Votre mot de passe vous sera envoyé.

Sur une dizaine de pages, I’ARDR et ses mercenaires constitutionnalistes se sont livrés à des attaques en règle contre cette vénérable Cour dont ils ont remis en cause, sans détours, l’impartialité et l’intégrité morale des membres qui la composent. Jamais dans l’histoire démocratique du Niger, nous n’avions assisté à une telle situation où, ouvertement, et écrit noir sur blanc, des acteurs politiques majeurs (de potentiels dirigeants du pays) s’en prennent, avec une rare violence, à une institution si primordiale pour la vitalité et la durabilité de notre démocratie.

C’est ahurissant! C’est proprement scandaleux et cela nous amène, forcément, à nous interroger sur la capacité réelle de l’ARDR à constituer une alternative crédible au régime actuel, tant elle se montre indigne de présider aux destinées du peuple nigérien qui a toujours aspiré à être gouverné par des hommes et des femmes vertueux à tous points de vue ! Tous les degrés de l’imposture morale sont atteints dans cette descente dans les égouts de la part d’une ARDR qui n’aura jamais eu une âme véritable pour espérer accéder au pouvoir que par de moyens détournés aux antipodes des circuits électoraux normaux qui caractérisent le système démocratique.

 

Source: Opinions (N. 256 du 04 Mars 2015)