Votre mot de passe vous sera envoyé.

La Journée mondiale de l’eau instituée par l’Organisation des Nations Unies après le sommet de Rio en 1992, a retenu cette année le thème «Eau et développement durable». Ce thème stratégique se veut être un nouvel élan au terme de la décennie internationale d’action « L’eau, source de vie » afin de promouvoir l’objectif mondial : «Garantir un accès durable à l’eau pour tous » et relever le défi qui nous attend à l’horizon 2050 avec une population mondiale de plus de 9 milliards de personnes.

Au Niger, malgré les reformes structurelles intervenues dans les secteurs de l’eau et de l’électricité, le calvaire des Consommateurs se poursuit allègrement. Pour cause, l’actualité nationale est rythmée par des coupures intempestives d’eau et des rationnements interminables de l’électricité, ce qui témoigne d’un malaise profond qui touche ces secteurs vitaux aggravant les conditions de vie des populations et jetant dans la détresse des milliers d’acteurs économiques et autres consommateurs qui vivent au jour le jour et qui dépendent de la disponibilité de l’eau et de l’électricité pour mener à bien leurs activités, sans oublier l’impact sur leurs conditions d’hygiène, sur l’éducation et la production économique.

C’est pourquoi, plusieurs abonnés de la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN) filiale du Groupe Français Veolia producteur et distributeur exclusif de l’eau et la Nigérienne d’Electricité (NIGELEC) se plaignent à longueur de journée auprès du Réseau des Associations des Consommateurs du Niger (RASCONI) et ses Organisations membres, des coupures intempestives de l’eau et de l’électricité.

Dans certains quartiers, l’eau ne coule plus dans les robinets, ce qui semble dire que notre société des eaux éprouve de réelles difficultés pour ce qui concerne la distribution d’eau aux 2.500.000 personnes, habitant les 54 localités couvertes. Cette situation très embarrassante affecte véritablement les Consommateurs car les coupures n’interviennent qu’au moment où on s’attend le moins. Les habitants sont obligés de s’approvisionner au fleuve ou aux puits.

Plusieurs quartiers populaires passent des heures sans électricité et sans voir une goutte d’eau. Les animaux restent sans boire, plus de possibilité de faire la cuisine sans utiliser l’eau réservée dans des bidons, plus de toilettes dans les administrations publiques, plus de vaisselle et de lessive, plus de douche à certaines heures.

Quant aux coupures intempestives d’électricité, elles persistent et ne connaissent plus de répit, les programmes radiotélévisés, la production industrielle, les services publics et les commerces sont perturbés dans un contexte sécuritaire préoccupant. Les coupures et les délestages se succèdent, allant de mal en pire avec leur cortège de désolation sur la vie des Consommateurs. Pendant ce temps, les factures continuent à tomber avec une régularité exceptionnelle.

Au même moment, la SEEN et la NIGELEC ne font rien pour fournir un service de qualité en dépit de nombreux appels à l’ordre de l’ancienne ARM, et brillent par leur traditionnel déficit de communication sur les causes réelles de ces désagréments. Lorsqu’il s’agit de leurs propres intérêts, ces sociétés s’adonnent à cœur joie dans les facturations hasardeuses, les recouvrements systématiques et s’agissant des abonnés n’omettent aucune suspension de contrat en cas de retard de paiement. La clientèle, elle, doit donc prendre son mal en patience.

Face à cette situation préoccupante, le RASCONI :

  1. condamne et dénonce fermement les coupures intempestives et l’incapacité de la SEEN et de la NIGELEC à faire face à leurs responsabilités ;
  2. met en garde le Groupe Français Veolia contre son manque de volonté notoire de respecter ses engagements à travers sa filiale au Niger pour stopper les graves irrégularités constatées dans son réseau de distribution ;
  3. interpelle les plus Hautes Autorités du pays de l’urgence à résoudre cette situation qui n’a que trop duré ;
  4. exige du Gouvernement la satisfaction des droits des consommateurs en eau potable et en électricité de qualité ;
  5. lance un vibrant appel à toutes les Associations des Consommateurs, aux Syndicats, Etudiants, Médias, Opérateurs Economiques, Religieux et à tous les Citoyens excédés par les coupures intempestives et les rationnements interminables de l’eau et de l’électricité à unir leurs forces comme par le passé pour exiger du Gouvernement une réponse appropriée et une révision à la baisse du prix des hydrocarbures à la pompe afin d’atténuer les souffrances des Consommateurs.

En tout état de cause, la mobilisation agissante est l’unique moyen susceptible de garantir l’accès à l’énergie qui est un droit essentiel et inaliénable !

Fait à Niamey, le 21 mars 2015

Pour le Bureau Exécutif, le Président Moustapha Kadi Oumani