Le Groupe Africain d’Expertise en Communication (GAEC) a organisé, du 7 au 14 août dernier à N’Djaména au Tchad, une rencontre internationale sur les Médias et la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo saharienne. Outre les échanges sur le rôle des médias dans la lutte contre ce fléau, cette rencontre a été surtout marquée par deux actes majeurs: la remise du prix des médias africains pour le leadership et la paix au président Idriss Déby Itno d’une part, et la distinction de notre confrère Moussa Aksar, directeur de publication du bi-hebdomadaire L’Evénement, d’autre part.

Si la première personnalité, le Président Déby, a été honorée par les médias africains pour son leadership et l’engagement de son pays dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, notre confrère Aksar a lui été distingué pour le traitement des questions liées au terrorisme. Le GAEC a distingué le directeur de publication de l’Evénement pour son professionnalisme dans le traitement des questions de terrorisme, mais aussi et surtout pour son militantisme et les actions citoyennes qu’il a initiées. En effet, Moussa Aksa est l’initiateur du téléthon en faveur des Forces de Défense et de Sécurité (FDS).

Pour rappel, ce téléthon a permis de mobiliser un peu moins de deux (2) milliards de francs CFA (1.811.320.444 F exactement) en espèces et en nature pour soutenir les soldats nigériens en lutte contre la secte Boko Haram et le terrorisme en général. Cette idée a également sous-tendu la marche républicaine du 17 février 2015 au cours de laquelle les citoyens nigériens sont sortis massivement pour condamner le terrorisme et exprimer leur soutien au Chef de l’Etat et aux Forces de Défense et de Sécurité dans la lutte contre le terrorisme.

C’est pour toutes ces actions que le GAEC a distingué Moussa Aksar. C’est pourtant avec modestie qu’il apprécie cette distinction.  »Je dédie ce prix d’abord aux Forces de Défense et de Sécurité pour leur courage et leur détermination qui font que nous dormons tranquillement. Ensuite à la presse nigérienne qui fait un traitement professionnel de cette question très délicate. Mais le mérite revient surtout au chef suprême des Armées, le Président de la République Issoufou Mahamadou qui a anticipé sur ces événements. Je pense que c’est ce qui a permis de faire du Niger un îlot de paix au milieu d’un environnement trouble avec ce qui se passe au Nigeria, en Libye et au Mali », a-t-il dit. Pour Moussa Aksar, la lutte contre le terrorisme exige de nous tous un comportement citoyen responsable.

Il faut enfin noter que la rencontre de N’Djaména a réuni des journalistes et responsables des médias venus de quatorze pays africains dont le Niger, le Tchad, le Burkina Faso, la Guinée équatoriale, le Mali, le Gabon, le Cameroun, le Sénégal ainsi que des médias de la diaspora. Notre confrère a reçu le prix au même titre que deux hommes de médias tchadiens (dont un blessé sur le front) spécialisés sur les questions liées au terrorisme. Moussa Aksar a effectué plusieurs reportages sur le front (au Mali, à Diffa et au Nigeria) aux côtés des FDS nigériennes en opérations. Ce qui fait que plusieurs médias étrangers requièrent ses analyses sur les questions de sécurité et du terrorisme au Sahel.

Siradji Sanda (onep)

Niger Inter

GRATUIT
VOIR