Votre mot de passe vous sera envoyé.

MADAMA (Niger) – Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a effectué une visite surprise jeudi sur une base française en cours d’installation à Madama, dans l’extrême nord du Niger, tout près des premiers sanctuaires jihadistes libyens, a constaté une journaliste de l’AFP.
Venu de N’Djamena, où il avait réveillonné mercredi avec des soldats français, il s’est posé à bord d’un avion de transport militaire sur une piste flambant neuve, dans ce qui va constituer la future base avancée de l’opération anti-islamiste Barkhane aux portes de la Libye.

Perdu dans un désert de sable, l’ancien fort colonial de Madama se trouve sur la route des combattants jihadistes et des trafiquants d’armes qui descendent des sanctuaires du sud de la Libye vers le nord du Mali et du Niger.

Il offre une position hautement stratégique face au défi jihadiste libyen, contre lequel la France ne cesse de tirer la sonnette d’alarme. Mercredi, M. Le Drian avait encore appelé la communauté internationale à se « mobiliser » pour endiguer le développement d’un « sanctuaire terroriste » en Libye, qui déstabiliserait toute la région et menacerait l’Europe.

La base de Madama, qui doit être achevée au printemps, permettra à la force française Barkhane de disposer d’un point d’appui complémentaire, équivalent à celui de Tessalit dans le nord du Mali, pour ses opérations de lutte contre les groupes armés au Sahel.

Barkhane, mise en place le 1er août 2014 pour traquer les groupes islamo-mafieux au-delà des frontières, s’étend sur une zone couvrant cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso), d’étendue comparable à celle de l’Europe de Gilbraltar à Moscou.

AFP