Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le Président de la République du Ghana, S.E John Dramani Mahama, à la tête d’une forte délégation, a effectué hier, une visite de travail à Niamey. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la troisième réunion du groupe de travail présidentiel sur l’état de la convergence monétaire au sein de l’espace CEDEAO, dont les travaux ont été ouverts le même jour au Palais de la Présidence.

En effet, le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, et son homologue du Ghana ont été désignés par leurs pairs à l’issue du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernements du 25 octobre 2013, tenu a Dakar, pour superviser le suivi de la création de la monnaie unique dans les délais prévus.
L’objectif ultime de cette réunion est de faire le point de la feuille de route relative à la réalisation d’ici 2020 de la monnaie unique de la CEDEAO ; de discuter d’une proposition de la Commission de la CEDEAO sur la création à l’horizon 2018, d’un Institut Monétaire de la CEDEAO et d’examiner les préoccupations soulevées par le conseil de convergence de la ZMAO sur les critères de convergence révisés et adoptés.
A son arrivée à l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Président de la République du Ghana a été chaleureusement accueilli par son homologue du Niger avant de recevoir les honneurs militaires, puis d’être salué par les présidents des Institutions ; les membres du gouvernement et plusieurs personnalités civiles et militaires.

Peu après l’accueil, l’hôte du Président de la République du Niger et sa délégation se sont rendus à l’hôtel Gaweye pour s’installer quelques minutes avant de se rendre au Palais de la Présidence. A ce niveau, les deux Chefs d’Etat ont eu un entretien tête à tête, puis une séance de travail élargie aux deux délégations. Cette séance de travail a été d’abord l’occasion pour le Président Issoufou Mahamadou de souhaiter la bienvenue à son hôte au Niger avant de saluer son leadership dans le dossier sur le processus d’intégration de la monnaie unique dans l’espace CEDEAO.
Le Chef de l’Etat a souligné que, dès le lendemain de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de Dakar, le Président de la République du Ghana et lui-même ont commercé le travail confié à eux par leurs pairs. C’est ainsi qu’ils ont convenu de mettre en place chacun, un comité d’experts pour les assister au plan technique dans la conduite de ce projet ambitieux dont l’objectif est de renforcer et accroitre les échanges économiques et les transactions financières entre les pays de l’Afrique de l’Ouest. Toujours dans le cadre de l’accélération de ce projet, les deux chefs d’Etats ont décidé d’associer à ces comités d’experts, la Commission de la CEDEAO. C’est justement dans cette optique que sous l’égide de la CEDEAO, il a été mis en place une « task force » c’est-a-dire une équipe d’experts chargée d’approfondir les réflexions sur la monnaie unique dans l’espace communautaire.
Cette task force a eu trois réunions : la première à Niamey, les 20 et 21 février 2014 ; la seconde à Accra en juillet 2014 et enfin la troisième les 4 ; 5 et 6 février 2015 à Niamey. Les avancées enregistrées lors de ces réunions ont permis d’aboutir à une feuille de route et les modalités de fusion de l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (AMAO) et de l’Institut Monétaire de Afrique de l’Ouest (IMAO) et de la création de l’Institut Monétaire de la CEDEAO d’ici 2018. Par rapport aux critères de convergence, le Chef de l’Etat a précisé qu’au début il y avait jusqu’à 11 critères. Cependant le recentrage a permis de les réduire pour retenir trois (3) critères de convergence de premier rang et trois autres de second rang.

Pour sa part, le Président de la République du Ghana, S.E John Dramani Mahama, a remercié son homologue du Niger pour l’accueil réservé à sa délégation avant de s’appesantir sur l’importance du projet de la monnaie unique pour les pays de l’Afrique de l’Ouest.  »Nous devons travailler sans relâche pour faire aboutir ce dossier qui nous a été confié à l’issue du sommet des Chefs d’Etats et des gouvernements à Dakar en octobre 2013 », a-t-il indiqué.
Quant au président de la Commission de la CEDEAO, M. Kadré Désiré Ouedraogo, il a d’abord présenté, au nom de son institution et à son nom propre, au Président Issoufou Mahamadou, ses sincères condoléances pour les pertes en vies humaines suite aux attaques terroristes perpétrées simultanément à Bosso et à Diffa le 6 février 2015. Il en outre remercié les deux Chefs d’Etat dont la détermination et l’appui constants ont permis d’engranger des succès substantiels dans la marche vers la création de la monnaie unique de la CEDEAO dans le respect de l’échéance 2020.
La séance de travail a été aussi mise à profit pour présenter aux deux Chefs d’Etats le relevé des conclusions et recommandations de la troisième réunion du groupe de travail présidentiel (task force) sur le programme de coopération monétaire de la CEDEAO.
Conférence de presse conjointe de deux Chefs d’Etat

A l’issue de la séance de travail, les deux Présidents ont co-animé une conférence de presse au cours de laquelle le Chef de l’Etat du Niger a tenu à rappeler que le programme monétaire de la CEDEAO est un programme qui a été décidé par les différents pays membres depuis 1987. Et en octobre 2013 à l’occasion du sommet Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, un bilan a été fait afin de décider d’accélérer le processus de mise œuvre de cet ambitieux programme. Dès lors, un travail a été engagé pour la mise en place d’une task force. Elle a travaillé d’arrache pied a travers une série de réunions ayant permis de prendre des décisions. Ces dernières ont été d’ailleurs soumises à la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement tenue à Yamousokro en Cote d’Ivoire. Parmi les décisions entérinées lors de cette conférence, a dit le Président Issoufou figurent l’abandon de l’approche à deux vitesses pour la création de la monnaie unique ; l’adoption de l’approche progressive modifiée vers la monnaie unique ; le recentrage des critères de convergence ; la rationalisation des organes et institutions qui concourent vers la création de la monnaie unique en l’occurrence l’AMAO et l’IMAO et l’engagement ferme des Chefs d’Etat à faire réviser la feuille de route afin que la monnaie unique puisse être effective à l’échéance 2020.

Et le Président Issoufou Mahamadou a rassuré les uns et les autres en soulignant qu’il n’y a pas de problème par rapport à la mise en œuvre de cette feuille de route.  »Tous les pays sont au même niveau. Nous avançons à la même vitesse tout en essayant de mettre en œuvre les décisions arrêtées par la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement », a-t-il expliqué. Il n’y a pas de contradiction à ce niveau là.  »Tous les pays ont la même vision puisqu’il s’agit à terme d’un chantier majeur pour nous, une étape extrêmement importante pour les quinze (15) pays de la CEDEAO. Ces derniers sont en phase par rapport à ce chantier de l’intégration monétaire », a confirmé le Chef de l’Etat. En outre, plusieurs chantiers permettront de renforcer l’intégration au niveau de l’Afrique de l’Ouest.

A titre illustratif, on peut citer le chemin de fer en cours de réalisation pour la connexion de l’ensemble des pays de CEDEAO ; l’interconnexion de l’énergie et l’intégration monétaire, objet de la présente réunion. Selon le Président de République, les échanges commerciaux intra-cedeao représentent à peine 12% des échanges des pays de la CEDEAO. C’est dire que la mise en place de la monnaie unique va donner un coup de fouet aux échanges et faciliter le transfert entre les pays de cet espace communautaire, a martelé le Chef de l’Etat.

En réagissant par rapport aux questions des journalistes, le Président ghanéen, S.E John Dramani Mahama, a sans ambages souligné que la création de la monnaie unique dans l’espace CEDEAO nécessite de facto une volonté politique pour engranger des résultats. La difficulté réside surtout au niveau des pays qui ne sont pas dans une union monétaire comme le Nigeria ; le Liberia ; la Serra Leone ; le Ghana etc. C’est pourquoi,  » nous devons travailler pour la réalisation des critères de convergence retenus lors la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement pour la marche effective vers la monnaie unique d’ici 2020. Et à la prochaine réunion, le groupe présidentiel de la task force sera élargi en plus de nous deux, aux chefs d’Etat de la République Fédérale du Nigeria et de la République de Cote d’Ivoire pour donner plus de poids au projet de cette monnaie unique », a-t-il conclu.
Auparavant, le président de la Commission de la CEDEAO M. Kadré Désiré Ouedraogo a fait une motion spéciale de remerciement aux deux Chefs d’Etat pour la supervision des travaux de cette troisième réunion de la Task force du groupe de travail présidentiel tout en les rassurant de l’engagement sans faille des membres du groupe des experts pour la mise en œuvre effective du programme de la monnaie unique de la CEDEAO. Il faut noter que le président ghanéen a regagné son pays le même jour.

Hassane Daouda