Les spécialistes des maladies psychologiques ou psychiques nous renseignent que la fatigue peut être l’expression de maladies diverses et variées. Cependant, il peut arriver qu’un état de fatigue soit tout simplement lié à une activité physique ou intellectuelle exagérée. Alors, dans un tel cas, tout soupçon de maladie est écarté, il suffit que le sujet se repose bien et tout rentrera en ordre. Toutefois préviennent les praticiens, si malgré le repos une fatigue ne cède pas, ne disparaît pas, il est normal qu’on commence à se poser des questions…
Selon les spécialistes, une fatigue persistante, sans raison apparente, ne doit pas être négligée. Il est vivement conseillé de consulter un médecin afin de rechercher une cause et instituer ainsi le traitement qui s’adapte au cas décelé.
De manière générale précisent les praticiens, la fatigue s’accompagne de certains signes subjectifs tels que le manque de ressort, le manque de dynamisme, une perte d’initiative et d’intérêt. La personne fatiguée a des difficultés à poursuivre une activité, est irritable, incapable de résoudre des problèmes complexes. Son comportement est moins rationnel et sa capacité de jugement est diminuée. Si c’est chez un enfant, on va remarquer une baisse de rendement scolaire.

Lorsqu’un état de fatigue est pathologique, c’est-à-dire qu’il annonce une maladie, les spécialistes indiquent que les causes peuvent être multiples. Mais toujours est-il que les divers signes des maladies liées à la fatigue peuvent être répertoriés en deux grands groupes : les affections (maladies) récentes et les affections chroniques. C’est ainsi, nous renseignent les praticiens que, dans la plupart des affections d’installation récente (affection aigüe), la fatigue s’intègre à un ensemble de signes qui orientent le diagnostic. C’est l’exemple de l’accès palustre ou de la grippe.
Pour le cas des affections chroniques, c’est-à-dire traînante, les techniciens disent que la fatigue prend toute sa valeur car elle peut être le seul signe évident de la maladie. Et c’est notamment l’examen du malade, les examens de laboratoire et la radiologie qui vont aider à retrouver la maladie en cause dans cette situation de fatigue. Certes précisent les spécialistes, toutes les maladies chroniques, qui reviennent régulièrement, presque indéfiniment, fatiguent. Cependant certaines doivent être recherchées systématiquement car elles sont plus fréquentes. Et dans le lot on cite le cancer, l’hépatite, la typhoïde, la brucellose, le paludisme, la tuberculose, l’anémie (manque de sang dans l’organisme) ou toute carence nutritionnelle si elle est sévère, les maladies des glandes endocrines, l’insuffisance surrénalienne.
Les praticiens tiennent aussi à indiquer qu’on retrouve l’état de fatigue dans les maladies mentales. Elles sont souvent associées à une anxiété, une irritabilité, un état de tristesse, une insomnie, des palpitations, des difficultés à se concentrer, des troubles sexuels ou alimentaires. Les praticiens indiquent que cette fatigue est généralement plus importante le matin que le soir. Les affections en cause sont les syndromes dépressifs. A noter également le fait que certaines intoxications médicamenteuses donnent la fatigue.

Issaka Saïdou

Niger Inter

GRATUIT
VOIR