Votre mot de passe vous sera envoyé.

 

Nigériennes, Nigériens, chers frères et sœurs, le devoir patriotique nous appelle. Demain, notre peuple, et à travers lui, chaque nigérien jaloux de sa nigérienneté, est invité à sortir pour une marche républicaine pour exprimer, réitérer et intensifier, notre soutien sans faille à notre armée, à notre valeureuse armée, à nos vaillants soldats de la liberté engagés au front, le courage au cœur et le cœur gros, pour barrer la route à la croisade sanguinaire des barbares de Boko Haram.

Parce que Boko Haram est vraiment  »haram », nous sommes du bon côté ; le côté du bien contre le mal ; celui de l’ange contre le démon ; celui de la paix contre la violence gratuite, etc. Voilà, la cause est noble ! Il nous revient alors, à tous, d’oublier nos querelles intestines et nos états d’âme pour sortir massivement et dire, tous ensemble : non à la barbarie ! Sortons massivement pour pousser nos forces de défense et de sécurité à la victoire totale dans cette guerre sans merci contre la nébuleuse terroriste. Sortons massivement et marchons fièrement pour la défense de notre patrie agressée. Sortons massivement pour l’honneur et la dignité de notre patrie ; pour l’honneur de nos mères, de nos femmes et de nos filles.

Demain matin, le Niger attend ses filles et fils à la Place Toumo : vieillards, adultes, jeunes, tout le monde doit converger vers le point de départ de la marche. En participant à cette marche républicaine, nous privilégions le Niger à nos intérêts particularistes et nous démontrons notre engagement pour un Niger uni et en paix. Le Niger, notre pays est en guerre contre une horde d’extrémistes barbares et sanguinaires. C’est une guerre qui nous a été imposée par Boko Haram.

Et avec ça, on en trouve des gens pour parler d’acte de provocation. Personne n’a provoqué ces terroristes, Boko Haram, qui dans sa visée expansionniste cherche à mener sa sombre œuvre de déstabilisation de toute la sous-région. Ici, les provocateurs c’est bien cet illuminé de Shekau et sa bande de pilleurs. Du reste, a-t-on besoin de provoquer Boko Haram pour qu’il te prenne pour cible ? La réponse, c’est non. Car, quand ils ont attaqué le Nord Nigeria, personne ne les a bravés ; quand ils ont mené des assauts contre le Cameroun en y commettant des atrocités, personne dans ce pays ne les avait provoqués. Déjà, en embrigadant beaucoup de nos jeunes frères et sœurs dans le Manga, Boko Haram a lancé une offense contre notre pays et son peuple. En tuant aveuglement des milliers de personnes innocentes au Nigeria et lançant sur les routes de l’exil plus d’un million et demi de déplacés, Boko Haram a montré sa face satanique. Sa marque de fabrique demeure la violation à grande échelle des droits de l’homme à laquelle se livre cette organisation terroriste consistant, notamment dans le massacre systématique des hommes et l’asservissement sexuel des femmes.
Voilà pourquoi ce groupe terroriste qui se caractérise par une violence inouïe et une cruauté sans commune mesure dans son mode d’opération mérite d’être anéanti. Depuis leur attaque lâche contre notre pays, plusieurs familles ont été endeuillées. Donc participer à la marche républicaine de demain, c’est démontrer notre soutien à ces familles mais aussi remonter le moral de nos forces de défense et de sécurité. Il s’agit également de renouveler notre amour pour notre patrie. Car, aimer sa patrie, c’est préserver et défendre en toutes circonstances, son intégrité, c’est respecter scrupuleusement le choix de son peuple, c’est respecter les lois, les us et coutumes et les cultures de son peuple. Aimer sa patrie, c’est se soucier de maintenir et d’entretenir la paix, la cohésion sociale et les institutions républicaines.
Aimer sa patrie, c’est aussi se soucier de sa beauté et de son intégrité territoriale. C’est participer à la sécurité des personnes et des biens. Aimer sa patrie c’est aussi travailler avec sérieux et abnégation, avec conviction et détermination. Aimer sa patrie, c’est assurer d’abord ses devoirs de citoyens avant de prétendre jouir de ses propres droits. Aimer sa patrie, c’est se fondre avec elle, ne faire qu’un avec, c’est la défendre par l’honneur et par le sang.
Demain, plaise à Dieu, comme cela se passe ailleurs dans les pays républicains, la patrie attend de chacun de nous, un dépassement de soi, un sursaut patriotique pour ne voir que le Niger et son armée qui ont besoin du soutien de tous. Il ne s’agit pas de défendre les positions du pouvoir ou de l’opposition, mais de démontrer à la face du monde l’unité d’un peuple derrière son pays pour mettre hors d’état de nuire tout fauteur de troubles.
Demain, la gravité de la situation exige la participation responsable et désintéressée de tous à la marche républicaine (autorités politiques, leaders traditionnels et religieux, partis politiques, société civile, bref tous les Nigériens de toutes les couches socioprofessionnelles). Et puis où est le mal de le faire, regardons l’exemple des USA, les Américains s’il y a quelque chose qui concerne leur pays, ils oublient leurs querelles politiciennes et tous à l’unisson sortent le Drapeau en dehors de leur maison bien en vue, et chantent leur hymne National. Il en est de même de plusieurs nations à travers le monde. La France vient d’ailleurs de nous donner récemment une bonne leçon d’union des forces, lors de la récente crise qui l’a secouée. Il devrait en être ainsi dans notre pays, dans cette épreuve contre Boko Haram, comme dans toute autre épreuve où la patrie est menacée.
Alors, en avant pour le Niger et pour le triomphe de notre valeureuse armée.
Mahamadou Adamou