Un total de 15 éléments du groupe terroriste Boko Haram ont été tués et 20 autres faits prisonniers par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) nigériennes au cours d’accrochages, du 18 au 23 juin dernier, dans la commune de Gueskérou, région de Diffa, proche de la frontière du Nigéria, annonce mercredi un communiqué du ministre nigérien de la Défense à Niamey.

En effet, suite aux attaques menées dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 juin dernier dans les localités de Lamana et Ingoumaoua, dans la commune de Gueskérou, par la secte islamiste, tuant 38 civils, les FDS ont engagé des opérations terrestres et aériennes dans le secteur.

Selon le bilan global des opérations rendu public mercredi par le porte-parole du ministre nigérien de la Défense, Moustapha Ledru, 15 terroristes ont été tués, 20 autres faits prisonniers, 1 engin blindé et 26 motos détruits, 2 caches contenant des vivres, des médicaments et du carburant, détruites.

Aucun blessé n’a été constaté dans les rangs des FDS, précise le communiqué.

Le ministre nigérien de la Défense nationale, Karidjo Mahamadou, a indiqué qu’il « a vivement félicité les FDS pour ces brillantes opérations menées contres ces terroristes et les encourage à poursuivre ce noble combat pour la paix et la sécurité au Niger et dans la sous-région », précise-t-on de même source.

Depuis plus de trois mois, le Niger, comme d’autres pays riverains du bassin du lac Tchad, fait face à des attaques meurtrières de Boko Haram à partir des ses positions au Nigeria, ayant occasionné plusieurs dizaines de victimes civiles comme militaires.

Les forces armées nigériennes et tchadiennes avaient engagé une opération de grande envergure contre la secte Boko Haram et pour sécuriser la zone du lac Tchad après plusieurs attaques des localités nigériennes de Bosso et Diffa, frontalières du Nigéria.

 Xinhua

Niger Inter

GRATUIT
VOIR