Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, a effectué hier jeudi 19 mars 2015, une visite de travail et d’amitié à Cotonou au Bénin. Dans la capitale béninoise, le Chef de l’Etat et son homologue SE Dr. Yayi Boni ont lancé officiellement les travaux de réhabilitation de la voie ferroviaire Cotonou-Parakou.

Après l’inauguration, le 14 janvier dernier, de la Gare Centrale de Cotonou, et le lancement, le 7 avril 2014, à Niamey, des travaux de construction de la voie ferroviaire Niamey-Dosso, la cérémonie de ce jeudi, qui s’est déroulée à la Gare centrale de Cotonou, constitue un autre pas important dans la réalisation de la Boucle ferroviaire Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan et Cotonou- Lomé.
Lors de ce lancement en présence notamment de M. Michel Roussin, ancien ministre français, conseiller spécial, représentant du président directeur général du Groupe Bolloré, le Président Issoufou Mahamadou, dans son discours, a dit combien il est heureux de se retrouver à Cotonou pour prendre part à cette importante cérémonie.  »Nous sommes engagés dans un combat pour la paix, la sécurité, la démocratie et le développement économique et social », a dit le Chef de l’Etat. Comme dans tout combat, il y a deux facteurs importants, la vision et le leadership, a indiqué SEM Issoufou Mahamadou, affirmant que dans le combat pour la réalisation du chemin de fer Cotonou- Niamey, ces deux facteurs sont réunis.

Au sujet de la vision, le Chef de l’Etat a rappelé que le Roi Guezo disait :  »Si tous les enfants du pays venaient, par leurs mains assemblées, pour boucher les trous de la jarre percée, le pays serait sauvé ». Déjà, en son temps, le Roi Guezo a indiqué le chemin, la voie à suivre, a-t-il souligné.
Le Chef de l’Etat a également rappelé, dans le même sens, ce que disait un illustre dirigeant africain, Kwamé N’Krumah :  »L’Afrique doit s’unir ou périr ».  »C’est cette vision que nous avons aujourd’hui, que nous partageons avec le Président Yayi Boni. Nous sommes convaincus que nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs de manière isolée, sans unir nos forces, sans mutualiser nos moyens », a poursuivi le Président de la République.  »C’est ce que nous sommes en train de faire, nous voulons faire l’intégration africaine, nous voulons construire l’Afrique, non pas en nous isolant derrière nos frontières, mais en nous donnant la main par dessus les frontières », a-t-il affirmé.
Le rojet qui fait l’objet de lancement des travaux aujourd’hui  »en est une parfaite illustration », a dit en substance le Chef de l’Etat.

 »Nous voulons cette boucle qui intéresse cinq pays: le Bénin, le Niger, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire et le Togo. En ce qui concerne le Niger, cela fait plus de 80 ans que les Nigériens attendent le train. Et certains d’entre eux de dire :  »le train n’arrive pas », et même de s’interroger:  »le train s’est-il égaré? ».  »Non, le train ne s’est pas égaré et grâce à Bolloré, on a retrouvé le train », a souligné le Chef de l’Etat, qui a saisi cette occasion pour saluer le partenariat que le Niger et le Bénin ont décidé de mettre en place, avec Bolloré.

 »Le 7 avril dernier à Niamey, nous avions lancé les travaux de réalisation de la voie ferroviaire Niamey-Dosso », a-t-il rappelé, précisant que ces travaux avancent normalement.  »Et aujourd’hui, nous lançons les travaux de réhabilitation du tronçon Cotonou-Parakou. Plaise à Dieu, nous n’allons pas nous arrêter là, parce qu’il s’agit de faire tout le trajet jusqu’à la frontière du Niger », a-t-il précisé. Dans quelques mois,  » nous allons nous rencontrer à Malanville et à Gaya pour faire la jonction », afin que la totalité du tronçon Cotonou-Niamey soit mise en place. C’est à cela que s’est engagé le partenaire stratégique, l’entreprise Bolloré dont je salue la détermination et le volontarisme », a indiqué SEM. Issoufou Mahamadou.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a dit combien il apprécie le leadership de son  »frère et ami le Président Yayi Boni qui a joué un rôle central dans la promotion de ce projet de boucle ferroviaire, projet qui répondra à toutes les normes techniques modernes qui sont en vigueur dans le secteur du chemin de fer ».  »J’espère que dans quelques mois, nous allons partir en train ou venir en train de Niamey à Cotonou », a-t-il conclu.

A l’issue d’une séance de travail ayant regroupé les délégations des deux pays, et peu avant une conférence de presse animée par les deux Chefs d’Etat, la ministre en charge des Affaires Etrangères, Mme Kané Aïchatou Boulama, et son homologue du Bénin, M. Nassirou Arifari Bako, ont procédé à la signature et à l’échange des documents de l’accord relatif à la dissolution de l’Organisation Commune Bénin Niger (OCBN) et à la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey.

A son arrivée à Cotonou, le Chef de l’Etat a été accueilli à la passerelle de l’avion par le Président béninois Dr Yayi Boni, et salué notamment par les membres du Gouvernement béninois. Après avoir passé en revue un détachement militaire qui lui rendait les honneurs, le Président de la République a été chaleureusement accueilli par la communauté nigérienne résidant au Bénin, ainsi que par les groupes béninois d’animation. Il en était de même à son départ de l’aéroport pour Niamey. Le Chef de l’Etat a été raccompagné jusqu’à la passerelle de l’avion par le Président Yayi Boni.

Le Président Issoufou Mahamadou était accompagné dans ce déplacement de M. Saidou Sidibé, ministre, directeur de Cabinet du Président de la République ; Mme Kané Aichatou Boulama, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur ; M. Ibrahim Nomao, ministre de l’Equipement, et Mme Sandi Saadi Abdou, ambassadeur du Niger à Cotonou.

Abdourahmane Alilou AP/PR