Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou a effectué jeudi 22  et vendredi 23 octobre 2015 une visite de travail à N’Gourti et Jaouro (Agadem), dans la région de Diffa.

SEM Issoufou Mahamadou était accompagné dans ce déplacement, des députés nationaux dont le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, M. Daouda Mamadou Marthé, du Ministre Directeur de Cabinet du  Président de la République M. Mahamadou Ouhoumoudou, des membres du Gouvernement et des Ambassadeurs accrédités au Niger.

A N’Gourti jeudi, le Chef de l’Etat a prononcé un important discours devant les populations venues nombreuses l’accueillir.

La sécurité, les réalisations dans le cadre du Programme de Renaissance du Niger, l’exploitation pétrolière dans cette région et les élections générales en 2016, ont, entre autres, été développées par le Chef de l’Etat.

En ce qui concerne la sécurité, le Président Issoufou Mahamadou a affirmé que « l’Etat est présent ici, notamment pour assurer votre sécurité et celle de vos biens dans un contexte régional caractérisé par l’existence  des menaces d’organisations terroristes et criminelles ainsi que des conflits intercommunautaires ».

Evoquant la liaison étroite qui  existe entre sécurité et développement, le Chef de l’Etat a souligné que, depuis bientôt cinq ans, le Gouvernement  s’efforce de tenir les promesses du programme de renaissance dans tous les secteurs du développement économique et social.

Il a ajouté que « la sécurité et le développement ont un autre compagnon : la démocratie », affirmant qu’il attache beaucoup de prix à l’organisation des prochaines élections présidentielle, législative et locale.

Peu après, le Président de la République a rencontré les Forces de défense et de Sécurité (FDS) à qui il a exprimé sa fierté et celle du peuple du Niger « pour tous les efforts qu’ils déploient chaque jour dans le cadre de la surveillance de nos frontières, la sécurisation des personnes  et de leurs biens, dans un contexte particulier de guerre asymétrique. »

« Je me réjouis personnellement de la détermination avec laquelle vous accomplissez vos missions », a dit le Chef de l’Etat, qui a saisi cette occasion pour assurer les éléments des FDS de l’engagement du Gouvernement à créer les meilleures conditions de vie  pour eux-mêmes et leurs familles et de travail en mettant à leur disposition davantage de moyens de combats appropriés. »

Le Chef de l’Etat les a par ailleurs encouragés à « persévérer dans la voie de l’excellence pour contenir les forces obscurantistes. »

Vendredi matin, le Président Issoufou Mahamadou a visité les Champs pétrolifères d’Agadem notamment le centre de traitement de pétrole brut.

A l’issue de cette visite, le Chef de l’Etat s’est déclaré « très impressionné par la qualité  des installations de la CNPC (China National Petroleum Company) et la compétence des agents, chinois et nigériens,  qui travaillent sur ces installations »

Ces installations constituent le symbole de « la coopération très forte et stratégique entre le Niger et la Chine », a dit le Chef de l’Etat, précisant qu’il s’agit d’une coopération gagnant-gagnant.

SEM Issoufou Mahamadou a indiqué que c’est dès maintenant qu’il faut préparer l’après pétrole, en mettant en œuvre des actions en faveur du peuple nigérien, « ce que nous sommes en train de faire. »

En effet, le Gouvernement prépare l’après pétrole en injectant les ressources puisées du pétrole dans les infrastructures, l’éducation, l’agriculture, afin que les nigériens puissent nourrir les nigériens, a-t-il affirmé.

« Nous n’allons pas commettre les erreurs des pays pétroliers qui ont abandonné un certain nombre d’activités et qui sont devenus totalement dépendants du pétrole », a expliqué le Chef de l’Etat.

« Nous ne voulons pas que l’exploitation du pétrole au Niger soit une malédiction comme cela a été le cas dans d’autres pays », a dit le Président de la République, soulignant que cette ressource  doit profiter au peuple nigérien.

En injectant les ressources tirées du pétrole dans les secteurs comme les routes, le chemin de fer, l’énergie, l’agriculture, l’éducation, la santé, l’accès à l’eau, on aura créé les conditions du progrès du Niger et ainsi,  le pétrole ne sera pas une malédiction au Niger, a-t-il conclu.

Alilou Abdourahmane