Dans sa cabale contre le CEFEB et son refus apparent de participer aux élections générales 2016, l’opposition nigérienne s’est accrochée au préalable de l’audit du fichier électoral encours de finition. Membres à parité avec la majorité dans le recensement et la confection du fichier, le FPR ou l’ARDR se cache derrière cette revendication pour discréditer un travail immense conduit entièrement et pour la première fois par des Nigériens.

En vérité il s’agit d’une manœuvre dilatoire tendant à faire repousser la date des élections et de facto mettre le Président de République dans une situation de violation de la constitution. Si non comment comprendre le rejet d’un travail auxquelles ses représentants ont participé  et tous les nouveaux ont pris part ?

Mais c’est peine perdu.  Le Gouvernement a accepté d’organier cet audit du fichier dans un délai qui n’aura aucune conséquence sur le calendrier des élections.  Un comité national composé de toute la classe politique est  mis en place pour procéder à cet audit avec l’appui technique des partenaires internationaux.  Mais qu’on ne se trompe guère. L’opposition Nigérienne n’est pas prête pour aller aux élections, elle trouvera d’ici là un alibi   pour tenter de bloquer le processus électoral au risque d’augmenter son discrédit vis à vis de l’opinion national et internationale. C’est qui sure le gouvernement se laissera pas diverti.

Le Gardien