L’attaque de Karamga dans la région de Diffa de la secte Boko haram qui a semé la désolation au sein de nos forces de défense et de sécurité a fait et continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Avec un bilan très lourd dans les rangs de nos soldats, cet épisode avait même semé le doute au sein de l’opinion quant a la capacité opérationnelle de nos forces à faire face aux terroristes d’Aboubacar Chekaou.

 Mais selon une source militaire contactée par les soins de Niger Inter, pas de panique ce qui était arrivé relève simplement d’une défaillance tactique au niveau du commandement sur le terrain. Selon la même source, ce n’est pas une lecture militaire de la situation le fait de considérer que l’ennemi est plus nombreux et plus armé que le bataillon sur place.

Quant au grief selon lequel que tous les armes seraient au palais présidentiel laissant les soldats a leur sort, il n’y a rien de plus faux, soutient notre source. Cette dernière soutient également que l’armée nigérienne dispose aujourd’hui de l’essentiel pour faire face a une agression extérieure quelle qu’elle soit. Et d’ajouter, sans vouloir insister, que les efforts consentis par le régime en place a Niamey est sans commune mesure avec les précédents en terme d’investissement et d’amélioration des conditions de vie des troupes.

Interroger sur l’affaire Moussa Tchangari et Nouhou Arzika, notre source sans vouloir commenter cette situation, nous a confié en substance qu’aucun pays au monde ne s’amuse de ce qui relève du secret défense. C’est pourquoi, appelle-t-elle, a la retenue et a la vigilance car le pays est en guerre. Il ne faut surtout pas qu’on se laisse divertir en oubliant l’essentiel à savoir le besoin impérieux de la cohésion nationale a la hauteur du soutient apporté a nos FDS au déclenchement de ce conflit, estime-t-elle.

Enfin relativement à la défaillance tactique de Karamga en cause, notre source pense que rigoureusement après investigation, les responsables de cette déconvenue qu’elle considère comme un jet de discrédit sur l’image des FDS et du pays doivent être sanctionnés conformément au règlement militaire. Il y a des attitudes et comportements inadmissibles de la part des combattants sur le terrain, conclut notre auditeur.

Tiemago Bizo ( Nigerinter.com)

Niger Inter

GRATUIT
VOIR