Votre mot de passe vous sera envoyé.

 

Les historiens enseignent dans l’analyse de chaque conflit de considérer les causes lointaines et immédiates. C’est une précaution qui a pour avantage de vous donner une vision holistique du problème. Ceci dit, dans la polémique engendrée dans le pourrissement de la situation du MNSD, l’ancien baron de ce parti échappe aux maillons des analystes. Pourtant, le rôle qu’il a joué a l’occasion de son tristement célèbre tazartche n’est pas innocent a la situation actuelle de ce grand parti. J’affirme et je soutiens que Tanja a joué le rôle le plus déterminant dans l’éclatement du MNSD. Je dirais même que l’épisode actuelle n’est que le déroulé, l’aboutissement de ce que Tandja, Seyni, Albade et consorts auront programmés. En effet, comme chacun le sait, pour liquider Hama Amadou alors adversaire interne du tazartche, il aura fallu pour Tandja d’inventer le tandem Seyni-Albade. La suite est connue : Hama était envoyé a Koutoukale et Seyni Omar a été promu leader du Mnsd. Et tout le monde le sait également Hama n’a été débarqué de son poste de PM que parce que Tandja l’aura voulu. Toutes les motions de censure de l’opposition d’alors étaient vouées a l’échec. C’est dire que le germe de la division du Mnsd n’a d’autre agent causal que le tazartche. En d’autres termes, Tandja est l’Alpha et l’oméga de cette crise sur toute la ligne. D’ailleurs qu’a fait Tandja précisément pour éviter l’imbroglio actuel? Pas grand chose. Je dirais qu’il a plutôt affiché un profil très bas en tant que icône et sage du Mnsd, écouté et respecté de tous. En dehors des propos malheureux, enregistrés apparemment à son insu, Tandja avait laissé faire. Il a même entretenu un flou artistique laissant croire à chaque aile qu’il est avec elle. Après son audience avec le président Issoufou suite a la levée de son immunité subséquente à sa bourde sur les 400 milliards, on a vu plutôt un Tandja pris de panique. Par la suite ce n’est un secret de polichinelle :  »les mouches » ont accès au vieux à telle enseigne qu’on avait même l’impression que Tandja joue la carte d’Albade. L’un dans l’autre, l’inaction de Tandja est a mon sens une complicité. Et qui plus est, en amont, il a pose la pierre angulaire dans la déconfiture actuelle qui raisonne comme une bombe a retardement. Sarkozy, à la différence de Tandja vient de montrer la voie lorsque les disciples n’arrivent pas à s’entendre.

Aujourd’hui, on a tendance a trop vite accusé le président Issoufou d’être le responsable d’une situation créée par les membres d’une famille politique par et pour eux-mêmes. Issoufou a tout au plus tiré un avantage politique de la situation créée par Tanja et ses apparatchiks. Un leader doit savoir assurer la relève. Tandja a raté le passage à témoin tant pour son successeur au sein du Mnsd qu’au niveau de l’État. Comme on le voit, je n’ai pas besoin de faire un dessein : les actions impensées du président Tandja dans le cadre du tazartche ont enfante le Mnsd hybride d’aujourd’hui. Et je vous laisse méditer les propos de l’Autre du Mnsd d’hier:  »Sai bango ya tsage kadangare ke ratsachi » (c’est à dire il faudrait qu’un mûr soit fissuré pour qu’un lézard le pénètre).

EMS