Votre mot de passe vous sera envoyé.

Issou_Defile_Dosso

Les festivités commémoratives du 56ème anniversaire de la République organisées à Dosso  ont atteint leur point d’orgue,  le 18 décembre avec le grand défilé civil et militaire qui s’est déroulé à la tribune officielle de Dosso devant le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou en présence de plusieurs autres personnalités

dont le Premier  ministre Brigi Rafini, le premier vice président de l’Assemblée nationale, l’ancien chef d’Etat le général de corps d’armée Salou Djibo, les députés nationaux, les membres du gouvernement, ceux du corps diplomatique, les autorités coutumières auxquels s’est joint le public.
Des quatre coins du pays et des pays amis, des délégations ont afflué à la tribune officielle de Dosso, entièrement reconstruite dans le cadre du programme que le Président de la République Issoufou Mahamadou a initié au profit de la ville. Malgré le dispositif de sécurité trop  dissuasif mis en place, le public a tenu à  accéder au lieu pour suivre le défilé civil et militaire, ce grand moment de la célébration de la fête de la République.  C’est à bord d’une Jeep militaire, en compagnie du  Chef d’Etat Major des Armées le général de division Seyni Garba, que le Président de la République est arrivé à la tribune officielle aux environs de 10h10mn sous les acclamations du public. Après la traditionnelle Fatiha pour implorer la bénédiction d’Allah, et l’exécution de l’hymne national, le Chef de l’Etat a  procédé à la décoration de plusieurs personnalités pour service rendu à la République.
Il s’agit de l’ancien secrétaire général de l’USTN feu Abdou Maïgandi,  qui a été fait commandeur de l’ordre de mérite du Niger à titre posthume. Le Directeur Général de l’architecture et de la construction au ministère de l’urbanisme et du logement qui a supervisé les chantiers initiés dans le cadre de Dosso Sogha a été quant à lui fait officier de l’ordre   national de mérite du Niger. Hajia Maimouna Maidanda Djermakoye membre de la Congafen a été décorée de la médaille de chevalier de l’ordre national du Niger. Le Directeur Général de Satom Niger M Georges ALE à été décoré de la médaille de commandeur de l’ordre de mérite du Niger pour l’exécution dans les règles de l’art des travaux  des routes et des voiries dans le cadre de Dosso Sogha. M Mahamadou Idi Kadri le patron de Mica entreprise a été élevé au grade d’officier de l’ordre de mérite du Niger pour le sérieux et le professionnalisme dont son entreprise a fait montre dans l’exécution d’une partie de la construction de la cité du 18 décembre à Dosso.  Le directeur général de Satu SA M Abdou Ousmane a été fait officier de l’ordre de mérite du Niger, par le Président de la République pour son initiative de construction des logements sociaux.
Après ce cérémonial, les femmes de Lougou, localité qui a fait date dans la résistance coloniale avec à l’époque Saraounia Mangou ont ouvert le défilé civil. Ces femmes ont marché pendant 10 jours pour joindre  Dosso afin de transmettre un message de la Saraounia Al Jimma  en ce jour anniversaire de la proclamation de la République.  Le message qui commence par un vœu de bonne fête, est un appel à l’unité, à la compréhension afin de défendre efficacement le Niger et de préserver la paix.  Un message auquel l’actualité donne toute son importance. Ensuite la procession des ressortissants des pays membres de la CEDEAO résidant à Dosso est passée devant la tribune, suivie d’animateurs du festival  d’intégration Sukabé.
Le défilé civil s’est poursuivi avec le passage des huit délégations régionales qui ont pris part aux festivités de la célébration du 56ème anniversaire de la proclamation de la République. La délégation d’Agadez suivie, respectivement de Diffa, Maradi, Niamey, Tahoua, Tillabery, Zinder, et Dosso la région hôte ont défilé avec des démonstrations pour chacune des régions de sa spécificité. Les services techniques publics de la région de Dosso étaient également de la partie.  Deux prototype de véhicules «100% électrique, non polluant », conçu par le groupe Bolloré ont fait leur passage pour montrer au public cette technologie dont les avantages sont vantés. Les cavaliers de la cour du Sultan de Dosso avec leurs montures richement harnachées on clôturé le défilé civil.
Place fut faite aux Forces de défense et de sécurité (FDS) de la République du Niger pour leur passage, en couleur et au rythme de la fanfare de la garde nationale.  Elles avaient à leur côté leurs frères d’arme du Burkina Faso, du Benin, du Togo et de la France pour fêter la République. Des détachements venus de ces pays ont aussi défilé. Après eux, toujours au son de la fanfare, les différentes composantes des FDS du Niger, dans leurs diversités, ces hommes et ces femmes au service de la Nation ont défilé. A pied avec des pas dont eux seuls ont le secret et la maitrise, à motos avec des démonstrations spectaculaires, en voiture, à dos de chevaux, de chameaux, ils ont défilé sous les regards du Chef suprême des armées le Président de la République Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, et de leur patron hiérarchique, le chef d’Etat major  le général de division Seyni Garba.
Le  défilé se passait aussi dans les airs avec les avions qui survolaient la tribune à basse.  L’armée de l’air a fait montre de sa capacité avec des  avions de chasse et de reconnaissance dont le vrombissement déchirait le ciel juste au dessus de la tribune officielle. Mais l’armée de terre, avec ses spécificités et spécialités, et les autres composantes des FDS notamment les services des Eaux et Forêts, la Police nationale, la Douane, la Garde nationale du Niger, la Gendarmerie nationale, dans leur diversité et avec aussi leurs spécificités et spécialités,  dont des  « échantillons » ont fait  aussi  étalage des moyens d’exécution de leurs missions.  Le public a pu voir les engins, les armes de toutes les catégories, la logistique, … qui servent aux vaillantes forces de défense et de sécurité de moyens pour accomplir leurs exaltantes, mais délicates, et souvent périlleuses missions. Un long moment de démonstration, fortement  applaudi par le public.
 Souley Moutari, envoyé spécial