Votre mot de passe vous sera envoyé.

Selon une source proche de la présidence de la République, Mahamadou Issoufou aurait convoqué, dans la matinée du mercredi 24 décembre 2014, les membres du gouvernement avec en tête Birgi Rafini pour leur notifier un changement prochain de l’équipe gouvernementale.

En effet, depuis le 17 décembre 2014, au cours de son message à la nation, le Président avait planté le décor en qualifiant déjà le gouvernement « d’incompétent et incapable d’absorber les crédits ». C’est dire que les couleurs étaient déjà annoncées. En principe, après le message à la nation du président Issoufou Mahamadou, le premier ministre devrait rendre le tablier, c’est-àdire démissionner. Car son « patron » a jugé le travail de son équipe médiocre pas à la hauteur de ses attentes.

Pour revenir à notre source qui indique que le prochain remaniement ferait partir plusieurs ministres et d’autres changeront de portefeuille. Ainsi, aux dires de cette source, les noms cités parmi les partants seraient entre autres : Birgi Rafini, pour son remplacement deux noms seraient avancés : Amadou Altiné, cadre de la BCEAO et  Aichatou Boulama son directeur de cabinet. Mais, selon toujours notre source, un groupe de pression, composé d’ex rebelles,  rejetterait un éventuel limogeage de Birgi Rafini au poste de premier ministre.

Ensuite,  on parle du départ du ministre d’Etat Bazoum Mohamed qui semble être en disgrâce avec le président de la République, surtout par rapport aux dossiers des passeports et des pièces d’état civil. Il pourrait être remplacé par  Sidikou Sambo, actuel ambassadeur du Niger aux Etat Unis. Le nom de Omar Hamidou Tchana serait aussi cité. Il se susurre qu’il sera remplacé par  Abdou Harouna , ancien fonctionnaire d’AREVA et militant du PNDS de la région de Maradi.

La panthère de Kotatchi, Marou Amadou se verra remplacer par l’ancien batonnier , Me Moussa Coulibally . Toujours aux dires de notre  source, Pierre Foumakoye Gado sera remplacé par Latchako , c’est-à-dire , Hassoumi Massaoudou à la tête du ministère du pétrole ,pour être au cabinet du président de la République. Le  ministère de l’intérieur sera occupé par le tazartchiste ,  mercenaire politique , Albadé Abouba.

Du reste, dans cette perspective de remaniement, le président Issoufou Mahamadou aurait également demandé à ses alliés de lui présenter des cadres valables. C’est dire que , ce véritable chambardement risque de créer davantage de frictions au sein de la majorité au pouvoir . Une majorité donc l’échec à conduire le pays à bon port a été publiquement reconnu par le président de la République. Aujourd’hui, la question qui reste posée est de savoir quel sera le sort du Niger après le remaniement du gouvernement.

Norbert (Le Courrier N° 345 )