Le 26 juin dernier, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, a donné le premier coup de pelleteuse lançant les travaux du troisième échangeur de la ville de Niamey dénommé  »Echangeur Diori Hamani » et d’aménagement de la zone du marché de Katako. La cérémonie consacrée à l’événement a mobilisé le Président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, SE. Brigi Rafini, les députés nationaux, les représentants des autres institutions de la République, les membres du gouvernement, ceux du corps diplomatique, des organisations internationales, ainsi que d’autres invités, mais aussi une foule nombreuse venue à l’esplanade du Palais du 29 juillet, lieu de la cérémonie.
Le lancement des travaux de construction de  »l’Echangeur Diori Hamani », le troisième dans la ville de Niamey, s’inscrit dans le cadre du programme « Niamey Nyala», ou «Niamey la coquette», que le Président Issoufou Mahamadou a initié à son arrivée au pouvoir en 2011. Avec le lancement des travaux de ce troisième échangeur, le Président de la République continue ainsi la concrétisation de cette ambitieuse initiative qui participe du programme de Renaissance du Niger. Dans le domaine des infrastructures, c’est le 7ème chantier qui a été lancé en six mois, précisera le ministre de l’Equipement M. Ibrahim Nomao.

prn-2Intervenant après avoir donné le premier coup de pelleteuse des travaux de l’échangeur Diori Hamani et l’aménagement de la zone du marché Katako de Niamey, le Président de la République, a indiqué «qu’il s’agit d’un important investissement de plus de quarante un milliards de Francs CFA ». A cette occasion, il a lancé un appel aux populations de Niamey, au sujet de la mise en œuvre de Niamey Nyala. «Le gouvernement seul ne peut réaliser l’ambitieux programme Niamey Nyala, il faut la contribution de la population de Niamey.
lancement-3
Et cette contribution-là est simple.
Il s’agit pour la population de Niamey de contribuer à l’entretien des investissements importants qui sont en train d’être réalisés. Et, au-delà des investissements qui sont en train d’être réalisés, nous demandons aux populations de Niamey de se mobiliser pour la salubrité de la ville», a dit le Président de la République. En effet, a-t-il déploré, c’est gênant de voir l’insalubrité se développer dans certains quartiers de Niamey. «C’est à notre portée, c’est à la portée des populations de Niamey, de rendre cette ville propre. C’est l’ambition du gouvernement et nous souhaitons, que cette ambition soit aussi celle des populations de Niamey, qu’elles se soucient de son environnement», a ajouté SEM Issoufou Mahamadou.
Le Chef de l’Etat a également réaffirmé sa volonté de poursuivre, d’autres projets envisagés pour la ville de Niamey, notamment l’aménagement des corniches, l’aménagement du rond-point des armées avec la construction d’un autre échangeur, l’aménagement de l’avenue depuis l’aéroport jusqu’à ce rond-point, l’aménagement de l’avenue venant du rond-point des armées en passant par le rond-point de la Liberté, jusqu’au Gountou yéna.

Autant d’ambitions pour la ville de Niamey. Ces ambitions ne se limitent pas seulement à la ville de Niamey, a indiqué le Président de la République, car elles portent aussi sur l’ensemble du pays. Les autres grandes villes, notamment, Tillabéri, Dosso, Maradi, Zinder, Agadez,
Tahoua, Diffa, ont elles aussi, leur programme Nyala. Les campagnes sont également concernées avec des routes bitumées et des pistes rurales, a dit SEM Issoufou Mahamadou, avant de réaffirmer son engagement à continuer à porter ce programme.
L’échangeur Diori Hamani, «un chef d’œuvre architectural »

lancement-4Auparavant, le ministre de l’équipement, M. Ibrahim Nomao, a rappelé les autres réalisations faites dans le domaine des infrastructures dans le cadre du programme de Renaissance du Niger. Plusieurs infrastructures ont en effet été déjà réceptionnées et d’autres sont en cours de réalisation, a souligné M Ibrahim Nomao. Pour ce qui de l’échangeur Diori Hamani, qui immortalise la mémoire du premier Président du Niger, sa construction va permettre une meilleure mobilité. Le projet a pour maitre d’ouvrage le ministère de l’équipement, et sera exécuté par SOGEA Satom Niger qui en est le maître d’œuvre, sous le contrôle de GERMS Consulting, le tout pour un coût de 41.614.280.769 FCFA, cofinancé par la BOAD, la BOA Niger, et l’Etat du Niger pour une durée de 27 mois. L’ouvrage dont l’assistance a visionné la maquette, est un véritable chef d’œuvre architectural. Tel que décrit, le projet comprend la construction d’ouvrages d’art et l’aménagement de 4.000 mètres linéaires de voies. Il s’agit précisément d’un échangeur à trois niveaux au carrefour de l’école Diori, dont un tunnel ; d’un pont cadre à la traversée de l’agglomération du marché « katako » pour séparer le flux du trafic en transit et celui à destination du marché ; d’un pont à poutres métalliques assurant le franchissement de Gountou Yéna en prolongement du boulevard de la liberté ; de 4000 mètres linéaires de voies dont l’aménagement consiste essentiellement au renforcement et à l’élargissement de l’assiette de la chaussée existante pour assurer un écoulement efficient du trafic à l’horizon des dix prochaines années. Le projet comprend également l’aménagement du canal de « Gountou yéna » ; la construction de quatre passerelles pour piétons ; l’aménagement de parkings pour assurer le stationnement des automobiles, évitant ainsi l’engorgement constaté actuellement du fait du stationnement aux abords et sur la chaussée.
La qualité des travaux et l’entretien des infrastructures, des exigences du maître d’ouvrage et des bailleurs de fonds.
Ces importants travaux doivent faire l’objet d’un respect rigoureux des normes techniques et des délais contractuels, a dit le ministre Ibrahim Nomao à l’attention des différents prestataires. Aussi, le ministre de l’équipement a lancé un pressant appel, aux populations riveraines sur lesquelles le chantier aura certainement des impacts, pour une meilleure compréhension et une meilleure collaboration afin de ne pas entraver la bonne mise en œuvre du projet. Il a assuré que l’indemnisation des biens impactés sera faite conformément aux textes en vigueur.
En perspective, le ministre de l’Equipement a annoncé les chantiers de construction du 3ème pont de Niamey, l’aménagement et le bitumage de la corniche de Yantala suivi de la construction du pont des deux corniches passant derrière l’hôtel Gaweye, l’élargissement du boulevard de la liberté et de l’aéroport, ainsi que la construction du 4ème échangeur au rond-point des armées.
Pour sa part, le Gouverneur de la région de Niamey, M. Hamidou Garba, a salué également la construction de cet échangeur qui, a-t-il indiqué va décongestionner la circulation dans la ville, et aussi l’embellir.
Le représentant de la BOAD, M. Cheik Omar Haidara a rappelé, le partenariat entre son institution et le Niger. Le montant total des engagements de la BOAD au Niger, s’élève jusque-là à 416,5 milliards de francs CFA, tous secteurs confondus, dont 185 milliards de francs CFA consacrés aux infrastructures de transport, soit un taux de 44,4%, a-t-il précisé. Ce qui montre l’importance que la BOAD accorde au secteur des infrastructures en général et aux infrastructures du transport routier en particulier, a expliqué M. Cheik Omar Haidara. Toutefois, a-t-il souligné, «les performances attendues du secteur routier ne seront atteintes que si les dispositions sont prises pour assurer l’organisation et le financement de l’entretien des infrastructures réalisées». À ce sujet M. Cheik Omar Haidara a bien apprécié les efforts de l’Etat du Niger pour mobiliser des ressources pérennes et rendre effectivement autonome la Caisse de Financement de l’Entretien Routier (CAFER). Il a saisi l’occasion pour réaffirmer l’engagement de la BOAD à accompagner le gouvernement du Niger dans ses efforts pour la réalisation du Programme de Développement Economique et Social (PDES). La coopération entre la BOAD et le Niger a encore de beaux jours devant elle, a laissé entendre M. Cheik Omar Haidara.

Souley Moutari(onep)