Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les Nigériens se rappellent que depuis l’installation du comité du fichier électoral biométrique (CFEB), l’ARDR n’a eu de cesse de dénoncer la conduite des activités de cette institution par son coordinateur. C’est ainsi que, déjà, dès l’adoption du règlement intérieur du CFEB, le Coordinateur laissa paraitre ses intentions en imposant sa propre lecture des textes en lieu et place du principe du consensus censé régir la prise de décision au niveau de CFEB.
Le renoncement après six (6) mois de travaux de l’établissement d’un fichier électoral biométrique traduit l’incompétence et l’amateurisme du coordinateur mais surtout de la mauvaise foi des autorités de la 7ème République à doter le Niger d’un fichier biométrique gage d’élections transparentes crédibles, libres et équitables. Le dernier acte posé par le Coordinateur du CFEB est la preuve tangible que le recensement électoral ne se fera pas de manière transparente.
En effet, dans le cadre de la sélection des coordonnateurs et rapporteurs généraux du CFEB, un avis de recrutement a été lancé par la Coordinateur du CFEB. Près de 107 nigériennes et nigériens ont déposé leur dossier et, mission a été confiée au sous-comité administratif et juridique du CFEB de procéder à la sélection de huit (8) coordinateurs et de seize (16) rapporteurs régionaux. Ce sous- comité a fait la sélection dans la plus grande transparence et la plus grande régularité. Par lettre de transmission N° 001/SCAJ du 7 Avril 2015, le Président du Sous- comité Administratif et juridique soumettait le rapport des travaux de présélection au coordinateur du CFEB. Y donnant suite, le coordinateur prit l’arrêté N° 028/CN/CFEB du 15 Avril 2015 pour nommer les coordinateurs et les rapporteurs généraux.

L’examen approfondi de l’arrêté cité en objet appelle de la part de l’ARDR les observations suivantes :
1- Six (6) des personnes nommées comme rapporteurs ne figurent pas sur la liste des 107 dossiers que le sous- comité administratif et juridique a eu à analyser et ce, conformément aux conditions des avis de recrutement ;
2- Quatre (4) personnes nommées comme rapporteurs n’ont pas la moyenne requise pendant que des candidats plus méritants ont été purement et simplement écartés :
3- Quatre (4) autres personnes nommées comme rapporteurs avaient vu leur dossier rejeté par le comité de sélection pour non-conformité ;
4- Une personne dont le dossier a été rejeté par le comité a été nommée comme coordinateur régional tandis que deux (02) autres ont été nommées comme coordinateurs à la place des personnes méritantes
Eu égard à tout ce qui précède, l’ARDR :
1- Désapprouve et rejette l’arrêté N° 028/CN/CFEB du 15 Avril 2015 portant nomination des coordonateurs et rapporteurs régionaux du comité national chargé du fichier électoral biométrique
2- Dénoncer la partialité du coordinateur de CFEB dans la conduite des activités de l’institution.
3- Dénoncer la manipulation programmée des résultats du recensement électoral

En tout état de cause, l’ARDR ne saurait cautionner la mise sous coupe réglée des structures entrants dans le cadre des élections en général et du recensement en particulier et exprime ses réserves par rapport à la partialité du coordinateur du CFEB qu’elle peut à tout moment récuser.
En outre l’ARDR attire l’attention du gouvernement sur les risques graves qui pèsent sur la transparence des élections en général et le recensement électoral en particulier que fait peser le comportement partiel du coordinateur et demande par conséquent à ses militantes et militants à se mobiliser pour imposer au gouvernement des élections libres, équitables, transparentes et démocratiques.

Fait à Niamey, le 17 Avril 2015.

Le Conseil des leaders