Comme vous le savez, dans l’affaire dite des bébés importés du Nigeria dans laquelle sont impliquées plusieurs personnalités du pays  dont  l’ancien  président  de l’Assemblée  nationale,  Hama Amadou, la Cour d’Appel (CA) de Niamey  saisie  du  dossier  après que le Tribunal Correctionnel du Tribunal de Grande Instance Hors Classe de Niamey se fut déclaré incompétent,  avait  mis  en  délibéré son verdict final pour le 13 juillet  2015.

Tous  les  regards  et les  faux  espoirs  des  militants lumanistes étaient rivés sur la CA de Niamey. En ce lundi 13 juillet 2015, malgré le carême, l’enceinte de  la  Cour  d’Appel  de  Niamey avait  été  prise  d’assaut  par  les militants  du  Lumana  venus  en masse pour entendre le prononcé du  délibéré  de  l’affaire  dite  des bébés importés du Nigéria. Déjà, les jours précédents, une espèce d’ambiance festive régnait dans les milieux lumanistes comme s’ils étaient  mis  dans  le  secret  des délibérations de la Cour. Mieux, la  résidence  du  Fugitif  venait d’être badigeonnée par une nouvelle couche de peinture pour faire peau neuve à l’occasion du retour triomphal de  »Tawèye baba » depuis Paris.

A lire aussi…

Les réseaux sociaux et  certains  médias  avaient  été investis pour relayer l’information. On ne sait pas d’où venait cette assurance des hamistes par rap- port à la décision de la Cour d’Appel de Niamey, toujours est-il qu’ils étaient  très  confiants  en  cette veille  du délibéré. Patatras, ce fut la  grande  déculottée,  lorsque d’une voix calme et posée, le président  de  la  CA  de  Niamey, Gayakoye, donna lecture du prononcé, puis s’ensuivit dans la salle d’audience un silence des cimetières. Militants lumanistes, accusés et leurs conseils furent littéralement abasourdis par le verdict final qui reconnaissait au Tribunal Correctionnel pleine compétence pour connaître de l’affaire au fond et rejetait, subsidiairement, la de- mande  visant  à  faire  annuler  le mandat  d’arrêt  national  délivré contre le sieur Hama Amadou. La mort dans l’âme, les hamistes ne mirent pas plus d’une minute pour quitter les lieux, la grande  espérance de la veille ayant fait sans  doute  place au  grand  désenchantement du jour et  la  gigantesque fête prévue à cet effet  remise  à  plus tard ! Les hamistes ne tirent jamais les leçons  du  passé, car rappelez-vous, dans le litige ayant opposé le MNSD à Hama Amadou, les partisans  de  ce dernier avaient affiché la même confiance à la veille du verdict final du Tribunal, et Hama lui-même se trouvant à l’extérieur à l’époque était rentré  précipitamment  au  Niger pour savourer sa  »victoire ». Mal- heureusement,  la  déconvenue avait été à la hauteur de l’illusion de  la  veille,  car  le  Tribunal  de Grande Instance de Niamey avait donné  raison  à  Seini  Oumarou pour  le  contrôle  du  MNSD Nassara. A l’époque, on avait expliqué  l’euphorie  prématurée  du camp Hama par un soudoiement des juges en charge du dossier à l’aide d’un gros paquet d’argent. Malheureusement  pour  les hamistes,  la  justice  nigérienne était restée inflexible et incorruptible. Aujourd’hui, il semblerait que la même méthode aurait été  tentée mais sans succès !

En tout état de cause, pour nous autres  lettrés,  la  décision  de  la CA ne rendra pas à Hama Amadou la plénitude de ses droits, car l’affaire  sera  toujours  renvoyée devant un tribunal pour être jugée au fonds. C’est pourquoi l’atmosphère  fiévreuse  qui  avait  régné dans les milieux Lumana à la veille du verdict de la CA dénotait tout simplement de l’analphabétisme et  surtout  de  l’ignorance  crasse de ces milieux lumanistes des arcanes  judiciaires  !  Au  bas  mot, cette  affaire  est  partie  pour  au moins une nouvelle année !

(Nous y reviendrons avec un peu plus de recul dans nos prochaines éditions).

  Zak  (OPINIONS N° 265 DU 21 JUILLET 2015)

Niger Inter

GRATUIT
VOIR