Le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Sécurité Sociale, M. Salissou Ada a animé hier, un point de presse sur la mise en œuvre de l’accord de coopération entre le Niger et l’Arabie Saoudite, relatif au recrutement de la main d’œuvre nigérienne. Au cours de cette sortie médiatique, le ministre Salissou Ada a donné des éclaircissements sur le processus de recrutement des Nigériens. Il a également souligné l’opportunité d’emploi que présente ce recrutement pour le Niger. Ce recrutement servira de palliatif pour développer l’économie et créer de nouvelles activités génératrices de revenus, moyen essentiel pour lutter contre la pauvreté et l’oisiveté. Le point de presse s’est déroulée en présence de ses proches collaborateurs, des responsables du Bureau Nigérien pour le Placement de la Main d’œuvre, des acteurs de la société civile et de plusieurs invités.
Lors de la dernière visite officielle de travail et d’amitié du Président de la République, Chef de l’Etat au Royaume d’Arabie Saoudite du 10 au 14 mai 2015, plusieurs aspects de la coopération bilatérale entre les deux Pays ont été examinés afin de leur donner une nouvelle dynamique. Selon le ministre Salissou Ada, c’est dans cet esprit que le gouvernement saoudien a réaffirmé sa volonté de développer davantage les relations d’affaires avec le Niger, pays frère et ami. «Le gouvernement saoudien a particulièrement exprimé son désir d’accueillir sur son territoire, des travailleurs nigériens pour qu’ils viennent y travailler, et que cette opération soit bénéfique pour les deux pays », a-t-il déclaré.

Pour M. Salissou Ada, la volonté des autorités saoudiennes a reçu une réponse favorable auprès du gouvernement nigérien. C’est ainsi que les deux parties ont signé le 05 juin 2015 à Genève, en Suisse, l’accord de coopération relatif au recrutement de la main d’œuvre nigérienne. A la suite de cet accord, « la Compagnie de Recrutement de droit saoudien (Saudian Man Power Solution.Co : SMASCO) et les services techniques de mon département ministériel ont engagé des pourparlers, d’abord à Niamey du 22 au 26 juin 2015, en présence de l’ambassadeur du Niger en Arabie Saoudite, puis du 10 au 17 juillet 2015 à Riyad, suite à une visite de travail que nous avons personnellement conduite dans ce Pays », a clarifié le ministre. Selon lui, l’objectif de la mission était de créer les conditions d’une mise en œuvre efficace dudit accord; de créer un cadre permanent d’échange et de concertation permettant de surmonter les difficultés éventuelles; d’examiner les différents types de contrats à établir (propositions salariales et avantages, congés, transfert des économies des travailleurs) et de constater les conditions de travail en Arabie Saoudite des expatriés recrutés par SMASCO.
Ces objectifs visent selon le ministre Salissou Ada à garantir les conditions d’un travail décent pour la main d’œuvre nigérienne. Ainsi, toutes ces rencontres ont créé les conditions de lancement de l’opération de recrutement des Nigériens désirant travailler en Arabie Saoudite, par la compagnie SMASCO, opération dans laquelle l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi (ANPE) et la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) sont parties prenantes.
Les deux parties ont convenu, conformément aux textes en vigueur, de confier la gestion des opérations d’embauche uniquement à l’ANPE, avant toute implication des particuliers. Sur la base des besoins exprimés par SMASCO, «nous avons instruit l’ANPE pour qu’elle procède à l’ouverture des opérations de recrutement qui concernent 1.000 domestiques (ou femmes de ménage) ; 1.000 chauffeurs poids légers; 200 chauffeurs poids lourds ; 100 jardiniers ; 500 infirmières et 100 bergers. Soient 2.900 personnes. Ces recrutements se feront sur toute l’étendue du territoire national. La première phase de l’opération est déjà lancée par l’ANPE le 6 août dernier, et va concerner 1.200 chauffeurs poids lourds et poids légers et 1.000 femmes de ménage » a-t-il informé.
Il faut noter que dans les clauses du contrat selon le ministre Salissou Ada, les femmes recrutées habiteront dans des dortoirs sécurisés. L’ensemble des employés circulent librement dans le pays d’accueil avec leurs pièces d’identité. Il a également dit que, les clauses du contrat seront revues chaque année. Le directeur général de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi (ANPE) présent au point de presse a présenté à travers plusieurs points que le recrutement se déroule dans de bonnes conditions et suscite un engouement.

lesahel.org