Monsieur le ministre,

Non au rejet bis des femmes fistuleuses !

Non à la non-assistance à personnes en danger !

Non à l’exclusion des fistuleuses au droit à la santé !

Monsieur le ministre, je ne suis ni une étudiante de l’Union des scolaires nigériens, ni une activiste d’une certaine société civile et non plus une opposante politique.

Si j’ai commencé ma missive avec des propos désobligeants et irrévérencieux à votre égard, c’est juste pour mieux attirer votre attention me permettant ainsi d’exprimer mon indignation face à la cruauté et au non-sens de vos services.

En effet, je viens d’apprendre que grâce aux méfaits de la mal gouvernance de votre département et/ou de vos agents, une équipe de spécialistes américains en traitement de la fistule obstétricale a suspendu ses interventions au profit des femmes fistuleuses.

Je me demande qui voudrait achever ces femmes déjà rejetées pour la majorité par leurs maris ? Qui serait ce criminel, ce franc-tireur qui n’épargnerait même pas des cadavres ?

Monsieur le ministre, je vous demande d’essayer de déposer votre turban pour rendre visite à ces femmes à ce pavillon qui tient lieu de garage pour ces femmes puisque qu’à défaut de spécialistes, ces fistuleuses sont là à tuer le temps isolées de la société qui apparemment les récuse en l’état, d’être ses membres à part entière.

Je suis sûre que vous vous demandez si je ne suis pas en train de diffamer votre département ou propager des fausses nouvelles. Non Monsieur le ministre, j’ai des sources et c’est à vous en tant que leader et manager de vérifier si je mes propos ne sont pas conformes à la vérité.

A lire aussi…. CRI DE CŒUR DE LA « BELLE DU SAHEL » POUR ÉRADIQUER LA FISTULE OBSTÉTRICALE AU NIGER…

Lisez avec moi ce cri de cœur de ma sœur qui s’indigne tout comme moi contre cette mauvaise diplomatie de votre gouvernement : « Il y’a trois ans une équipe américaine (IOWD) a arrêté de venir au Niger pour opérer les femmes fistuleuses, Pourquoi? Tout simplement parce que le nouveau gouvernement a renoncé au programme. Ces américains n’ont rien demandé en retour, ce sont des médecins spécialistes qui prennent de leur temps, payent leur propre billets d’avion, hôtels, nourriture, déplacement, et même les médicaments pour ces fistuleuses. Le nombre de ses femmes ne fait qu’accroitre, mais il n’y a toujours pas de spécialistes pour aider. D’ailleurs même le gouvernement s’en fou puisqu’elles étaient chassées de l’hôpital National a un moment donné ! ».

IOWD (International Organization for Women and Development), c’est cette ONG américaine qui aidait ces femmes avant qu’on ne leur force la main pour suspendre leur assistance.

C’est dire qu’en vertu de mes pouvoirs, Monsieur le ministre je viens de vous donner suffisamment d’indications pour faire votre propre investigation pour savoir qui a fait quoi et avec qui contre ces femmes abandonnées sans appuis ni secours.

Ces femmes qui en voulant donner la vie se voient rejetées par leurs maris, leur entourage parce qu’à cause de l’incontinence comme conséquence de leur situation ne peuvent plus poursuivre leurs rêves et objectifs dans la vie tant leur handicap les condamne à une vie de réclusion.

Monsieur le ministre, vous conviendrez avec moi qu’il urge d’agir. Incessamment. Je ne doute pas de votre attachement aux valeurs, aux droits humains. Faites quelque chose. Débloquer cette situation. Vous avez le pouvoir de le faire. Soulagez ces femmes. Apportez-leur un peu de joie. Sortez-les de cette prison (ce pavillon).

Mieux, Monsieur le ministre, je pense que ce ne serait pas la mer à boire pour songer à moyen ou longtemps termes à un hôpital de référence pour les fistuleuses.

Et si vous trouvez tout cela très onéreux alors pourquoi ne pas chercher ou profiter de ce raccourci avec ces américains spécialistes de ce fléau dont sont victimes des femmes nigériennes ?

Je vous laisse Monsieur le ministre avec l’espoir que vous prendrez soin de ce dossier qui intéresse les nigériens des villes comme ceux des villages.

Oumou Gado