Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est dans un Palais des Congrès archicomble que s’est ouvert ce matin le 3ème congrès ordinaire du parti Rassemblement Social Démocrate (RSD-GASKIYA) sous les auspices de M. Cheiffou Amadou, président dudit parti, en présence des membres du Bureau exécutif national, des délégations régionales, départementales et communales du RSD-Gaskiya, des présidenst et représentants des partis politiques membres de la Mouvance pour le Renaissance du Niger (MRN-majorité au pouvoir), des partis non affiliés et de plusieurs invités. Ce 3ème congrès ordinaire du RSD-GASKIYA qui coïncidé avec le 11ème anniversaire du parti a été célébré sous le signe du combat politique continu.
A l’ouverture de ce 3ème congrès ordinaire du RSD-GASKIYA, le président du parti, M. Cheiffou Amadou s’est dit ému de la participation massive des congressistes à cette assise ordinaire du parti. Cela traduit selon lui, leur engagement, leur loyauté et leur fidélité au RSD-Gaskiya, en dépit de toutes les vicissitudes que ce Parti a connues ces derniers temps tout en remarquant que certains membres de ce parti ont tourné le dos, pour des motifs divers pour aller explorer d’autres horizons. A cet effet, poursuit-il, le parti respecte leurs choix, même s’il déplore cet état de fait qui laisse comprendre aisément que l’idéal est loin d’être le mobile de leur engagement politique. Au demeurant, il reste convaincu que ces anciens militants sont malgré tout, leurs frères, leurs sœurs et leurs amis  »à qui nous souhaitons de réussir là où ils ont décidé de jeter l’ancre » a-t-il avant d’ajouter, « peu importe là où ils se trouvent désormais, pourvu qu’ils mettent leurs expériences et leurs talents au service du Niger et qu’ils sachent que le RSD-Gaskiya que nous avons bâti ensemble, restera à jamais notre maison commune. Elle leur restera donc toujours ouverte à l’instar de leur propre maison familiale. Le jour où ils décideront d’y revenir, ils seront les bienvenus ».

Le président du RSD Gaskiya s’est ensuite attardé sur les objectifs assignés à ce 3ème congrès ordinaire. « Le premier objectif est de nous permettre de nous conformer aux exigences de nos statuts et de la loi régissant le fonctionnement des partis politiques, lesquels nous prescrivent de tenir un congrès selon une fréquence bien définie, celle inscrite dans nos statuts. Sur ce point, nous devons reconnaître humblement que nous avons fauté, puisque le présent congrès se tient avec un certain retard. Pour cela, nous sollicitons votre indulgence et celle des autorités compétentes, persuadés que nous sommes, que vous en connaissez les raisons. Notre 2eme objectif est de procéder à une révision de nos textes fondamentaux. Après onze années d’accumulation d’expériences dans ce monde tumultueux et terriblement changeant, il est devenu impératif de mesurer l’adaptabilité et l’opérationnalité des organes et structures de notre parti afin de procéder aux réajustements nécessaires qui les rendront plus solides, plus fiables et, certainement, plus performants. En un mot, il s’agira de « recharger les batteries », afin de créer les conditions d’une relance saine de notre Parti, de le solidifier davantage et de nous préparer à affronter les prochaines échéances électorales avec le maximum de chance de succès », a-t-il souligné.

Quant au troisième objectif de ces assises, il a indiqué qu’il consiste à faire une analyse critique et objective des quatre années de l’appartenance du parti RSD-GASKIYA à la Mouvance pour la Renaissance du Niger. « Nul n’est besoin de revenir sur les raisons qui ont présidé à la sage décision du RSD-Gaskiya de soutenir le candidat du PNDS-TARAYYA sans marchandage aucun, puis d’adhérer à cette coalition de partis qui, aujourd’hui, dirige le Niger depuis quatre ans. C’est d’abord la similitude de nos idéologies et de nos programmes d’inspiration socialiste renforcées par les affinités personnelles qui, au fil du temps, se sont tissées entre les principaux responsables de nos formations politiques », a à rappeler M. Cheiffou Amadou.

Pour le quatrième objectif de ce Congrès il vise la désignation des membres des autres organes dirigeants du parti, en particulier le Bureau Exécutif National. Abordant le contexte de ce congrès, M. Cheffou Amadou a indiqué que le contexte mondial reste marqué par une généralisation des conflits armés aux conséquences humaines et économiques incalculables. Il a remercié Allah qui a épargné notre pays car le Niger apparaît, de ce fait, comme un havre de paix dans la sous-région avant de saluer au passage les efforts inlassables du Président de la République et des Forces des Défense et de Sécurité pour la préservation de notre sécurité. Il a ainsi saisi cette opportunité pour pour prier Allah, afin qu’il accorde Son paradis éternel aux âmes de nos soldats tombés sur le champ d’honneur, pour présenter ses condoléances émues à leurs parents et amis, à leurs corps respectifs et à l’ensemble du peuple nigérien si éprouvé.

La paix, le besoin de paix et l’espoir de les réaliser à l’aide de la sécurité, du développement et de la bonne gouvernance, a fait remarquer M. Cheiffou Amadou, constituent la direction essentielle du combat politique du RSD-Gaskiya. « Il est, en effet, indispensable de sécuriser tout le vaste espace sahélien, africain et international si l’on veut atteindre un développement harmonieux et durable. A cet égard, nous partageons entièrement la vision de notre Président, S.E.M Issoufou, Mahamadou sur la sécurisation de notre pays. En effet, la sécurité est un concept global, car n’importe qui peut se trouver n’importe où dans le monde d’aujourd’hui. L’insécurité n’ayant pas de frontière, c’est donc l’affaire de tous. Investir pour la sécurité chez d’autres, c’est investir pour soi. La sécurité prime sur la souveraineté », a souligné le président du parti.
Au plan national, le président du RSD-Gaskiya fait remarquer que le Niger est  »un pays toujours en campagne électorale avant la lettre », estimant que cette « fièvre électorale » qui s’amplifie divise chaque jour davantage les Nigériens au lieu de les unir autour de l’essentiel qu’est l’œuvre de construction nationale. Aussi le président du RSD-Gaskiya, s’est-il interrogé sur la prolifération  »des dissidences au cœur de certaines formations politiques, syndicales et même associatives de moindre importance ».  »Il y a là, véritablement, un sujet à méditation pour notre classe politique (…) profondément marquée par une bipolarisation préjudiciable à la stabilité et au développement. C’est ici le lieu de rappeler que nous sommes toujours en transition démocratique, car les promesses de la démocratie ne se réalisent pas en un seul jour », a-t-il indiqué. Pour maintenir et renforcer la stabilité tant nécessaire au développement, il nous faut estime M. Cheffou Amadou, instaurer impérativement un dialogue permanent et fructueux entre tous les partis politiques.  »Cela suppose, a dit le président du RSD- Gaskiya, que nous établissions des règles consensuelles claires que tout le monde accepte et respecte. La première de ces règles est le respect de la Constitution et des lois de la République et la seconde relève de l’éthique selon laquelle nous devons servir le Niger dans le strict respect de ces règles c’est-à-dire de créer les conditions idoines pour de pouvoir gouverner pour les uns et de s’opposer pour les autres dans un climat apaisé et emprunt de courtoisie».

Le président du RSD Gaskiya est ensuite revenu sur les progrès enregistrés par notre pays ces dernières années.  »Notre congrès se tient à un moment où notre pays commence à recueillir les dividendes d’une gouvernance politique et économique tournée vers la recherche du progrès social à travers la mise en œuvre du programme de Renaissance, programme dont les multiples réalisations placent déjà notre pays sur la voie de la relance économique et du progrès » a-t-il déclaré. M. Cheffou Amadou de citer à ce propos un certain nombre de projets structurants en cours de réalisations dont le chemin de fer, la construction des routes, d’écoles et de centres de santé, les centrales de Salkadamna, de Goroubanda et le barrage de Kandadji, l’Initiative 3N, la création d’universités, le renforcement de l’enseignement professionnel, le renforcement de la crédibilité internationale du Niger grâce au leadership du Président de la République, etc.  »C’est dire qu’il y a, dans la marche actuelle de notre pays, des raisons réelles d’espérer. Il ne tient qu’à nous citoyennes et citoyens nigériens, de tout mettre en œuvre pour faire prospérer toutes ces espérances plutôt que de les laisser s’évaporer dans les nuages des illusions », a estimé M. Cheffou Amadou.  »Nous devons pouvoir nous entendre autour d’impératifs communs que nul ne s’autorisera à transgresser. J’ai nommé le respect mutuel, le culte du travail, la sauvegarde de l’unité nationale, la stabilité des institutions, l’affirmation de notre souveraineté », a précisé le président du RSD-Gaskiya.

M. Cheffou Amadou a évoqué pour déplorer  »le mal de notre administration dont une large part des employés ne semble avoir les vertus de la conscience professionnelle éprouvée ».  »Cette situation est devenue si préoccupante que le Président de la République en a fait un des thèmes principaux de son dernier message à la nation », a relevé M. Cheffou Amadou. « C’est là un des principaux problèmes de notre pays, car le nigérien qui est connu pour son sens élevé de l’honneur, de la probité morale, de la dignité et le goût du travail bien fait, semble, aujourd’hui, avoir tourné le dos au travail et à la dignité pour se complaire dans l’oisiveté et la recherche du gain facile. (…). Les nigériens doivent se convaincre, une fois pour toutes, que c’est le travail qui ennoblit l’homme. C’est également le travail qui est la source des’ richesses, facteur de progrès », a indiqué le président du RSD-Gaskiya.

Le président Cheiffou Amadou a enfin appelé les militants de son parti à la mobilisation, pour dit-il le rendre  »plus rassembleur, plus uni, plus fort et plus compétitif », avec en ligne de mire les futures échéances électorales.
Auparavant, le vice président au titre de la région de Niamey, M. Idrissa et le président des jeunes, M. Ataher ont tour à tour dans leurs interventions indiquer que ce congrès est une occasion qui permettra de diagnostiquer les problèmes qui assaillent le parti, d’apporter les reformes nécessaires qui permettront de faire rayonner le parti et d’émanciper les jeunes qui constituent l’épine dorsale du RSD-GASKIYA. Par ailleurs, les leaders et représentants des partis membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger ont tour à tour salué le courage des responsables du BEN RSD-GASKIYA ainsi que leurs militants, pour le combat démocratique qu’ils ont mené durant 11 ans d’existence. Ils les invités à conjuguer leurs efforts pour apporter les reformes nécessaires pour un jeu démocratique apaisé qui gagnera la confiance de tous pour un développement harmonieux de notre pays.

Mamane Abdoulaye