Chassé du gouvernement comme un malpropre, Amadou Boubacar Cissé (ABC) a trouvé un point de chute au niveau du Front Patriotique Républicain (FPR), la nouvelle appellation de l’opposition politique nigérienne. A vrai dire, on s’y attendait plus tôt, dès les premières heures de son limogeage, mais son parti, l’UDR-Tabbat, restait toujours membre de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN).

Finalement, ABC prit ses clics et ses clacs pour rejoindre ses anciens amis d’infortune de la malheureuse aventure de l’ARN (Alliance pour la Réconciliation Nationale) créée en 2011 en vue de barrer la route au candidat du PNDS/Tarayya, Issoufou Mahamadou. En effet, dans une déclaration rendue publique la semaine écoulée, le bureau politique de l’UDR-Tabbat annonce son départ de la MRN.

A l’occasion du lancement officiel du programme politique du candidat de l’UDR-Tabbat aux élections présidentielles de 2016, le week-end dernier, ce fut les grandes retrouvailles entre anciens naufragés de l’ARN au Palais du 29 juillet de Niamey. ‘’Le challenger du Président Issoufou en 2016’’ avait voulu voir les choses en grand pour ce lancement officiel, d’importants moyens matériels et financiers ayant été déployés afin de donner un éclat particulier à la cérémonie à la gloire d’ABC Le Grand. De toutes les localités du pays, des gens étaient venus pour le ‘’wankan saraouta’’ (investiture) d’ABC Le Grand. Naturellement, les invités d’honneur à ce spectacle digne d’un cirque dominical mexicain n’étaient autres que ces ‘’tchalé-tchalé’’ (clowns) de l’ARDR ou du FPR qui prenaient des vessies pour des lanternes dont toute la force réside dans ce que l’on appelle leur CP (Capacité de Nuisance).

Tour à tour, ces tchalé-tchalé du FPR rivalisaient dans la danse du ventre pour chanter les louanges d’ABC Le Grand, tel le Roi-soleil en son majestueux château de Versailles au milieu d’une cohorte de courtisans zélateurs dont l’unique rôle était de plaire au maître des lieux ! Ils avaient tous répondu présents, sauf Mahamane Ousmane empêtré à 900 km de Niamey dans son forcing pour tenir son congrès d’investiture, à l’invitation de leur nouvel ami.

Tel Ulysse qui, après quelques années d’exil, regagna enfin le bercail, ABC est enfin de retour parmi les siens d’où il n’aurait jamais dû partir tant il partageait bon nombre de défauts de cette opposition dont l’unité affichée n’est que de façade. En cette matinée dominicale, nous avions assisté, au Palais du 29 juillet de Niamey, à la suprême incarnation de l’hypocrisie politique à son stade le plus achevé avec le triste et affligeant spectacle offert par les animateurs du FPR qui auront, subitement, absous tous les péchés d’Israël dont ils accablaient ABC lorsque ce dernier était au gouvernement. Plusieurs fois, ABC était forcé de sortir de ses gongs pour balayer d’un revers de la main toutes les accusations portées contre lui par l’opposition.

C’était déjà le cas du prêt chinois d’Exim Bank où, malgré les clarifications apportées par ABC au cours d’une conférence de presse s’agissant du montant exact de ce prêt ainsi que les modalités de son octroi, le ministre du Plan qu’il était à l’époque avait été obligé d’aller répondre à une interpellation à l’Hémicycle sur la question.

C’était aussi le cas avec la problématique du surendettement qu’on reprochait à ABC. A ce niveau également, il suffirait de revoir toutes les déclarations de l’ARDR à ce propos. Les images télé de cette cérémonie ubuesque avaient quelque chose de proprement surréaliste, quand ABC, hier encore considéré comme un pestiféré par les leaders de l’ARDR, retrouve de la grâce aux yeux de ces mêmes pourfendeurs, atteints d’amnésie collective ou tout simplement cultivant l’hypocrisie dans toute sa plénitude!

On pouvait se demander au bout du compte qui était véritablement le plus malheureux dans toute cette histoire : des responsables de l’ARDR obligés de se contorsionner pour accueillir un malheureux transfuge de la renaissance, ou ce malheureux lui-même, ou enfin le peuple nigérien qui aura cru, un moment, dans les baratins de ces hommes sans foi ni loi ? A notre humble avis, il faudrait plutôt plaindre le FPR et son nouvel adhérant qui, sans vergogne, buvant le calice de la démagogie jusqu’à la lie, s’illustrent dans un numéro digne d’un vaudeville de campagne !

En se rabaissant dans les égouts de la démagogie politique pour servir sa cause, l’ARDR montre qu’elle n’a strictement aucune suite logique et surtout aucune cohérence dans sa démarche politique. D’ailleurs, ne faudrait-il pas voir justement dans cette ARDR un ramassis de politiciens inconséquents dont les errements ont justement constitué un boulet pour le développement du Niger et ce, depuis des décennies.

Le peuple nigérien mériterait mieux que ce triste spectacle auquel s’adonne aujourd’hui une partie de notre classe politique. La politique étant une chose sérieuse, il faut alors des hommes sérieux pour l’exercer, et non ces pieds nickelés dénués de toute éthique. Au demeurant, ce comportement de l’ARDR vient, une fois de plus, discré- diter l’opposition politique au Niger qui n’ a jamais su incarner une véritable alternative au régime actuel, et c’est bien dommage pou des milliers de Nigériens qui ont cru, un instant, en ces politiciens-là.

OPINIONS N° 278 DU 11 NOVEMBRE 2015