Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le MNSD NASSARA n’entendra pas offrir au gouvernement actuel l’opportunité de fouler une fois encore au pied de ses propres intérêts. Mais dans un contexte ou l’opposition nigérienne a choisi délibérément de ne pas participer aux élections de 2016, y aura-t-il de mieux pour Brigi Rafini de déraciner les herbes qui ne servent à rien dans son jardin ?
De toutes les façons, le Président de la République ne va pas touché à la Cour constitutionnelle. Une Cour qualifiée d’impartiale et d’injuste par le chef de fil de l’opposition, principal objet de boycott des élections générales de 2016 par l’opposition.
Plus que l’on s’achemine vers la tenue des élections générales de 2016 au Niger, plus que les hommes politiques se tirent dessus, se laissant ainsi emportés par le vent sec de la démocratie du 21ème siècle. C’est ainsi que la semaine dernière, le chef de fil de l’opposition ARDR Seini Oumarou et ses amis du MNSD NASSARA, ont tiré les oreilles au Premier ministre chef du gouvernement Brigi Rafini pour des raisons diverses.
Tout a commencé lorsque Brigi Rafini a choisi de remplacé le représentant du MNSD NASSARA au Conseil national du fichier électoral biométrique par arrêté n 008 /PM du 23 janvier 2015. Un comportement qui a sé- rieusement mis à mal le MNSD NASSARA de Seini Oumarou. Pour se faire, le Premier ministre Brigi Rafini a préféré faire connaître sa décision à Seini Oumarou, à travers une lettre puisque les deux hommes ne se voient plus même aux différentes réunions du Conseil national de dialogue politique (CNDP), à plus fortes raison lors des cérémonies officielles.
Au lieu de répondre au mal par un bien, Seini Oumarou s’est également adressé au PM par lettre N°227 pour lui faire comprendre son désarroi. Selon la substance de cette lettre, Seini Oumarou a tout simplement voulu attirer l’attention de Brigi Rafini pour un éventuel cas de fraude, de manipulation, bref, de la tricherie pendant les prochaines échéances électorales. Un acte qui selon le chef de fil de l’opposition, constitue de la pure provocation et une décision grave contre les dispositions constitutionnelles.
En clair, le MNSD n’entendra pas offrir au gouvernement actuel l’opportunité de fouler une fois encore au pied de ses propres intérêts. Mais dans un contexte ou l’opposition nigérienne a choisi délibérément de ne pas participer aux élections de 2016, y aura-t-il de mieux pour Brigi Rafini de déraciner les herbes qui ne servent à rien dans son jardin ? De toutes les façons, le Président de la République ne va pas touché à la Cour constitutionnelle.
Une Cour qualifiée d’impartiale et d’injuste par le chef de fil de l’opposition, principal objet de boycott des élections générales de 2016 par l’opposition. Qui du Président de la République Issoufou Mahamadou et de Seini Oumarou de l’ARDR va tenir sa promesse ? Attendons les élections générales pour mieux voir et comprendre cet état de fait.
Aïchatou Moumouni (LE TROISIEME OEIL N° 338 du 19 Mars 2015)