Le monde est entré en 2015 dans un tourbillon. Les incidents se succèdent rapidement sur tous les continents. L’Europe est la région la plus calme et éloignée de ces événements. En réalité, l’UE était déjà sur ses gardes et attendait dans la nervosité. Les vagues montantes du nationalisme ont commencé à apparaître dans plusieurs pays européens, puis il y a eu la montée de l’islamophobie et des insultes envers les musulmans en Suède, en Suisse et en Autriche et les manifestations Pegida et anti-Pegida en Allemagne.

La France a longtemps été en lutte contre les organisations armées en Afrique de manière très efficace et continue. Il s’agit aujourd’hui de combattre les membres d’al-Qaïda en République centrafricaine, au Tchad, en Mauritanie, au Burkina Faso et en Afrique sub-saharienne. Sa stratégie est basée sur l’anéantissement de l’ennemi par des moyens militaires. Cette lutte dans laquelle la France s’est engagée a causé la mort de milliers de personnes innocentes dans la région.

Les personnes qui perdent leurs maisons en raison des opérations militaires de la France sont soit forcées de migrer, soit rejoignent al-Qaïda, al-Shabaab ou l’EI pour se venger parce que des membres de la famille ont été tués par des soldats français. Les statistiques montrent que les gens rejoignent plus l’EI de la France que d’autres pays européens.

Le Ministère français de l’Intérieur a déclaré que 930 français sont concernés avec les combats qui se déroulent en Syrie et en Irak. Parmi eux, 350 sont actuellement et activement dans les zones de guerre et 36 français sont morts dans ces combats. D’autre part il y a pas mal de ressortissants français déjà rentrés dans le pays après avoir été en Syrie.

Ce que le gouvernement français craint le plus est que ces personnes qui sont revenues et qui ont reçu une formation militaire, prennent part à des combats et se dédient au djihad ainsi que ce qu’ils vont faire par la suite.

Ces préoccupations du gouvernement français sont justifiées. L’une des personnes impliquées dans le massacre de Charlie Hebdo, Saïd Kouachi âgé de 34 ans, avait été formé par al-Qaïda au Yémen.

La France est l’un des pays les plus importants en Europe. Paris, l’une des villes les plus importantes et connues au monde, est un centre artistique, politique et industriel européen.

L’Etat a introduit une série de mesures de précaution suite aux événements à Paris en décembre. L’aide de l’armée a même été sollicitée pour que le peuple puisse profiter d’un Noël et d’un Nouvel An en paix. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les troupes françaises ont été chargées de protéger les villes. A Paris, 1080 troupes étaient en service à la Tour Eiffel et dans la région environnante.

Mais ces précautions n’ont pas été utiles. Tout d’abord, 12 personnes sont mortes dans l’attaque de Charlie Hebdo et 10 autres ont été blessées. Plus tard, il s’est avéré que deux des morts étaient musulmans. Le lendemain, une femme officier de police a été abattue. Trois terroristes et quatre otages ont perdu la vie dans l’opération de police qui a suivi et une personne se serait échappée.

Lorsque l’identité des terroristes morts a été révélée, tous les regards se sont bien sûr tournés vers les islamistes radicaux et vers les organisations terroristes soi-disant islamiques.

Le monde lutte contre les organisations terroristes islamiques depuis le 11 Septembre. Ce combat s’appuie sur des mesures militaires difficiles. Un aperçu sur l’EI aujourd’hui montre que les mesures militaires ne produisent pas de résultats et qu’une campagne idéologique contre ces organisations est beaucoup plus importante.

Les mesures comme mettre sous pression les musulmans ou restreindre leurs libertés avec de nouvelles lois et considérer les musulmans comme des citoyens de seconde classe n’ont à ce jour apporté aucun résultat positif.

Les pressions exercées sur les musulmans après le 11 Septembre ont donné naissance à de nouveaux incidents. Désormais, une nouvelle approche devrait être développée à la suite des attentats de Paris. Plus aucune nouvelle approche négative ne doit être adoptée envers les musulmans dont la majorité en France est d’origine maghrébine et de nouvelles stratégies excluant davantage ces personnes de la société ne doivent pas être adoptées. (Les réactions au comportement des musulmans vivant dans les banlieues en 2005 sont encore dans les mémoires).

Les difficultés rencontrées par les musulmans immédiatement après les attentats du 11 Septembre ne doivent pas être répétées en particulier aux Etats-Unis et dans les pays occidentaux. Les pays occidentaux doivent montrer aux musulmans un plus grand amour et compréhension, les empêchant ainsi de se tourner vers des organisations terroristes.

Nous observons tous la montée récente des mouvements nationalistes en Europe. L’extrême droite se sert de la faiblesse de l’économie en Europe, met en œuvre ses politiques et recueille un soutien. Ils tiennent les musulmans et les immigrés responsables des problèmes en cours et utilisent les craintes d’avenir du public pour faire pression sur les musulmans et les immigrés.

La politique des nationalistes européens est basée sur le fait de ne faire aucune concession de leur propre idéologie et de leur civilisation. Ils veulent que les citoyens aient les mêmes opinions qu’eux et vivent par un style de vie spécifique. Ils ont donc pour objectif d’isoler ceux qu’ils ne considèrent pas comme l’un d’eux ou de même les renvoyer du pays. L’aliénation systématique des personnes est un nouveau danger pour l’Europe. Ces politiques renforcent la possibilité d’une nouvelle « Nuit de Cristal » dirigée contre les musulmans au centre de l’Europe.

L’échec des partis du centre-droit et de gauche à s’opposer explicitement à cette menace soulève également des difficultés. Alors que le gouvernement allemand affirme que les Kurdes devraient pouvoir être instruits dans leur langue maternelle en Turquie, il est dit que les Turcs en Allemagne devraient même parler allemand à la maison.

Il est nécessaire que l’UE empêche le radicalisme en identifiant ses causes et intègre surtout les musulmans dans la vie et la société européenne. A cette fin, au lieu d’imposer des politiques de manière descendante, les gouvernements européens doivent développer des politiques communes soutenues par les musulmans modérés. En particulier, les dirigeants musulmans doivent déclarer qu’il n’y a pas de place à la violence et à la terreur dans l’Islam énoncé dans le Coran et déclarer courageusement que les faux hadiths remplis d’absurdités sont la source de cette terreur. Ils doivent mener une lutte idéologique contre ces fausses sources. Ils doivent déclarer qu’al-Qaïda, l’EI et d’autres sont dans l’erreur sans essayer de couvrir les événements avec les théories du complot. Et ils doivent travailler de concert avec les Etats-Unis et l’Occident à cette fin.

Article d’Adnan Oktar publié sur Arabian Gazette :

http://www.arabiangazette.com/liberte-egalite-fraternite-avec-dialogue/