Votre mot de passe vous sera envoyé.
 6f550353ea3f5a985a5ff47ffac57b02_M

En mission dans notre pays relativement à la question sécuritaire, la Secrétaire d’Etat Adjointe américaine Chargée des Affaires Africaines, l’ambassadeur Linda Thomas-Greenfield a animé, hier, une conférence de presse au Centre Culturel Américain. Elle était entourée pour la circonstance des responsables dudit centre. Il s’agit pour la diplomate américaine, d’évoquer à travers cette rencontre, les efforts que déploient les Etats-Unis d’Amérique (USA) dans la lutte contre le terrorisme en général mais surtout son soutien aux pays africains dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram qui secoue actuellement le Nord-est du Nigeria avec des conséquences collatérales sur les pays frontaliers et le Nigeria lui-même liées à la dégradation ces derniers jours de cette situation sécuritaire.

Dans son intervention, l’ambassadeur Linda Thomas-Greenfield, a rappelé qu’elle a assisté à la 3ème réunion des ministres des Affaires Etrangères et de Défense sur la sécurité au Nigeria et la lutte contre Boko Haram, tenue le 20 janvier à
Niamey, une occasion qui lui a permis d’échanger avec les différents acteurs de cette lutte mais surtout de réitérer le soutien de son pays à lutter contre le terrorisme. Mais reconnait-elle, cette lutte demande la coalition des forces africaines et internationales pour combattre ou éradiquer ce fléau. La diplomate américaine a précisé que les USA travaillent avec la Nigeria dans le partage d’informations, la formation des militaires, la fourniture en équipement. Elle a ajouté que les Etats Unis s’intéressent aussi au domaine humanitaire car les refugies ont droit à l’hospitalité, à la vie, à la santé mais aussi à la sécurité. Linda Thomas-Greenfield de souligner que le Niger joue un rôle important dans ce sens à l’instar des autres pays frontaliers du Nigeria dans l’accueil des refugiés. Mieux poursuit-elle, « les USA sont en étroite relation avec les organisations humanitaires dans ces pays pour apporter leur soutien afin d’aider ces couches vulnérables qui ont besoin de la tendresse de tous. »
Abordant la question de sources de financement de cette secte terroriste, l’ambassadeur Linda Thomas-Greenfield a indiqué que c’est un réseau qui a été d’abord criminel avant d’être terroriste. Elle a expliqué que ce réseau s’approvisionnait des revenus de ses kidnapping et braquages des banques. Et d’ajouter, que le groupe Boko Haram se sert aussi des matériels des soldats nigérians une fois qu’ils les chassent. Selon elle, les USA ne pensent pas que les autorités nigérianes ont l’intention de tirer profit de ces violences pour un quelconque intérêt. «La lutte conte Boko Haram doit être gagnée quel que soit le prix, mais c’est une lutte qui ne se gagnera en un seul jour. Donc les USA, la Commission de Bassin du Lac Tchad (CBLT) et l’union africaine doivent s’impliquer davantage pour coaliser leurs efforts pour juguler ce problème sécuritaire», a déclaré Linda Thomas-Greenfield
Revenant sur les violences des 16 et 17 janvier derniers au Niger, elle a réitéré la ferme condamnation par les Etats Unis de ces actes de violence ayant occasionné la mort de 10 personnes et la destruction de maisons, d’entreprises et d’autres biens, y compris des lieux de culte. « Le gouvernement américain respecte toutes les croyances et la liberté d’expression», a-t-elle précisé. La Secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires africaines a cependant salué les efforts du gouvernement du Niger, des chefs religieux et traditionnels ainsi que de la société civile pour mettre fin à la violence et encourager le calme dans la communauté touchée. Elle a enfin assuré que les USA demeurent engagés dans le partenariat qui les lie avec le Niger pour atteindre la prospérité et contrecarrer les menaces régionales à la paix et à la sécurité.Mamane Abdoulaye