A l’instar des autres pays du monde dont 145 sont membres du Conseil International des Musées (ICOM), le Niger a célébré, le 18 mai dernier, la Journée internationale des musées, à travers le musée national Boubou Hama de Niamey, le musée régional de Dosso et celui de Zinder. Le thème retenu cette année est : « les musées pour une société durable », tel que choisi pour cette 38ème édition par le Conseil International des Musées. A cette occasion, nous avons réalisé ce dossier, en vue d’édifier nos lecteurs sur l’importance des musées dans la conservation et la valorisation du patrimoine culturel national.
Selon le Directeur du Patrimoine Culturel et Musées, M. Danladi Adamou, au terme du code de déontologie du Conseil International des Musées (ICOM), le musée est défini comme, « une Institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels et immatériels de l’homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserves, les communique et notamment les expose à des fins d’étude, d’éducation et de la délectation. » Le musée, a-t-il ajouté, est une institution qui contribue non seulement à la protection et à la conservation des éléments du patrimoine culturel mais aussi, c’est un cadre d’échanges, d’éducation et de distraction pour la communauté.

Au Niger, devait rappeler le Directeur du Patrimoine Culturel et Musées, le premier musée à été créé en 1959, donc un peu avant l’indépendance. Le Niger fait ainsi partie des premiers pays à mettre en place un musée mais depuis lors, cela n’a pas évolué puisqu’aujourd’hui encore, en dehors du musée Boubou Hama, seulement deux (2) musées régionaux notamment un à Zinder et un autre à Dosso ont été créés, a-t-il précisé. Nous avons mis en place un musée spécialisé dénommé musée des instruments de musique traditionnelle au CFPM-Taya de Niamey, a ajouté le Directeur Danladi Adamou avant d’indiquer qu’en termes de structures mises en place officiellement, l’on peut parler du pavillon témoin pour la création d’un musée de l’armée.
D’après les explications données toujours par le Directeur du Patrimoine Culturel et Musées, pour ce qui est des projets de création de musées et surtout avec l’avènement de la décentralisation, presque toutes les Régions veulent mettre en place des musées régionaux et même communautaires mais sûrement d’ici quelques années, tous ces musées verront jour, ce qui démontre tout l’intérêt que les Nigériens ont pour la mise en place de structures de conservation, d’information et d’éducation à travers le pays. Dans le cadre des initiatives privées, il y a de plus en plus des personnes qui sont intéressées par la mise en place de musées et aujourd’hui, souligne-t-il, l’idée forte, c’est la création d’un musée de la femme qui est un grand projet. Le musée qui se veut comme un site touristique joue un rôle extrêmement important dans le domaine socio-économique, a dit le Directeur Danladi Adamou parce qu’il a un impact positif du point de vue économique et social.
Mais jusqu’ici, il y a problème, devait-il préciser, puisque jusqu’ici le Niger n’est pas doté d’un cadre réglementaire dans ce domaine. Pour cela, des dispositions sont en train d’être prises pour combler ce retard ; et c’est dans ce sens que le ministère en charge de la Culture est en train d’adopter des textes réglementaires qui vont autoriser la création et la gestion des musées dont nous pensons, ne tarderont pas à être concrétisés, a-t-il indiqué.
Aujourd’hui, au plan international, les biens culturels sont d’une importance capitale. Ils ont des enjeux économiques forts et c’est pourquoi les pays sont en train de prendre des dispositions en vue de bien les protéger, a conclu le Directeur du Patrimoine Culturel et Musées.

Zeïnabou Gaoh (onep)

Niger Inter

GRATUIT
VOIR