Votre mot de passe vous sera envoyé.

albade1

 

Le 29 novembre 2014, fut un samedi noir pour Albadé Abouba et ses autres sbires politiques qui ont connu un véritable revers dans la mobilisation des militants pour leur soit disant congrès. En effet, ce jour qui a connu l’organisation parallèle de deux congrès pour le contrôle du parti, a été pour le sieur Albadé Abouba et ses autres griots politiques, une débâcle politique.

Avec cette messe de la honte des Albadé et autres, les Nigériens sont désormais témoins de l’échec de leur tentative de « gurisation » du MNSD –Nassara. Un véritable camouflet et une humiliation politique pour ces dissidents et mercenaires politiques aux intestins fragiles. Pour beaucoup d’observateurs politiques, le congrès organisé par Albadé et autres, était la manifestation du ridicule, de l’aberration et une insulte pour notre démocratie qui est née justement un 29 juillet 1991 dans cette salle du Palais des sports devenu palais du 29 juillet.

Pour dire que, au delà du MNSD–Nassara, Albadé et ses camarades mercenaires politiques étaient avec leur soit disant congrès dans une logique d’enterrement du MNSD dans la salle du palais du 29 juillet, chose que les forces dites démocratiques à l’époque, aujourd’hui staliniennes, avaient essayée, sans succès,  avec  hargne et rage pendant la conférence nationale. Les masques sont désormais tombés. Car tous les Nigériens sont aujourd’hui enseignés et  édifiés sur l’objectif visé par Albadé, Wassalké, Alma Oumarou et Ada Chéfou, objectif qui est de  fragiliser le parti et casser l’ardeur des militants  au profit d’un second mandat de Mahamadou Issoufou.

Comme si, ceux du MNDS original, eux, ne méritent pas d’être président de la République  au Niger. Mais, comme Dieu est toujours avec la vérité, ils ont lamentablement échoué  dans leurs desseins inavoués de concassage du MNSD et de conduire, leur gourou à  une  schizophrénie politique digne du temps de Hitler. En tout état de cause, le seul enseignement qu’il faut tirer de cette rencontre de la honte est que le président de la  République comprend désormais que ceux qui le trompent ne sont plus que l’ombre d’eux mêmes, c’est-à-dire, ils ne font même pas le poids d’une mouche.

Car, ils avaient misé sur les militants du PNDS et la « location » de certains ressortissants des pays voisins pour remplir la salle.

Norbert