Votre mot de passe vous sera envoyé.

Au Niger, cela fait maintenant deux mois que le juge du Tribunal de grande instance de Niamey s’est déclaré incompétent dans l’affaire du trafic de bébés avec le Nigeria. Le 30 janvier, le tribunal correctionnel avait en effet annoncé qu’il ne pouvait pas se prononcer directement sur des questions de supposition d’enfants, le délit qui consiste à attribuer la maternité d’un enfant à une femme qui ne l’a pas mis au monde, car c’est au juge civil de répondre préalablement à la question de la filiation. Après cette annonce, le parquet a fait appel en assurant que l’affaire était loin d’être enterrée. Mais le temps a passé et la cour d’appel ne s’est toujours pas prononcée. Où en est le dossier ?

Le parquet l’assure, il a bien fait appel de la décision du juge qui s’est déclaré incompétent, et a transmis toutes les pièces en temps et en heure, avant le 10 février. Alors pourquoi la cour d’appel ne s’est elle toujours pas prononcée ? Même ceux qui évoquent un trop-plein de travail considèrent à demi-mot que ce délai est effectivement anormalement long. « Ils cherchent à trouver un autre juge qui ira dans le sens qui les arrange », assure de son côté un des avocats de la défense.

D’autres sources n’écartent pas une manœuvre du pouvoir pour gagner du temps, car tant que l’affaire reste pendante devant la justice, le mandat d’arrêt émis contre Hama Amadou, l’ancien président de l’Assemblée nationale, reste selon ses proches encore vigueur et l’homme qui a choisi de s’exiler ne peut pas rentrer au pays en vue de préparer la présidentielle de l’année prochaine.

Autre hypothèse, la cour d’appel attendait pour se prononcer la fin d’une autre procédure de recours initiée par la défense. C’est chose faite, la défense ayant abandonné sa démarche il y a quelques jours.

Aujourd’hui, la balle reste donc dans le camp de la cour d’appel. Le procureur général doit programmer l’audience et convoquer toutes les parties. Selon différentes sources, il faudra probablement encore attendre plusieurs semaines pour qu’une décision soit rendue.

RFI