L’Assemblée nationale a clôturé, hier matin, les travaux de sa 1ère session ordinaire au titre de l’année 2015 dite session des lois. La cérémonie de clôture, à laquelle ont pris part le Premier ministre, SE M. Brigi Rafini, ainsi que plusieurs présidents d’Institutions, des membres du Gouvernement et du Corps Diplomatique, a été marquée notamment par le discours de clôture prononcé par le Président de l’Institution, SEM. Amadou Salifou, (dont nous publions ci-dessous l’intégralité).
Bismillahi Rahamani Rahim
Mesdames Messieurs,
La cérémonie qui nous réunit ce jour 02 juin 2015, marque la fin de la durée légale de notre première session dite session de lois, au titre de l’année 2015. Au cours de cette session, nous nous sommes déterminés à travailler d’arrache-pied en votant des projets et propositions de lois soumis à notre appréciation, en contrôlant les actions du Gouvernement et en exécutant plusieurs actions de renforcement des capacités institutionnelles de notre parlement, des parlementaires et du personnel administratif et technique.

Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs,
La présente session se déroule hélas dans un contexte national où les esprits de nos concitoyens restent bien marqués par deux événements tristes: II s’agit, premièrement, de l’attaque barbare, le 25 Avril 2015, d’une base de l’armée nigérienne dans l’île de Karamga située dans le Lac Tchad, attaque perpétrée par des éléments de la secte Boko Haram, et qui malheureusement a fait des dizaines de morts et de blessés. Qu’un hommage mérité soit rendu à nos vaillants soldats tombés sur le champ d’honneur et à ceux qui continuent jour et nuit à veiller à la sécurité du Niger et de son peuple !
A ce propos, je me félicite de la sérénité inébranlable dont ils ont fait preuve nos Forces de Défense et de Sécurité, en réaffirmant notamment à travers un communiqué, leur abnégation à combattre plus fort que jamais les forces du mal, et leur conviction à ne jamais baisser les bras, à se battre jusqu’au sacrifice ultime pour protéger l’intégrité territoriale de notre pays pour la paix totale et la sécurité de la population.
C’est sans doute pourquoi je dois aussi me féliciter de la forte confiance et du profond amour que le peuple nigérien témoigne à son armée, et qui se sont matérialisés par l’organisation, par les médias nigériens à l’initiative de la 1ère Dame Dr Malika Issoufou, d’un téléthon en faveur des Forces de Défense et de Sécurité, action ayant permis de mobiliser plus de 2 milliards FCFA en faveur des FDS. A cela s’ajoute la forte compassion qui s’est manifestée le 1er mai dernier à l’occasion de la Fête de Travail, et le 13 mai lors de la commémoration de la Journée de la Femme Nigérienne.
A ces différentes occasions, renonçant aux festivités traditionnelles qui commémorent ces événements et en se consacrant entièrement aux prières collectives, aux méditations et aux actes de piété, aussi bien vis-à-vis des combattants, des familles des victimes et des autres couches vulnérables de la population nigérienne, le peuple nigérien a donné la preuve de son génie et de son élan spontané de solidarité. En votre nom à tous, je félicite Madame la Présidente et les journalistes organisateurs de ce téléthon, mais également le peuple nigérien tout entier qui, comme un seul homme, s’est mobilisé contre le règne de l’arbitraire et de la terreur.
– Deuxièmement, il y a l’épidémie de méningite qui a déjà occasionné plusieurs dizaines de morts dans des régions de notre pays, en dépit des efforts louables faits par le Gouvernement pour la circonscrire, à travers des campagnes de vaccination de la population dans toutes les zones affectées. C’est d’ailleurs pour contribuer, à ma manière, à la lutte contre cette psychose, et pour apporter un soutien moral aux malades et à leurs familles, que je me suis personnellement rendu sur le site de leur internement au quartier Lazaret de Niamey le 05 mai dernier, pour constater de visu l’état des malades, du personnel oignant et des infrastructures sanitaires. Je suis sorti réconforté de cette visite, au regard des dispositions qui ont été prises pour soulager les malades, mais aussi du sérieux et du dévouement avec lequel le personnel soignant nigérien et celui de la coopération travaillent d’arrache-pied pour combattre l’épidémie. C’est pour moi l’occasion de leur rendre ici un vibrant hommage et de les encourager pour qu’ils persévèrent dans cette mission humanitaire.

assemble-2Pour ces deux drames nationaux, en votre nom à tous, je présente mes condoléances les plus attristées aux familles des disparus et je souhaite un prompt rétablissement à tous les blessés et à tous ceux qui souffrent encore de la méningite. Aussi dois-je demander à tous et à l’imam de la mosquée de dire une Fatiha pour le repos- en paix des disparus. Merci
Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs,
Sur le plan international, je m’en voudrais bien si je ne relève pas, avec joie, le déroulement des élections libres et transparentes au Nigeria, notre grand voisin et qui viennent consacrer, pour la première fois dans ce pays, une alternance démocratique qui a porté Son Excellence Muhammadu Buhari à la tête de ce géant d’Afrique. L’alternance au Nigeria prouve que les Africains sont capables, s’ils se décident, de prendre le destin de l’Afrique en mains, dans la paix et l’harmonie. Puissent tous les pays africains s’y inspirer dignement, et placer à chaque fois l’intérêt collectif au-devant de toute autre considération.
La situation dans le monde se caractérise également par les conflits en Somalie, en Syrie, en Irak et au Yémen, à travers lesquels on enregistre des milliers de morts et aussi des millions de déplacés, créant ainsi des crises humanitaires qui attristent notre monde. Que Dieu ramène la paix dans les cœurs des Hommes !
Je pense également aux récents tremblements de terre intervenus à partir du 25 avril au Népal, et qui ont fait plus de 8000 morts et des milliers de sans-abris. Dans le même chapitre, je me dois de souligner la tragédie qui intervient dans les différentes mers de la planète. J’ai une pensée particulière pour les migrants d’Asie et d’Afrique, pour ces milliers de jeunes gens, de femmes et d’enfants, qui périssent dans les eaux à la recherche d’un bonheur incertain. Rien que la semaine écoulée, c’est environ 4200 jeunes Africains qui ont été secourus dans la mer méditerranée. Mais quelques jours auparavant, plus de 800 personnes y ont péri dans des circonstances dramatiques, et des centaines retrouveront difficilement leur équilibre mental.
Face à cette tragédie de l’immigration, le monde doit se mobiliser! Aussi bien l’Europe, terre de prédilection, que l’Afrique, terre de départ et de transit. J’en appelle à la prise de conscience de tous, pour prendre des dispositions efficaces et arrêter cette hémorragie meurtrière. Les dirigeants africains se doivent pour cela de concevoir et mettre en œuvre des politiques ciblées, authentiquement africaines, de création d’emplois, et donc de rétention de cette main-d’œuvre utile. Quant aux jeunes eux-mêmes, ils doivent se ressaisir et se convaincre que l’Afrique est le Continent d’avenir et qu’aucune autre partie du monde ne pourrait promettre mieux à sa jeunesse.
Monsieur le Premier ministre,
Honorables députés
Mesdames et Messieurs,
Pour revenir au déroulement de notre session, nous avons procédé à l’adoption de presque toutes les lois soumises par le Gouvernement et par les députés. Il vous souviendra à cet effet que suite au vote unanime de la résolution qui autorise le Président de la République à envoyer des troupes à l’extérieur, au cours de la première session extraordinaire tenue le 09 février 2015, nous avons, et ce de façon tout aussi unanime, accepté de reconduire l’état d’urgence pour créer, au profit de nos Forces de Défense et de Sécurité, de meilleures conditions d’action. Ceci démontre, si besoin est, notre conviction commune que seule la résistance de notre armée et de notre vaillant peuple à l’adversité peut nous permettre de mener une existence paisible et digne dans nos foyers. Cela démontre aussi que nous ne pouvons accepter l’idée de nous soumettre à la menace des fous qui, au nom des hérésies qu’ils ne maîtrisent guère, pillent et brûlent des villages, enlèvent femmes et enfants, et égorgent des vieillards.
C’est pourquoi je réaffirme ici ma conviction que dans le cadre de la force multinationale, les Armées nigérienne, tchadienne, camerounaise et nigériane combattront et extermineront les égarés de Boko Haram jusqu’au dernier.
Nous avons aussi examiné onze (11) projets de loi portant ratification de certaines ordonnances prises par le Gouvernement pendant l’intersession, ordonnances relatives aux engagements de l’Etat vis-à-vis de ses partenaires, notamment sur la mobilisation des ressources financières au bénéfice de notre pays. Ces ordonnances permettent de poursuivre et de renforcer les actions du Gouvernement dans des secteurs vitaux tels que les infrastructures routières, le barrage de Kandagi, la santé des enfants, l’électrification rurale, la sécurité alimentaire.
D’autres conventions non moins importantes permettant au Gouvernement de remplir ses engagements internationaux ont été discutées et approuvées lors de la présente session. C’est le cas notamment de l’ordonnance n°2015-07 du 29 janvier 2015 autorisant la ratification de la convention de l’Union Africaine sur la Coopération Transfrontalière, adoptée le 27 juin 2014 à Malabo (Guinée Equatoriale).

Monsieur le Premier ministre
Mesdames et Messieurs,
De même d’autres projets de loi non moins importants ont été concernés par l’effort législatif de l’Assemblée Nationale. Il est ainsi de la loi de la sécurisation des biens et des personnes et de l’amélioration de certains secteurs vitaux de la Nation. Ainsi, le projet de loi portant code de procédures civiles, celui fixant les modalités de Gestion des Saisies, des confiscations et des gels en matière pénale ; un projet relatif aux principes fondamentaux de la protection des consommateurs au Niger ; le projet de loi portant organisation, attributions et fonctionnement des tribunaux de commerce en République du Niger, et bien d’autres, ont été adoptés dans l’unisson des cœurs et des esprits.
Concernant l’immigration clandestine, notre pays a adopté, au cours de cette session, une loi réprimant le trafic illicite des migrants. C’est la parfaite manifestation de la volonté du Gouvernement que vous dirigez, Excellence Monsieur le Premier ministre, sous la vision éclairée du Président de la République, son excellence Issoufou Mahamadou, de combattre sans réserve ce phénomène, car notre pays est ici doublement concerné, étant à la fois un pays de départ et une plate-forme de transit.
Dans le cadre de la réforme du service public des télécommunications, nous avons aussi, en toute souveraineté, voté deux importantes lois permettant au Gouvernement de mieux maîtriser ce secteur vital tant sur le plan économique que social. Il s’agit du projet de loi modifiant et complétant la loi n°2012-70 du 31 décembre 2012, portant création, organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste et celui instituant la passerelle unique pour mieux contrôler le trafic international et lutter contre la fraude. Il ne reste plus au Gouvernement qu’à mettre en œuvre ces instruments juridiques avec l’efficacité souhaitée.
Sans les citer de façon exhaustive, cette session a été l’occasion de se pencher sur plusieurs projets et propositions de lois, et d’adopter plusieurs autres, à savoir le projet de loi déterminant les principes fondamentaux de l’enseignement et de la formation professionnels et techniques, ou ceux portant création d’un établissement à caractère culturel, scientifique et technique dénommé Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), d’un autre établissement Public à caractère Culturel et Technique dénommé  »Musée National Boubou Hama », ou encore celui portant création de l’Agence de la Grande Muraille Verte (ANGMV), etc.
Sur le plan de la coopération et de la diplomatie parlementaire, la présente session, on se le rappelle, avait commencé sous de bons auspices avec la participation record des présidents des Assemblées Nationales du Sénégal, du Tchad, de la Mauritanie, des vice-présidents des Assemblées Nationales du Mali et de la Guinée. Il vous souviendra qu’à l’occasion, nous nous sommes quittés sur l’engagement d’un renforcement de la coopération entre nos différents parlements pour mieux soutenir l’action de nos gouvernements respectifs.
Dans le prolongement de cette idée, j’ai pu prendre part aux travaux de la 132ème Assemblée Générale de l’Union Interparlementaire (UIP) qui a eu lieu du 28 Mars au 1er avril à Hanoï au Viêtnam, puis de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), qui a eu lieu du 09 au 11 avril 2015 à Dakar. A ces deux forums, j’ai pu, en votre nom à tous, porter la voix de notre pays et pris part aux travaux. On peut noter comme résultats une participation remarquée et une meilleure visibilité à la rencontre l’UIP au Viêt-Nam et l’élection du Niger à la vice-présidence, en la personne de notre collègue Mme Zakari Aminatou Habibou, lors du sommet de l’APF de Dakar. C’est l’occasion de la féliciter et de l’encourager. Notre participation reste aussi active et visible dans toutes les autres organisations parlementaires sous-régionales, régionales, continentales et internationales où nos représentants s’illustrent et font honneur à notre pays.
Au plan strictement interne, le déroulement de cette session a également permis de constater le retour progressif au calme et à la sérénité dans notre hémicycle. C’est le lieu de vous féliciter, chers collègues députés, car vous avez démontré votre hauteur d’esprit et votre sens de responsabilité lors des élections portant renouvellement du bureau de notre institution. Nous avons réussi à mettre en place le bureau de l’Assemblée et les bureaux des commissions dans le délai imparti par notre calendrier. Je me suis personnellement investi dans le cadre de cette recherche de consensus à travers laquelle les parlementaires que nous sommes, se sont parlé franchement et ont mis à l’avant le seul intérêt de notre pays.
Sur tout un autre plan, l’organisation de plusieurs journées parlementaires d’information portant sur des thématiques aussi diverses que variées, les unes aussi pertinentes que les autres, était également à l’ordre du jour de notre session. Ce sont des thèmes sur la santé, les procédures judiciaires ou la lutte contre la corruption et le trafic des migrants qui ont été développés. Je voudrais ici adresser mes vifs remerciements aux différents partenaires qui nous ont accompagnés dans ces activités.

Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs
L’une des trois prérogatives du parlementaire est de contrôler l’action du Gouvernement. Au cours de cette session, les députés ont bien exercé cette fonction à travers des questions d’actualité, des questions orales et des interpellations. Des ministres en charge de divers portefeuilles ont été écoutés, notamment ceux en charge de l’Agriculture, de la Santé et des Télécommunications.
Et tout au long des travaux dans les commissions permanentes, les députés ont travaillé, à chaque fois, main dans la main avec les membres du Gouvernement qui leur ont toujours apporté les éclairages nécessaires pour mieux apprécier les textes à examiner. C’est alors un devoir pour moi de vous féliciter, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, ainsi que vos cadres techniques, et de vous en remercier sincèrement. Je demeure convaincu que vous avez fait preuve d’efficacité tout au long de cette session et que je peux compter sur vous pour maintenir cet élan, les jours, semaines ou mois à venir. Cette efficacité qui n’aurait pas été possible sans la collaboration active du personnel de l’Assemblée Nationale, de la Presse et des Forces de Défense et de Sécurité, auxquels je rends un hommage bien mérité.

Excellence Monsieur le Premier ministre,
Honorables députés,
Mesdames, Messieurs,
Nous assistons en ce moment à une installation timide de la saison pluvieuse. Cela demeure une préoccupation fondée, justifiant l’inquiétude qui se lit sur les visages de la majorité de notre population dans un pays où l’agriculture et l’élevage constituent les activités principales des populations. Je vous invite alors à multiplier les prières pour que Dieu descende Sa Miséricorde sur notre pays et nous gratifier d’un hivernage fécond. Prions pour qu’Allah, Le Tout-Puissant, nous mette à l’abri des inondations et des ennemis des cultures et nous garantisse d’excellentes récoltes sur l’ensemble de notre pays, qu’il ramène la paix et la sécurité nécessaires dans nos villes, nos villages et nos foyers respectifs.
C’est sur cette note d’espoir que je déclare close la première session ordinaire pour l’année 2015, tout en souhaitant à mes collègues députés un bon retour dans leurs foyers.

Que Dieu protège le Niger et son peuple !
Vive la République ! Vive te Niger !
Je vous remercie ! »

Onep

Niger Inter

GRATUIT
VOIR