Votre mot de passe vous sera envoyé.

Plus d’une quarantaine de jours après la tenue des deux congrès parallèles du Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA), l’opinion nationale attend toujours l’avis du Ministère de l’Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation, des affaires coutumières et religieuses, auprès  duquel les deux ailes du MNSD-NASSARA ont déposé les conclusions de leurs congrès.

Qu’est-ce qui peut expliquer ce retard pris par le Ministère de Hassoumi Massaoudou pour se prononcer sur la validité de l’un ou l’autre de ces deux congrès du MNSD-NASSARA ? Analyse…

C’est en fin du mois de novembre dernier que les deux congrès parallèles du MNSD-NASSARA se sont tenus à Niamey. Il y avait d’une part celui convoqué par le président du parti Seïni Oumarou et, d’autre part, celui convoqué par le secrétaire général du MNSD-NASSARA Albadé Abouba. La divergence entre les deux responsables du MNSD-NASSARA réside dans le fait que Seïni Oumarou est à l’opposition, dont il en est même le chef de file et qu’Albadé Abouba s’est beaucoup rapproché du pouvoir et occupe même le prestigieux poste de Ministre d’Etat à la Présidence de la République. Chacune de ces deux personnalités du MNSD-NASSARA revendique donc l’appartenance du parti au bloc politique dont elle est le plus proche. C’est dans cette ambiance d’extrême rivalité que les deux congrès ont été organisés et que chaque camp a déposé les conclusions de ses travaux au niveau du Ministère de l’Intérieur, dans l’espoir d’obtenir le quitus qui lui donnera la légitimité sur l’autre. Il est certes vrai que le seul avis du Ministère de l’Intérieur n’est pas suffisant pour l’un ou l’autre camp de disposer définitivement du MNSD-NASSARA, étant donné que le dernier mot appartiendra à la justice. Mais n’importe lequel des camps qui obtiendra le quitus du Ministère de l’Intérieur peut s’en prévaloir pour continuer à agir au nom du MNSD-NASSARA et en faire une pièce maîtresse de son dossier, au cas même où l’autre camp attaque en justice.

On comprend donc toute l’importance de l’avis du Ministère de Massaoudou Hassoumi et tout le questionnement que suscite le retard qu’il a déjà accusé pour tomber. Pourquoi donc le Ministère de l’Intérieur tarde toujours à se prononcer sur le sort des deux congrès organisés par Seïni Oumarou et Albadé Abouba ? Il est clair comme l’eau de roche que le Ministre Hassoumi Massaoudou et ses collaborateurs se sont trouvés face à un dossier d’une complexité indescriptible. Comment pare exemple reconnaître le congrès organisé par Seïni Oumarou sans frustrer, décourager ou même humilier un Albadé Abouba qui passe pour être l’homme qui aurait sauvé le régime du Président Issoufou Mahamadou d’une cohabitation que le même Seïni Oumarou et d’autres leaders politiques voulaient lui imposer ? Comment aussi reconnaître le congrès organisé par Albadé Abouba, sans conforter tous ceux qui, ici ou ailleurs, reprochent au régime du Président Issoufou Mahamadou de vouloir mettre hors course tous les principaux leaders de l’opposition dans la perspective des élections de 2016 ?

Selon de nombreux analystes, pour éviter de tomber dans l’un et l’autre de ces deux cas de figure, la seule issue la moins risquée qui s’offre au Ministère de l’Intérieur est de considérer qu’aucun des deux congrès parallèles du MNSD-NASSARA ne s’est tenu dans la légalité et renvoyer ainsi les deux parties devant la justice qui pourra les départager.

 

Habibou Abdou