Après le démenti de l’opposition politique par la voix de son porte-parole Ousseini Salatou, les langues commencent à se délier au sein de l’Alliance. En effet, selon des sources très proches des leaders de l’ARDR, ce livre blanc non assumé est bel et bien l’œuvre de l’ARDR. Ce document qu’on peut appeler désormais tract, n’est que l’émanation de la rédaction de la première mouture du projet de livre blanc tome 2.

Le comité de rédaction a donc concocté sa première version soumise à l’amendement et validation des leaders. Selon des sources concordantes, tout a été chamboulé par la précipitation et l’impatience du leader de Lumana, le fugitif parisien qui considère Mahamane Ousmane et Seini Oumarou comme mous et inefficaces dans la conduite de la lutte contre le régime en place.

C’est donc pressé qu’il est, tenant compte du contexte et de son agenda personnel, Hama Amadou a fait publier ce document par ses bras armés, advienne que pourra. Une de nos sources nous indique que parmi les personnes qui ont distribué ce tract a la presse, il y a particulièrement un qui n’oserait jamais agir sans mot d’ordre de son mentor Hama.

La suite est connue, le sort réservé à ce document est triste même si le porte-parole de l’ARDR se délecte de son contenu. Quel gâchis ! Cette attitude met en évidence l’idée selon laquelle l’opposition actuelle manque non seulement d’initiative mais aussi repose sur une cohésion très précaire.

Longtemps annoncé et très attendu les militants de ARDR, on pourrait dire sans risque de se tromper que le livre blanc tome 2 a vécu. L’impatience est mauvaise conseillère. Une de nos sources très dégoutée de cette irresponsabilité, se demande entre Hama qui a fui et ceux  qui sont sur le terrain qui est plus lâche ?

 On comprend justement que lorsqu’on a choisi la fuite combien il est difficile de savourer cette vertu qui nous demande souvent de savoir nous faire violence pour atteindre nos objectifs. La conséquence c’est que du fait de cette mauvaise attitude, l’ARDR se fragilise davantage et vit cette situation comme un recul dans sa lutte très mal appréciée par ses militants. Ils sont nombreux à considérer les leaders de l’ARDR comme des opposants de salon quand ils sont sur le terrain et de mauviettes lorsqu’ils ont choisi l’abandon du combat sur le terrain. Pourtant le  sacrifice est le seul secret pour être un grand leader.

Le comble de la lâcheté de l’ARDR c’est d’attribuer au pouvoir la paternité de son « bébé importé » (pardon son tract). Nous avons très bien eu en temps réel à Niger Inter, le réflexe de dire que le document en cause ne saurait être signé en l’état par aucun homme d’Etat pour la simple et bonne raison qu’il comporte des éléments très sensibles et dangereux qui risqueraient d’amener ses auteurs en prison comme en leur temps ils n’ont pas hésiter d’emprisonner le vieux Jackou quand il avait glissé de manière moins flagrante que ce que contenait ce tract de Monsieur X.

Tiémago Bizo