Votre mot de passe vous sera envoyé.

Aminatou Daouda Hainikoye est activiste des droits de la femme. Elle milite dans plusieurs Ongs au niveau national et international qui interviennent sur les questions de la femme et de la jeunesse. Elle a participé en 2010 au YALI, l’initiative d’Obama pour les jeunes leaders africains. Qu’est-ce qu’un leader ? Quelles sont les qualités et les attitudes d’un bon leader ? Quel leadership pour le Niger ? C’est,  entre autres,  à ces questions de Niger Inter qu’elle répond dans l’interview qui suit. Intéressant !

 

Niger Inter :  Pouvez-vous vous présenter a nos  lecteurs et internautes?

Aminatou Daouda Hainikoye: Mon nom est Aminatou Daouda Hainikoye, Juriste de formation et j’occupe actuellement  le poste d’assistante de recherche auprès du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LASDEL) à Niamey au Niger.

Niger Inter :  Vous avez bénéficie en 2010 du YALI (Young African Leaders Initiative). Pouvez-vous brièvement nous dire la philosophie et les objectifs de cette initiative  du président Barack Obama pour les jeunes leaders africains?

Aminatou Daouda Hainikoye : Le programme YALI qui a été lancé en 2010 par le Président américain Barack Obama se veut une initiative qui a pour objectif de soutenir les jeunes leaders africains dans leurs travaux visant à stimuler la croissance et la prospérité, à renforcer la gouvernance démocratique et améliorer la paix et la sécurité sur tout le continent africain.

L’investissement des ressources importantes de la part des Etats-Unis auprès de la prochaine génération des leaders africains, par le biais de YALI, vise à améliorer les compétences en leadership, à renforcer l’entreprenariat et à rapprocher les jeunes leaders africains entre eux-mêmes et avec les Etats-Unis.

A partir de 2014, le programme YALI fait venir annuellement 500 jeunes leaders africains aux Etats-Unis, où ils bénéficient d’ une formation académique et de leadership au sein d’Universités et des grandes écoles américaines, avec pour but d’atteindre le nombre de 1000 participants par an dans les Cinq prochaines années.

Les boursiers ont reçu une formation de classe mondiale ainsi qu’un tutorat dans trois (3) domaines essentiels à savoir : les affaires et l’entreprenariat, le leadership public et l’administration publique.

Et enfin, les boursiers ont participé à un sommet présidentiel à Washington avec le Président Obama, des hauts dirigeants du Gouvernement américain, des leaders en  civisme y compris du monde des affaires.

Le programme concerne les jeunes filles et garçons dont l’âge est compris entre 25 à 35 ans.

Cependant, je précise que je fais partie de cette première promotion de 2010 qui a constituée la promotion inaugurale du programme YALI.

 Niger Inter : La rédaction de Niger Inter vous a identifié pour cet entretien pour discuter du leadership en général et notamment des jeunes leaders. Comment définissez-vous un leader?

Aminatou Daouda Hainikoye : Est leader, toute personne ayant cette capacité ou aptitude à influencer, à orienter autour de sa personne les autres pour les conduire vers une idée, un objectif, une manière de faire, en leur donnant une voie pratique, dans le cadre d’un projet auquel elles adhèrent. Donc pour moi, un leader c’est un visionnaire, celui qui sert les autres et qui vise l’intérêt général.

Niger Inter : Une des dimensions constante du leadership c’est servir. A partir de votre expérience, y a-t-il selon vous une ligne de démarcation entre se servir et servir les autres?

Aminatou Daouda Hainikoye : Bien sûr qu’il existe une différence entre se servir et servir les autres, car l’essence même du terme leadership est de servir les autres (servant leadership) contrairement à ce à quoi nous assistons dans la vie de tous les jours surtout quand on prend l’exemple des leaders politiques qui se servent généralement au lieu de servir les autres.

Niger Inter : Quels sont selon vous les qualités d’un leader?

Aminatou Daouda Hainikoye : Un bon leader, un vrai leader  doit avoir les qualités suivantes : Avoir la capacité d’écoute, prioriser les actions, accepter les autres comme ils sont,  avoir l’aptitude de faire le bon choix, avoir le reflexe de prévoir, être au courant de l’actualité, avoir une capacité d’adaptation, ne pas avoir peur de l’échec, avoir une capacité de persuasion, motiver les autres etc.

Niger Inter : Comment dans le contexte nigérien peut-on servir le pays, la communauté quand on voit la propension des uns et des autres à se servir au détriment du plus grand nombre?

Aminatou Daouda Hainikoye : Je pense que même s’il faut reconnaitre que dans la majorité des cas, les gens se servent plus qu’ils ne servent les autres, on peut toutefois faire l’exception en ayant en tête l’esprit d’intégrité et de patriotisme car le Niger nous a tout donné, maintenant à nous au retour de rendre la pièce. Aussi, nous disons que c’est le rôle que nous avons à jouer en tant que jeunes leaders pour non seulement se forcer à devenir des modèles sur ce point mais également à amener les autres à le faire. Je voudrais dire qu’il nous faut en tant que jeunes promouvoir les valeurs essentielles pour le bien de notre pays en cherchant à changer les choses dans le bon sens. Cela suppose de la rigueur et de la vision. Vous ne pouvez pas changer une situation lorsque vous faites ce que les autres font en termes de mauvaises pratiques. Si on veut combattre la corruption il faudrait ne pas l’accepter ou d’être complice de ce fléau. Et je pense que nous avons tout un travail à faire pour une culture de civisme chez nos compatriotes.

Niger Inter : Quelles attitudes doivent avoir les jeunes leaders pour exercer un leadership de qualité?

Aminatou Daouda Hainikoye : Les jeunes leaders s’ils le sont vraiment, doivent avoir une attitude de servir leurs communautés, voire leur pays car on n’est pas leader pour rien, quelque part c’est des responsabilités (engagements) vis-à-vis de soi même et des autres. Comme je l’ai dit plus haut être leader c’est avoir la capacité d’impacter, orienter et motiver les autres. En d’autres termes, les jeunes leaders doivent être a même d’incarner les bonnes attitudes, les bonnes manières pour servir de modèles à leurs concitoyens.

Niger Inter: Un leader doit être un modèle. Il doit prêcher la vertu par l’exemple. Quel doit être selon vous l’état d’esprit d’un leader pour incarner les valeurs?

HANIKOYE

Aminatou Daouda Hainikoye © NigerInter.com

Aminatou Daouda Hainikoye : Un leader est par définition un modèle, un exemple positif pour les autres, donc pour incarner les valeurs, il doit dans sa vie de tous les jours appliquer les valeurs cardiales du leadership au lieu de dire comme l’adage «  faites ce que je vous dis mais ne faites  pas ce que je fais. »

Niger Inter : En tant que jeune leader, quand on connait les défis de la femme nigérienne, avez-vous un appel à l’ endroit de vos sœurs pour qu’elles s’assument pour un changement qualitatif de la condition de la femme nigérienne?

Aminatou Daouda Hainikoye : Notre appel à l’endroit de nos sœurs et mères nigériennes est qu’elles doivent se réveiller pour chercher leur autonomie financière, car sans elle il n’ya pas de véritable indépendance. Pour y arriver, elles doivent se battre pour le droit à l’éducation au même titre que les hommes car tout, je dis bien tout commence par l’éducation.

Elles doivent arrêter de se sous-estimer elles mêmes, arrêter de croire à l’existence des domaines réservés uniquement aux hommes (sciences techniques, politique) et ceux réservés aux femmes (action sociale, santé et éducation etc.)

Pour moi ce raisonnement ne tient pas la route pour la simple raison que nulle part il n’est démontre que l’homme est plus intelligent que la femme mais au contraire les hommes se battent dur pour réussir et  à mon avis nous devons le faire également car en tant qu’être humains nous sommes dotés de la même intelligence.

Niger Inter : Quel est l’impact de l’expérience du YALI sur votre vision du monde et du leadership?

Aminatou Daouda Hainikoye : Ma participation à ce forum YALI a été l’une des merveilleuses choses dans ma vie, car elle m’a permis d’apprendre beaucoup des autres jeunes de l’Afrique et des Etats Unis.

YALI m’a permis d’être là où je suis aujourd’hui car il a forgé davantage ma personnalité, perfectionner mon savoir et savoir-faire et de m’affirmer en tant que responsable de demain.

Que dire encore des opportunités qu’il m’a offertes en me donnant l’occasion d’être dans un Réseau plus large pour partager mes expériences avec les amis et collègues du Niger et ceux des autres pays.

Donc pour moi, le leadership constitue l’outil principal pour forger le destin et l’avenir d’une personne.

Niger Inter : Vous êtes musulmane de confession. Comment réconciliez-vous votre foi et votre engagement en tant que jeune leader?

Aminatou Daouda Hainikoye : Ma foi musulmane n’est pas contradictoire ou ne constitue pas un frein à mon engagement de jeune leader car selon le Prophète Mohamed (Psl) « le plus aimé d’Allah c’est le plus utile aux autres », donc en partant de ce Hadith , c’est une recommandation faite à tout croyant de s’investir dans l’œuvre communautaire en vue d’aider ses semblables à mener une vie épanouie et descente.

C’est en vertu de cet enseignement prophétique, que je me suis engagée à travailler pour apporter ma petite contribution à ma communauté et aussi pour montrer à la face du monde que l’Islam n’est pas contraire à la promotion de la femme. C’est une religion progressiste et qui traite la femme au même titre que l’homme en tant qu’être humain qui aspire à des droits et obligations. De ce point de vue, je peux affirmer sans risque de me tromper que la religion musulmane bien comprise est un système d’équité par excellence en matière des droits humains.

Niger Inter : L’éthique musulmane enseigne qu’être au service des autres est l’action la plus aimée d’Allah. En d’autres termes, le plus aime d’Allah c’est le plus utile aux autres a dit le prophète de l’islam. Avez-vous un commentaire sur cette approche du leadership?

Notre seul commentaire à ce niveau, est de tout faire pour être utile aux autres comme nous le recommande notre Prophète Mohamed (psl).

D’ailleurs, ce sont ces prescriptions islamiques qui nous guident à aller chaque jour de l’avant dans notre engagement pour la communauté. Si nous considérons en islam même le fait de dégager un obstacle, une pierre, des épines sur la voie publique est élevé au rang d’une aumône, sourire a son semblable est également une sadakate, une bonne action selon l’islam. C’est dire que l’islam nous motive a la base même pour un leadership de qualité. L’islam pose le problème de leadership en termes d’engagement de chacun et de tous vis a vis de la communauté. Je dois dire en substance que l’islam nous donne des recettes pour la mise en œuvre des qualités du leader que nous avons citées en amont.

Niger Inter : Pouvez-vous nous citer deux modèles de leaders pour vous hommes et femmes dans le monde et au Niger en justifiant votre choix?

Aminatou Daouda Hainikoye : Mes leaders préférés ?

Hommes : Martin Luther King et  Nelson Mandela ;

Femmes : Ma propre mère et  Saida Oumalkairou Ibrahim Niass.

Les deux premiers m’inspirent de par la lutte acharnée qu’ils ont menée pour la reconnaissance des droits humains et le droit à la liberté pour le peuple noir dans un contexte difficile mais qui ne les ont pas amenés à utiliser la violence pour y parvenir.

Donc la leçon que j’ai tiré d’eux est que quelle que soit la noblesse de la lutte à mener, il ne faut jamais utiliser de violence. Ce qui cadre parfaitement avec ma religion qui interdit toute forme de violence.

Quant aux deux femmes, ma mère est mon modèle en ce sens que c’est elle qui m’a inculqué des valeurs morales et sociétales qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

L’éducation qu’elle m’a donnée à consister à me battre pour réussir et à ne jamais me considérer comme faible du fait de mon genre. Dit-elle souvent que tout ce qu’un homme peut faire, tu peux le faire aussi. Donc elle m’a inculqué l’estime de soi, une vertu essentielle en développement personnel.

Enfin, quant à Saida Oumoulkairou Ibrahim Niass, l’épouse de Feu Cheikh Aboubacar Hassoumi Kiota, elle est pour moi non seulement une grand-mère mais également mon guide spirituel car c’est grâce à elle que j’ai vu cet islam progressiste et tolérant qu’on nous a toujours enseigné.

Aussi, j’ai vu avec elle la preuve que l’islam n’empêche pas à la femme d’être éduquée dans les mêmes écoles que les hommes et surtout d’être actrice de développement de sa communauté.

Je la remercie ici, car son cas est un modèle vivant et a inspiré beaucoup de jeunes filles musulmanes de ma communauté à étudier et à aller jusqu’à l’Université.

Niger Inter : La jeunesse c’est l’avenir du pays. Dites-nous à partir de la situation actuelle de notre pays votre perspective pour un leadership de demain plus efficace et favorable au développement du pays.

Aminatou Daouda Hainikoye : Pour l’avenir de notre cher pays, nous préconisons de faire du leadership au service de la communauté notre cheval de bataille, et qui dit leadership fait référence à l’éducation.

Nous devons mettre en avant une éducation publique de pointe en adaptant notre formation à l’exigence du marché du travail.

L’espoir est permis pour nous jeunes leaders nigériens car nous sommes cette génération qui a eu la chance d’avoir internet qui est un outil de formation par excellence pour s’instruire, mener des actions, les partager avec les autres et de recevoir au retour l’expérience des autres. Je pense que pour un leadership de qualité, la jeunesse doit être consciente de son propre destin pour mieux l’assumer. Les jeunes leaders doivent contribuer à cette prise de conscience de la jeunesse. C’est à mon sens essentiel que les jeunes leaders promeuvent des valeurs telles que le civisme, le patriotisme, la loyauté et le sens de l’intérêt général pour mieux servir notre pays.

Interview réalisée par Elh. Mahamadou Souleymane