Votre mot de passe vous sera envoyé.

A l’instar des autres pays du monde, le Niger a célébré hier, la 62ème édition de la Journée Mondiale des Lépreux (JML). A cette occasion, la ministre de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme. Maïkibi Kadidiatou Dandobi a livré un message jeudi dernier à son cabinet. Dans ce message, elle a retracé les objectifs poursuivis à travers la célébration de cette journée, instituée depuis 1954 par les Nations Unies. Ces objectifs se traduisent par la promotion du traitement des malades de la lèpre comme les autres malades, en respectant leur dignité et leur liberté d’être humain comme le stipule l’article 25 de la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées (CDPH), la sensibilisation de façon permanente des populations sur le phénomène de la lèpre. Bref, il s’agit d’engager des actions de démystification de la maladie, de mobilisation contre celle-ci, d’éveil des consciences et de combat contre ses conséquences, les barrières sociales, notamment la stigmatisation et la discrimination.
Dans son message, la ministre de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme. Maïkibi Kadidiatou Dandobi a rappelé que l’édition 2015 de cette journée est placée sous le thème «Vaincre la Lèpre est possible ; Agissons ensemble». Pour elle, le combat contre la lèpre est un combat de tous. En effet, en dépit de l’atteinte du seuil de l’élimination de cette maladie en 2008, elle résiste encore et demeure d’actualité. Les rapports annuels du Programme National de lutte contre la Lèpre sur la période allant de 2008 à 2013 font ressortir une moyenne de 450 nouveaux cas dépistés par an, ce qui démontre le caractère préoccupant de la maladie. La mobilisation de tous est donc nécessaire voire indispensable pour l’éradiquer.

Mme Maïkibi Kadidiatou Dandobi a assuré que la lutte contre les maladies handicapantes dont la Lèpre est une priorité et un engagement du Gouvernement. C’est dans ce cadre que son département ministériel s’est engagé à l’élaboration d’une Stratégie Nationale de réinsertion sociale des Personnes Handicapées en vue d’une prise en charge efficace des personnes handicapées en général et des lépreux en
particulier. La ministre a indiqué que le nombre élevé de nouveaux cas multi bacillaires parmi les dépistés par an, constitue la préoccupation majeure de tous les intervenants depuis quelques années. « Cela prouve à suffisance que les stratégies appliquées ont atteint leurs limites. Il faut donc développer de nouvelles stratégies qui consistent à agir à temps afin qu’il n’y ait plus d’infirmité due à la lèpre» a-t-elle dit avant d’ajouter que tous les acteurs doivent conjuguer leurs efforts pour remporter également la bataille sociale sans laquelle la guérison ne sera pas complète.
D’après la ministre en charge de la Population, «la lèpre, est bien guérissable, c’est une maladie comme toutes les autres, son traitement est gratuit dans tous les Centres de Santé Intégrés (CSI). Alors n’ayons pas peur de ceux qui en sont atteints, elle n’est pas héréditaire et n’est pas non plus liée à une quelconque malédiction. J’en appelle à la participation de tous, pour diffuser ces informations et orienter vers les centres de santé, les personnes chez lesquelles vous aurez remarqué les signes de la maladie qui sont : des tâches rouges et rougeâtres sur le corps, insensibles au toucher». «Telle sera, poursuit-elle, votre contribution par laquelle, vous donnerez aux personnes atteintes la chance de retrouver leur place dans la société et de recouvrer leur dignité comme l’a souhaité Raoul Follereau qui disait «un homme n’est vraiment un homme que s’il est libre, et il n’est libre que s’il travaille».
Mme Maïkibi Kadidiatou Dandobi a témoigné toute sa gratitude, à tous les partenaires qui accompagnent le Niger dans ce grand combat, en particulier la Fondation Raoul Follereau, l’OMS et l’Association Nigérienne Raoul Follereau. Elle a invité tous les acteurs à participer massivement aux activités commémoratives et de rester mobilisés pour vaincre ce fléau social.Mamane Abdoulaye