En marge du lancement de la semaine de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale, la Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou et le ministre de la Santé Publique, M. Mano Aghali, ont procédé à l’inauguration officielle du Centre de santé de la mère et de l’enfant de la région d’Agadez. Cette cérémonie s’est déroulée en présence des épouses du Premier ministre et du président de l’Assemblée Nationale, des membres du gouvernement, des représentants des partenaires techniques et financiers, et de nombreux invités.

Situé au quartier Dagamanett, cette formation sanitaire a pour vocation de servir de centre de référence aux 63 Centres de Santé Intégré (CSI) de la région, répartis dans les quatre (4) districts sanitaires de la région d’Agadez, que sont Agadez commune, Arlit, Bilma et Tchirozérine. Ce centre est destiné à appuyer la prise en charge annuelle de 22.086 grossesses attendues, parmi lesquelles 3.312 présenteront probablement des complications qui nécessiteront des interventions obstétricales majeures.

En procédant à l’inauguration de ce centre, la Première Dame a exprimé toute sa satisfaction pour l’attention accordée à la prise en charge de la femme et de l’enfant. Elle a émis le vœu que ce centre puisse servir les femmes et les populations d’Agadez dans leur ensemble. «Je profite de l’occasion pour leur dire que ce centre a été construit pour elles. Je voudrais qu’elles viennent pour faire des consultations. J’ai constaté que le centre est bien équipé, et je souhaite qu’il soit utilisé à bon escient et qu’il soit bien entretenu» a dit Dr Lalla Malika Issoufou. Pour le ministre de la Santé Publique, M. Mano Aghali, avec l’ouverture de ce centre de santé de la mère et de l’enfant, il s’agit de prendre en charge les questions de la santé de la reproduction, de la femme, et de l’enfant.

inauguration-2«Il s’agit de faire en sorte qu’il n’y ait plus de décès maternel ; il s’agit d’auditer les décès maternels ; de suivre et de faire en sorte que la naissance soit un événement heureux dans la famille, dans la communauté, et non pas un drame. Nous encourageons les femmes du Niger à se rendre dans les formations sanitaires pour les consultations. Il faut venir accoucher dans les formations sanitaires» a ajouté le ministre. La Première Dame a eu droit à une visite guidée des locaux du centre de santé de la mère et de l’enfant. Elle a profité de l’occasion pour recueillir les doléances des responsables du centre, et des malades.
Les principales missions assignées au centre de santé de la mère et de l’enfant, sont entre autres, d’assurer les prestations gynécologiques, obstétricales, néonatales et postes natales ; d’assurer les prestations de la planification familiale ; d’assurer les prestations pédiatriques ; de servir de cadre de formation et de recherche en matière de gynécologie, d’obstétrique et de pédiatrie ; et de prendre en charge les références et assurer les contre-références. Le centre compte en son sein plusieurs services. 64 agents dont 26 fonctionnaires, 3 auxiliaires et 35 bénévoles assurent la prise en charge des femmes et des enfants.
Avant son inauguration, le centre a déjà mené des activités techniques dont notamment 1712 consultations gynécologiques ; 1802 consultations échographiques ; 284 consultations pédiatriques ; 946 examens de dépistage de lésions précancéreuses du col de l’utérus ; 159 accouchements suivis ; 62 césariennes effectuées etc.

Oumarou Moussa Envoyé spécial(onep)