Votre mot de passe vous sera envoyé.

Hama-Amadou-Omar-Hamidou

La très grosse annonce attendue ce weekend, des partisans de Omar Hamidou dit Ladan Tchiana n’a pas été au rendez-vous. Les partisans de l’ancien sécrétaire général du MODEN Lumana et actuels ministres d’Etat en charge des mines et du développement industriel étaient, en effet, réunis à Niamey pour décider de l’orientation politique à prendre suite à l’éviction de leur leader de son parti.

Au regard de la situation dans laquelle était plongé Ladan Tchiana qui a été exclut de la formation de son ancien mentor Hama Amadou, beaucoup d’observateurs s’attendaient à ce qu’il lance son nouveau parti puisque la décision de son exclusion a été jugée légale par la justice en première instance. A l’époque et bien avant le dernier Congrès du MODEN qui a confirmé cette exclusion et a procédé à son remplacement, les partisans de Ladan Tchiana réunit au sein de la « Convergence Tchiana » avaient fait savoir qu’ils prenaient acte de cette décision. Ils ont parallèlement laissé entendre qu’ils se concerteront par la suite pour prendre la décision qui s’impose. De ce fait, beaucoup attendait de voir la plate-forme « Convergence Tchiana » se muer en parti politique. C’est du reste la voie qui a été prise par d’autres dissidents du MODEN Lumana qui ont créé récemment l’ADN FUSAHA que dirige l’ancien vice-président du parti au cheval ailé Salah Habi et également membre de l’actuel gouvernement.

La concertation n’a finalement débouché que sur une sorte de statu-quo puisqu’à l’issue des discussions, Ladan Tchiana et ses partisans ont décidé de faire appel de la décision de la justice. Autrement dit, pour l’heure, Ladant Tchiana compte se maintenir au sein de Lumana en attendant la fin de la procédure judiciaire.

Trois options s’offraient aux partisans de Ladan Tchiana, lequel selon des sources internes était plus séduit par le lancement d’une nouvelle formation politique. Entre la décision de poursuivre la dissidence en faisant appel de la décision de la justice, celle de créer une nouvelle formation politique ou enfin de rejoindre les rangs du PNDS Tareyya, la première option a remporté l’adhésion des partisans de Ladan Tchiana. Selon des participants à la rencontre du 20 décembre des partisans de Tchiana et qui a été ouverte aux représentants des autres régions, le principal intéressé a été mis en minorité dans sa volonté de créer un nouveau parti. Comme quoi, plusieurs des partisans de Ladan Tchiana veulent encore se maintenir au sein du Moden de Hama Amadou même s’ils appuient l’ancien secrétaire général dans sa décision de soutenir la majorité présidentielle.

De l’avis de plusieurs observateurs, le ministre Omar Hamidou Tchiana s’engage à travers cette voie, dans une impasse au vue du contexte de son éviction de son ancien parti. A plusieurs égards, le parti de Hama Amadou a fait les choses dans le respect des textes du parti, ce qui amenuisent les chances de Ladan Tchiana de trouver une brèche pour se maintenir au sein de Lumana. La première décision de justice tend d’ailleurs à confirmer cette appréciation des faits.

Selon les mêmes sources, certains des hauts cadres qui suivaient jusque-là Omar Hamidou Tchiana dans sa quête d’un leadership politique n’ont pas apprécié l’idée de faire appel et se préparent, d’ores et déjà, à rejoindre le PNDS Tarreyya, estimant que la partie est perdue d’avance.

L’horizon reste donc plein d’incertitudes pour le destin politique de Omar Hamidou Tchiana, à quelques encablures des prochaines élections générales de 2016. Il va lui falloir trouver une alternative crédible afin de pouvoir s’appuyer sur une quelconque base politique et espérer peser sur l’échiquier politique national. C’est aussi ça, le prix de la dissidence même si à ce niveau, force est de constater qu’il n’a pas eu les mêmes faveurs que Albadé Abouba au MNSD et moins encore Abdou Labo au niveau de la CDS Rahama.

Au Moden Lumana, le chef c’est incontestablement Hama Amadou qui est parvenu jusque-là à assurer une certaine cohésion dans les rangs de son parti en dépit de quelques départs assez tonitruants de gros militants que le part espère vite combler en prélude justement aux élections de 2016 .

Actuniger.com