Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le Conseil des Ministres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) s’est réuni en session ordinaire, le 30 mars 2015, dans les locaux du Siège de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar, sous la présidence de Monsieur Gilles Baillet, Ministre des Finances de la République du Niger, et Président en exercice, en présence de M. Cheikhe Hadjibou SOUMARE,
Président de la Commission de l’UEMOA, M. Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la BCEAO, M. Christian ADOVELANDE, Président de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et M. Jeremias Antonio da Cruz PEREIRA, Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF). Au titre de la BCEAO, les ministres, examinant la situation économique et monétaire récente de l’Union, se sont félicités des bonnes performances économiques enregistrées par les Etats membres en 2014. En effet, les dernières estimations situent le taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Union à 6,6% en 2014, après 5,9% en 2013.

Les ministres ont, en outre, relevé qu’en dépit de la fragilité persistante de la reprise économique à l’échelle internationale, les résultats attendus en 2015 en matière de croissance s’annoncent meilleurs à ceux de 2014, dans presque tous les Etats membres de l’Union. A la faveur du dynamisme de la production dans les secteurs tertiaire et secondaire et de la bonne tenue de l’activité attendue dans le secteur agricole, l’Union enregistrerait un taux de croissance de son PIB de 7,2% en 2015. Les ministres ont, toutefois, mis l’accent sur les facteurs qui pourraient influer sur la réalisation des objectifs de croissance. A cet égard, ils ont évoqué la baisse des cours internationaux des matières premières, notamment celles exportées par les pays de l’Union, la dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar et la chute des prix mondiaux du pétrole. Les ministres ont noté l’évolution du niveau général des prix dans l’Union qui laisse apparaître un taux d’inflation nul au quatrième trimestre 2014. Sur l’ensemble de l’année 2014, le taux d’inflation s’est établi en moyenne à -0,2% contre 1,5% en 2013.
Prenant en compte l’ensemble de ces évolutions, les ministres ont souligné la nécessité de poursuivre les efforts de consolidation de la gestion des finances publiques, à travers l’approfondissement des réformes en cours, en particulier en matière de dépenses, afin d’accroître leur efficacité et leur efficience. Dans cette optique, ils ont encouragé les Etats à amplifier les efforts déployés pour assurer une mobilisation accrue des recettes fiscales de manière à accroître leur marge budgétaire pour la réalisation des investissements porteurs de croissance. Ils ont également exhorté les Etats membres à poursuivre les efforts d’accompagnement du secteur privé pour lui permettre de jouer un rôle accru dans le financement des investissements. Au titre de la Commission Bancaire de l’UMOA, le Conseil a pris connaissance des travaux de la quatre-vingt-dix-neuvième (99ème) session de la Commission Bancaire, tenue le 20 mars 2015 à Dakar. Au titre de la BOAD, le Conseil a approuvé le Rapport annuel 2014 de la BOAD. Le Conseil s’est également prononcé sur plusieurs autres questions portées à son ordre du jour.
Oumarou Moussa 
ONEP