au peuple pour tous ces errements, Hama Amadou a encore choisi la fuite en avant.Tous ceux qui pensaient que le séjour a la prison civile de Koutoukale ou l’affaire des bébés importes du Nigeria ont transforme Hama Amadou dans le bon sens, sa perception des nigériens, de la démocratie, de l’indépendance de la justice et de la liberté de la presse, se sont trompes énormément. L’homme persiste et signe a croire qu’il est la seule personne capable de diriger le Niger et continue a vivre dans l’illusion la plus totale malgré l’étau qui se resserre autour de lui. Pour Hama Amadou le Niger va toujours mal et la démocratie en danger tant qu’il n’est pas aux commandes de l’Etat et c’est toujours lui ou le chaos.

Tarayya Amérique (Section PNDS-USA)