Qu’est-ce qui a motivé votre candidature à la tête de la ligue de Niamey ?

Je remercie l’ONEP de me donner l’occasion de parler de ma candidature à la tête de la ligue de football de Niamey. Ma candidature est motivée par la passion que j’ai toujours eue pour le football. J’ai moi-même été footballeur quand j’étais jeune, et je continue toujours à aimer le football. J’ai visité la ligue de Niamey, et j’ai constaté que c’est une ligue qui est totalement morte ; elle est en hibernation. Je me suis dis que je dois apporter ma petite contribution en me présentant comme candidat à la présidence aux élections du 10 octobre prochain. Je voudrais que la ligue de Niamey soit une ligue de la capitale, une très grande ligue. La ligue de Niamey est une ligue qui ne mérite pas de vivre ce qu’elle vit aujourd’hui.

Avez-vous fait le diagnostic complet de la situation de la ligue régionale de football de Niamey ?

Bien sûr ! J’étais très déçu quand je me suis rendu au stade Municipal de Niamey pour voir les bureaux de la ligue de Niamey. J’ai trouvé une petite chambrette dans laquelle se trouve un monsieur, Hama, à qui il faut rendre un vibrant hommage. Toute la ligue de Niamey n’est représentée que par ce monsieur qui est dans cette chambrette avec un petit bureau et un vieil ordinateur. L’administration est absente ; et il n’ya pas de réunions. Les membres du bureau font plus de trois mois sans se réunir. Je me suis dit que cela n’honore pas la ligue de Niamey, et ça ne doit pas être la ligue de Niamey. Je perçois la ligue de Niamey comme une grande ligue, avec des bureaux, et une administration.

On sait que toute candidature qui se veut sérieuse à un tel poste de responsabilité doit être accompagnée d’un plan d’action. Peut-on avoir une idée de votre programme d’action ?

Il est évident que j’ai un plan d’action. J’ai prévu beaucoup de paramètres qui permettront à la ligue de Niamey de sortir de son hibernation. Nous allons réveiller cette ligue en organisant d’abord son administration. Si Dieu nous donne la chance d’être élu, nous allons nous atteler à trouver d’abord des bureaux, à trouver du matériel de bureau, à mettre les gens au travail pour une administration en bonne et due forme ; à nommer un Secrétaire général à qui il faut faire un contrat de travail conformément aux statuts de la FENIFOOT.

Nous projetons aussi de recruter un financier qui va s’occuper des fonds de la ligue, et à qui nous allons établir un contrat de travail en bonne et due forme. Nous allons donner à chacun son cahier de charge. Nous allons également organiser le bureau de la ligue en mettant en place trois commissions qui seront dirigées par les trois vice- présidents : la commission finance et sponsoring sera dirigée par le 1er vice président ; la commission développement technique et compétitions sera dirigée par le 2ème vice président ; et la commission organisation et communication sera dirigée par le 3ème vice président.

Chaque commission aura en son sein deux membres du bureau exécutif de la ligue. Ces commissions travailleront d’arrache pied dans l’exécution des cahiers de charge que nous allons leur confié. Nous allons aussi mettre en place deux commissions techniques : la commission homologations, pénalités et sanctions, qui sera conduite par le Secrétaire général de la ligue ; la commission régionale des arbitres sera dirigée par un ancien arbitre. Nous mettrons également en place une commission d’appel qui sera dirigée par le président de la ligue de Niamey et les trois vice- présidents. Nous avons des objectifs primordiaux sur lesquels nous allons mettre l’accent. Chaque trimestre, nous allons mettre en jeu une coupe pour les clubs de deuxième division de Niamey.

Nous allons aussi organiser un tournoi de mise en jambe avant chaque saison pour les clubs de la première division. Ce tournoi permettra à ces clubs de juger de la forme et du niveau réel de leurs joueurs avant le démarrage du championnat. Nous comptons également négocier auprès de la FENIFOOT l’organisation des matches à Niamey et cela pour deux raisons : d’abord faire intégrer la ligue de Niamey dans le football de la capitale et mettre fin à son absentéisme ; ensuite éviter de pénaliser les clubs par défaut de matériel (manque d’éclairage ou absence d’ambulance). En organisant les matches, nous-mêmes, nous allons pouvoir éviter cela. Non seulement les clubs ne perdront pas leurs matches, mais aussi la ligue de Niamey sera complètement intégrée en organisant les matches.
J’ai pris l’engagement de me battre avec les autres présidents des ligues régionales de l’intérieur du pays pour chercher une solution au problème d’hébergement qui se pose aux clubs. C’est vraiment désolant quand les clubs voyagent. Il ya des clubs qui sont souvent obligés de passer la nuit au niveau des sociétés de transport. Ce n’est pas normal. Nous comptons également nous intéresser à l’organisation des Tournois des Grandes Vacances(TGV). Les TGV sont une occasion que la ligue ne doit pas rater. Elle doit les organiser et les canaliser. C’est dans ces TGV que les clubs peuvent détecter de bons talents. Les TGV, c’est le football qui se joue à Niamey, et la ligue est là pour le football de Niamey. Donc la ligue doit marquer sa présence là où se joue le football à Niamey. Enfin en ce qui concerne le football féminin, nous allons tout faire pour organiser des clubs, même si c’est par district, pour faire une sélection de la ville de Niamey. Nous allons donc mettre un accent sur le football féminin.Votre programme est très ambitieux. Or, il se trouve que les ligues régionales végètent dans la plus grande précarité. Comment compter vous procéder pour mobiliser les sponsors autour de votre programme d’action ?

Les sponsors, il faut les chercher. Et il faut savoir comment les chercher. Si nous envisageons d’organiser une coupe par exemple ; alors c’est à nous d’aller vers les sponsors pour leur expliquer comment ce tournoi peut leur apporter, peut les aider à vendre leurs produits, en affichant leurs pancartes, etc. Ils ont des fonds qui sont destinés à ce genre de publicités. Et leur objectif c’est d’arriver à toucher le maximum de personnes ; et quand vous venez au stade, il ya beaucoup de personnes. Donc c’est une très bonne occasion que nous leur offrons de venir exposer leurs produits. Ils gagnent, et nous aussi nous gagnons.Est-ce que vous avez un message particulier à l’endroit des délégués des clubs qui seront à l’assemblée générale du 10 octobre prochain ?

Je dis aux clubs de D1 et de D2 de Niamey que j’ai une très grande ambition pour la ligue de Niamey. J’ai été président de la section Football de l’AS Douanes pendant deux mandats, et j’ai gagné la première coupe FDS. Je suis connu dans le milieu de notre football car cela fait longtemps que je suis dedans. Je demande aux clubs de m’accorder leurs suffrages et d’avoir confiance en moi. Je ferai tout pour enlever la ligue de Niamey de cette hibernation. Je chercherai tous les moyens possibles pour que la ligue de Niamey ne soit plus dans cette situation dans laquelle elle végète aujourd’hui. Je ferai également tout mon possible pour que la ligue soit présente dans tout le football qui se joue dans la région de Niamey.
Oumarou Moussa(onep)
lesahel.org