Près de la frontière libérienne, des membres des FRCI ont été attaqués par des hommes armés non identifiés dans la nuit de mardi à mercredi. Bilan : au moins six soldats tués, selon plusieurs sources.

Une position de l’armée ivoirienne a été lourdement attaquée par surprise dans la nuit du 1er au 2 décembre, dans la localité de Olodjo (région de Grabo), non loin de la frontière libérienne. Selon plusieurs sources, le bilan provisoire fait état d’au moins 6 tués dans les rangs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), quatre chez les assaillants, et plusieurs blessés.

Au cours de la journée du 2 décembre, les communications étant mauvaise dans cette zone de forêt dense, un hélicoptère a été envoyé sur place pour faire un premier bilan. « L’attaque a été lancée par surprise, les assaillants sont arrivés du côté du Liberia. On a eu des hommes à terre, nous avons fait aussi des morts dans le camp des assaillants », a confié à Jeune Afrique un commandant ivoirien.

Contacté à Abidjan, le ministère de la Défense était injoignable pour le moment. C’est la première attaque dans la région ouest depuis plusieurs mois. Olodjo abrite une caserne des forces spéciales ivoiriennes engagées dans la lutte contre le jihadisme dans le nord du pays.

Baudelaire Mieu

Jeune Afrique