Les députés ont examiné et adopté à la séance plénière d’hier, le Projet de loi relatif au trafic illicite des migrants. Les mouvements migratoires dans le temps et l’espace a toujours été un phénomène naturel jusqu’à ce que le crime organisé s’en mêle. Pour des raisons souvent plus économiques que politiques les jeunes des pays du Sud sont attirés par l’espérance d’une vie meilleure en Europe. Mais malheureusement la voie régulière de l’immigration vers l’Europe, à cause de la rigueur des critères à remplir, ne se laisse pas emprunter par n’importe quel profil.

Aujourd’hui, ce sont des milliers de jeunes qui choisissent la voie clandestine celle des migrants illégaux. C’est là justement où opèrent les réseaux des trafiquants offrant toutes sortes de services allant des faux papiers, au transport par terre et par mer aux milliers des candidats qui connaissent souvent un destin tragique entre les mains de ces organisations criminelles. Le drame humain engendré par le trafic illicite des migrants, qui meurent par milliers en tentant de traverser des déserts et des mers, est devenu un fléau autant qu’une véritable préoccupation dans les pays du Nord destination des migrants comme dans les pays du sud fournissant le plus gros des candidats à l’immigration. Aussi l’objet de la présente loi, que se donne un pays de grand transit de migrants comme le Niger, est de prévenir et combattre le trafic illicite de migrants ; protéger les droits du migrant objet de trafic illicite ; promouvoir et faciliter la coopération nationale et internationale en vue de prévenir et de combattre le trafic illicite des migrants sous toutes ses formes. Au débat comme à la fin du vote de texte qui a recueilli 82 voix favorables, 0 voix contre et 0 abstention.

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, est intervenu pour expliquer et surtout rassurer les députés que cette loi qu’ils ont votée n’a pas pour but d’interdire l’immigration légale et régulière mais de donner à notre pays les moyens légaux de prévenir et réprimer le phénomène trafic illicite des migrants et cela en frappant les auteurs comme les complices de ce trafic.

Mahaman Bako