Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dans le cadre de la tenue le 28 mars prochain du concours direct pour le compte du Ministère en charge des Finances, le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative M. Laouali Chaibou a rencontré, hier le président de la Haute Autorité de Lutte Contre les Infractions Assimilées (HALCIA). Recruter des cadres compétents en vue d’une adéquation profil poste emploi : tel est l’objectif visé par ce ministère en décidant d’impliquer la HALCIA dans tout le processus d’organisation de ce concours. Cette rencontre a eu lieu en présence des cadres généraux et centraux du ministère, des commissaires, des membres de la Cellule d’investigation et ceux de la Cellule de Communication de la HALCIA.
La corruption est un phénomène qui fait du mal aux initiatives de développement. Ce fléau ne fait pas bon ménage avec les principes de bonne gouvernance, un défi qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat face à ce défi l’implication de la HALCIA en tant qu’observateur lors du déroulement dudit concours est d’une grande importance.
Le ministre de la Fonction Publique a, en effet exprimé son indéfectible soutien dans la lutte que mène la HALCIA contre la corruption depuis l’installation de cette institution par le Gouvernement de la 7ème République.
«Bon nombre des concitoyens pensent que le manque de transparence dans les concours de la fonction publique peut menacer leur avenir, la justice sociale et le développement du pays» a dit le ministre. Il a rassuré les populations que le concours d’entrée au Ministère des Finances sera organisé de façon professionnelle d’autant plus que la lutte contre la corruption fait partie des axes prioritaires du Programme du Président de la République.
A cet effet, devait préciser le ministre, plusieurs solutions sont en train d’être envisagées : l’élaboration d’une stratégie de lutte contre la corruption, l’adoption de mesures coercitives et punitives à l’encontre des contrevenants ; la simplification des procédures et des critères de sélection, la sensibilisation des citoyens et l’instauration d’un processus de sélection plus transparent.

Après s’être entretenu avec les membres de la HALCIA sur ce sujet préoccupant et d’une actualité brûlante, le ministre a évoqué d’autres difficultés notamment la remise des agents de l’Etat au travail, le changement de comportement, la ponctualité… Il a insisté sur le fait que la lutte contre tous ces maux nécessite la conjugaison des efforts de toutes les parties. Gouvernement, société civile et l’ensemble des citoyens, tout le monde est concerné. Le ministre a invité chacun d’eux à travailler pour assainir l’administration afin que le bien public soit quelque chose de sacré. « Déjà plus de 600 milliards sont mobilisés et plus de 500 milles emplois sont crées en 4ans, ne laissons pas la corruption freiner cette dynamique victorieuse » a enfin expliqué le ministre Laouali Chaibou.
De son côté, le président de la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) M. Issoufou Boureima s’est réjoui de cette collaboration avant d’affirmer que son institution va désormais œuvrer aux côtés du Ministère dans le cadre de l’organisation effective de ce concours. Il a indiqué qu’ils ont été saisis par des dénonciations, des suspicions de corruption et de manque de transparence dans l’organisation du concours du Ministère des Finances.
Saluant l’initiative de l’organisation de cette rencontre , le président de la HALCIA a expliqué l’intérêt de freiner la corruption qui fait couler beaucoup d’encre à Niamey. Conformément aux textes qui créent la HALCIA, a t-il dit, les administrations publiques ont bien le droit de demander leur accompagnement. « D’ores et déjà nous avons pris des dispositions pour que ce recrutement soit un recrutement propre. Nous comptons mener à bien la mission que ce ministère nous a confiée».
Pour les deux parties, cette dynamique doit porter des résultats satisfaisants. Ensemble, ils ont réaffirmé leur volonté de faire de ce concours une réussite.
Aïssa Abdoulaye Alfary