LONDRES, 22 juillet (Xinhua) — Des fragments d’un ancien Coran qui auraient environ 1 400 ans ont été retrouvés par l’université de Birmingham. Selon l’université, qui a fait cette annonce mercredi, il s’agirait de l’un des plus anciens manuscrits du Coran du monde.

L’université de Birmingham a indiqué que le manuscrit consistait en deux pages de parchemin, contenant des parties des sourates – ou chapitres – 18 à 20, retranscrites à l’encre à l’aide d’une forme précoce d’alphabet arabe. Les deux pages avaient été reliées par erreur, il y a de nombreuses années, avec celles d’un manuscrit du Coran similaire, conservé à la bibliothèque de recherche de Cadbury.

Cependant, grâce à une analyse au radiocarbone réalisée par le laboratoire de l’université d’Oxford et dont les résultats sont fiables à 95,4 %, il a été déterminé que le texte figurant sur les pages aurait été reproduit à la main entre 568 et 645 après Jésus-Christ.

« Les chercheurs concluent que ce manuscrit du Coran est l’une des premières preuves écrites du livre sacré de l’islam à avoir subsisté. La découverte du manuscrit du Coran à Birmingham revêt une importance considérable, au plan mondial, pour le patrimoine musulman et l’étude de l’islam, » a affirmé l’université.

« La datation au radiocarbone a permis d’obtenir des résultats enthousiasmants, qui contribuent de façon significative à notre compréhension des premiers exemplaires écrits du Coran. Nous sommes ravis qu’un document historique aussi important soit ici, à Birmingham, la ville la plus culturellement diverse du Royaume-Uni, » a déclaré la directrice des collections spéciales (bibliothèque de recherche de Cadbury) Susan Worrall, à l’université de Birmingham.

Le manuscrit sera exposé au Barber Institute of Fine Arts, à l’université de Birmingham, du 2 au 25 octobre.

http://french.xinhuanet.com/2015-07/23/c_134437828.htm