Excellence,

Je reviens à vous après ma première livraison. Cette missive avait certes suscité un débat très passionnant entre vos partisans et vos adversaires. Quant à moi, je suis sidérée de constater que vous n’avez pas essayé de joindre l’acte à la parole.

Il vous souvient excellence que lorsque j’ai appris l’annonce de  votre retour au pays, c’était avec empressement je vous ai prodigué mes conseils de femme et toute mon admiration de vous voir reconquérir les cœurs de vos chouettes  restées au pays dans une longue attente… et abstinence.

Excellence,

Je vous disais ceci dans ma précédente lettre « Contrairement à vous les hommes qui êtes attirés avant tout par la beauté chez une femme, en règle générale le critère d’une femme dans le choix de son homme c’est d’abord la sécurité. La sécurité d’abord au sens de protection. Et cela semble être l’ordre naturel des choses car nous sommes physiquement faibles par rapport à vous les hommes.

Cette réalité vécue dans les sociétés primitives où les qualités guerrières, la force physique attirent les femmes vers les hommes est aujourd’hui encore la même : les femmes sont attirées par les hommes supposés les protéger sur tous les plans ainsi que leur progéniture.

Quand une femme qui comprend cela dit oui à un homme, c’est qu’elle a l’intime conviction que ce dernier est prêt à mourir pour elle. C’est pourquoi, je pense que votre décision de revenir au pays pourrait être une seconde chance pour séduire de nouveau vos épouses car je vous fais la confidence : lorsqu’un homme fui en laissant sa femme,  au féminin nous décodons comme message : Il n’est pas un mâle, ce n’est pas mon homme.

 Si je me réfère aux règles de la séduction, c’est juste pour vous dire ce que j’ai ressenti en tant que femme lorsque vous avez quitté le pays pendant que votre épouse Hadiza était en prison. En me mettant à sa place, j’ai imaginé combien c’est pénible et grave à la fois la situation de vos épouses. » Ces dames abandonnées sans appui ni secours (sentimentalement). Ces résignées et délaissées pendant un an. Ces femmes et ces enfants qui s’interrogent dans leur silence assourdissant !

Excellence,

Quand j’ai appris le meeting du FPR, j’étais très sûre que vous allez venir ce jour-là  car l’occasion était très belle pour descendre à Niamey à la grande joie de vos partisans. Advienne que pourra.

Mais à ma grande surprise, je n’ai même pas eu de vos nouvelles à cette manifestation très pacifique. Mais j’ai retenu un enseignement à ce meeting : lorsque les hommes fuient ou démissionnent, les femmes ont tendance aujourd’hui à ne pas se laisser faire.

C’est justement cette leçon que ma sœur Mme Bayard Gamatié vient d’infliger aux leaders de l’opposition. En effet, dans son intervention – la plus remarquée et la plus engagée du reste – j’ai senti le malaise, le désarroi au sein de l’opposition.

A lire aussi…LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE HAMA AMADOU

Excellence,

Mme Bayard a dit devant Dieu et le peuple nigérien qu’elle est prête au sacrifice ultime pour restaurer la démocratie au Niger ! Vous étiez absent de ce meeting. Mahamane Ousmane, le président du Front était également absent à ce (rarissime) meeting autorisé par les autorités communales.

Je voudrais savoir votre expertise si Mme Bayard est téméraire ou simplement courageuse ? Par la suite,  j’ai appris que cette dame a été élevée au grade de porte-parole du Front patriotique et républicain.

Excellence,

Ce qui donne à redire, ce n’est pas simplement qu’une femelle ose damer le pion aux mâles. Ce qui l’est c’est justement dans notre société où il est malséant que la femme joue ce rôle d’avant-garde face aux hommes de votre facture.

Sinon, je reconnais des qualités à ma sœur Mme Bayard pour le rôle qu’elle a joué dans le combat féministe nigérien au sein de son RDFN de concert avec les autres organisations féminines.

Mais connaissant ma sœur Mme Bayard, je ne crois pas qu’elle serait la Jeanne d’Arc nigérienne ou Saraounia Mangou. Mme Bayard est bien une âme trop sensible pour renoncer à la crème glacée et le confort mondain.

Les mauvaises langues racontent déjà que son « désamour » avec le gurisystème c’est le refus du PR d’accéder à sa demande d’une coquille pleine à la suite du gouvernement d’union nationale.

Excellence,

Je constate que vous donnez raison, à la grande colère de vos partisans,  que votre opposition fait montre trop de laxisme et de lâcheté. Et je crois que le fait que la femme supplante votre leadership, vous avez réussi à vous attirer la méfiance de l’opinion nationale qui commence à entendre des propos comme  opposition sans âme, une opposition conduite par une femme…

Bref, des choses désagréables aux oreilles des militants en cette veille des élections. Et d’ailleurs, à propos de ces élections, votre meeting à éclairer les nigériens sur un fait : vous observeriez soit le cas guinéen ou ivoirien.

Excellence,

Depuis ce meeting, je suis très pessimiste quant à votre retour au pays malgré le chantage ambiant à Niamey. Savez-vous que cette mauvaise stratégie vous fait passer vous et vos partisans comme des grossiers menteurs ?

Très désillusionnée, je ne voudrais plus rien entendre de votre retour. Je ne suis pas sûre également si vos femmes trouveront de plaisir face au mirage de ce retour qui ressemble fort bien à celui du Christ.

Je réitère toute ma commisération à vos conjointes et bébés à qui vous manquez très certainement et aussi à vos partisans qui vous ont piégé en vous faisant porter un boubou apparemment plus large que vos épaules. Celui de la candidature à la présidence de la… République du Niger.

Oumou Gado