Votre mot de passe vous sera envoyé.

Il se fait de plus en plus remarqué dans le domaine artistique nigérien. Il a, auparavant effectué un long séjour au Nigeria qui a poussé certains de ses compatriotes à s’interroger sur sa nationalité nigérienne. Il est pourtant natif du Gobir Maradi. Il c’est l’artiste Ibrahim Issoufou plus connu sous le sobriquet de  »Mitou Baban Pelé » qui excelle aujourd’hui dans la réalisation des clips et messages publicitaires grâce à son équipe  »Kainoua Dashin Allah ».
Mitou Baban Pélé, de son vrai nom Ibrahim Issoufou est né en 1972 à Tibiri Maradi. Le petit Mitou a été inscrit à l’école coranique dès l’âge de 7 ans à Kano auprès de Malan Moussa Na Kéra. Près de 15 ans durant, Mitou a successivement connu plusieurs Etats du nord Nigeria notamment Sokoto, Katsina, Jos, Kaduna, Zaria où il a séjourné pour apprendre le coran, une exigence de sa famille. Pour davantage raffermir cette connaissance, il a assisté le plus souvent aux prêches des nombreux oulémas comme Cheikh Aboubacar Goumi, Cheikh Jafar, Cheikh Tahirou Bauchi etc. Son statut de talibé ne l’a pas empêché d’être un enfant très habile, curieux, amusant et passionné du football d’où son surnom de Baban Pelé. Il aima aussi le Langa, (cloche pied), la lutte traditionnelle et connaissait presque tous les grands lutteurs nigériens qui séjournaient au Nigeria comme Balla Harouna, Bindigaou et certains acteurs des films Dandali comme Ali Nouhou depuis le secondaire. Bien qu’il n’ait pas fréquenté  »l’école des blancs », il a appris à lire les textes du Dandali en Haussa.

Après une adolescence pratiquement partagée entre l’apprentissage coranique et diverses jeux, Mitou entra à Niamey par l’entremise de son tonton Abdoulaye M.
Arzika qui a bien voulu lui apprendre une activité économique devant conduire le reste de sa vie. Mais, c’est chez un autre tonton dénommé Achirou Nassirou que Mitou resta pour aider surtout Hadjia Ramatou, sa tantie dans son petit commerce de vente d’eau fraiche, de glace, de bonbon glacé, etc. Grâce à ses connaissances coraniques, il participait aux divers jeux questions de la radio Anfani au point d’être retenu un jour comme co-animateur de ce jeu au niveau de cette radio grâce aux multiples cadeaux qu’il a gagné et sa passion pour le domaine. Un séjour qui lui a permis de bénéficier de multiples soutiens d’autres collègues notamment de Issoufou Mamane et Yahouza Sadissou durant la période 1996 à début 1998.
Après un temps d’apprentissage en animation à la radio Anfani, Mitou entra en 1998 à la Radio Ténéré où il continua en animation. Mais en 2000, il décida d’aller à Tambara où il deviendra chef d’animation avec sa première équipe théâtrale et musicale «Kainoua Dashen Allah» ou «Kainoua Niger» dans laquelle il a chanté «Toutar Niger» ou couleurs nationales, chanson dans laquelle, il exhorte les Nigériens à l’unité, la concorde et la paix. Mitou a contribué à vulgariser le  »Dandali Soyayya au Niger à travers ses multiples concerts dans les différentes contrées du pays.
Toujours à Tambara, il a également initié des émissions comme Moujé India, Kara Oké tout en consolidant son apprentissage dans la publicité radiophonique grâce à l’encouragement de Hadjia Fati Salha, une autre grande animatrice. Mitou est aussi quelqu’un de serein qui prend toujours son temps avant d’agir et consulte surtout les spécialistes ou les anciens dans un domaine avant de s’engager ou de l’exercer. C’est ainsi qu’il s’est d’abord approché de Malam Barka au sujet de la musique, puis de Amadou Saïdou Nour pour la publicité et de Issoufou Mamane puis Yahouza Sadissou pour apprendre l’animation. En terme de perspectives, Mitou envisage de se spécialiser dans la production de films typiquement nigériens. Il espère que l’Etat et les entrepreneurs nigériens accompagneront les acteurs de ce domaine, afin que le Niger puisse jouir pleinement des retombés de ses productions artistiques à l’instar des autres pays comme le Ghana, le Nigeria ou l’Inde. Dans ces pays la contribution des films constitue une marge très importante.
Mitou est marié et père de deux enfants.

Mamane Abdoulaye