Le chef de file de l’opposition M. Seini Oumarou était récemment à Paris au chevet du président Tandja. A cette occasion, il a avoue tout son  mal être, le malaise de l’opposition nigérienne. Face a ses partisans dans la capitale française, il a déploré le fait que le MNSD soit aujourd’hui sans moyens. Selon lui les individus sont riches et le parti est pauvre. Et ces individus aujourd’hui ne sont plus ensemble pour financer les activités du parti.

 On apprend que même le financement de ses voyages se fait grâce à des gymnastiques assez éprouvantes. Le président Seini Oumarou regrette également le fait que le Mnsd ne dispose même pas d’un siège digne de ce nom après 10 ans d’exercice du pouvoir. Mais le vrai problème du président du MNSD éclate en deux ailes est le suivant: le financement des élections à venir.

 Dans une position inconfortable de leadership du parti, il se retrouve dans une posture dubitative: comment prendre en charges les dépenses électorales dans l’état de pénurie totale du MNSD? Seini est également conscient qu’il ne faut pas trop compter sur Hama Amadou pour financer sa campagne électorale encore moins sur Mahamane Ousmane. Il se raconte que Hama hésite toujours à faire de Seini président de la République car en le faisant, il mettra sa chance définitivement entre parenthèses.

 Et d’ailleurs selon nos sources Hama calcule aussi : si jamais il venait d’être disqualifie a la présidentielle par la justice, il n’est pas prêt a mettre son argent dans une élection sans grand enjeu pour lui. On comprend aisément l’attitude de notre opposition de plus en plus. La disqualification de la Cour Constitutionnelle n’est qu’un subterfuge qui cache un malaise réel : la panique de faire face aux élections comme il se doit et notamment la prise en charge du budget électoral contrairement a leur habitude au temps des vaches grasses.

 Si Seini Oumarou vient de tirer la  conséquence de leur turpitude a savoir qu’ils se sont enrichis au détriment du parti (et par ricochet du pays en 10 ans) alors ou se trouve le sens de la bonne gouvernance? On comprend aisément pourquoi également pour amuser la galerie, le chef de file de l’opposition peut faire un contre bilan des actions du président en restant juste dans son salon.

Tiemago Bizo