A l’issue de la publication de sa revue annuelle le 14 mai 2015, SAVANNAH PETROLEUM NIGER S.A a eu des rencontres d’échanges avec des officiels nigériens du Ministère de l’Energie et du Pétrole. Il s’agissait de présenter le bilan annuel des activités de cette société, qui a signé avec l’Etat du Niger un Contrat de Partage de Production le 3 juillet 2014 sur les blocs R1 et R2 de l’Agadem. Avant le démarrage de ses activités, cette société s’est acquittée d’un bonus à la signature de 34 millions de dollars (soit 17 milliards de FCFA) versé à l’Etat nigérien. Un degré d’engagement rarement vu à ce niveau, excepté de la part du chinois CNPC.

L’année a surtout été marquée par l’utilisation de la FTG survey (Full Tensor Gravity Gradiometry) en liaison avec la compagnie britannique ARKEX, pour le levé géologique sur ses permis. L’utilisation de cette technologie innovante, a constitué une première historique au Niger, ayant abouti à des avancées notables dans le domaine de l’exploration pétrolière. Cela a abouti à la création d’un modèle géologique qui renferme au moins 14 prospects, prêts à être forés.

Pendant qu’elle s’apprête à commencer la deuxième année de ses opérations au Niger, Savannah Petroleum semble rentrer dans une nouvelle dimension. En effet, des sources bien informées nous apprennent que de partenaires potentiels ont été contactés pour une introduction de capitaux visant à financer le programme d’exploitation à hauteur de 100 milliards de FCFA, pour la seconde phase qui devrait voir le jour avant la fin de l’année. Ces partenaires potentiels proviennent aussi bien de sociétés privées européennes et américaines, que des compagnies étatiques asiatiques, avec lesquelles les discussions sont en bonne voie.

L’introduction d’un partenaire est une pratique habituelle dans le domaine de la recherche et de l’exploitation pétrolière ; elle permet d’apporter une expérience technique additionnelle, tout en partageant les risques.

Seini Seydou Zakaria(onep)