Ce Samedi 26 Décembre, un débat en langue hausa a été réalisé par la télévision Labari sur le fichier électoral et la saisine de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour l’audit de ce fichier. Abdourahamane Ousmane (CFEB), Wada Nafiou (CENI), Daouda Tankama (FPR) et Alpha Issa (RSD Gaskia) étaient les invités à ce débat.

A en croire le représentant du Comité pour l’élaboration du fichier électoral biométrique (CFEB) jamais un fichier n’a été aussi transparent dans son élaboration que l’actuel fichier malgré les récriminations de l’opposition.

D’abord selon ce technicien, conscients de leur serment coranique, les membres du CFEB avaient tenu à honorer leur mandat en respectant le délai qui leur est imparti. Il a expliqué comment ils ont travaillé de bout en bout pour aboutir au résultat actuel. Selon lui, il n’y a aucun doute sur le caractère consensuel de ce fichier en ce sens que les membres se sont partagé  la direction des travaux du Comité par région de manière équitable. Et selon Abdourahamane Ousmane, les représentants de l’opposition qui ont dirigé ces travaux seraient gênés de certains propos de leurs camarades qui ignorent totalement la méthodologie du travail abattu.

Quant au représentant de la Commission électorale  nationale indépendante (CENI), Wada Nafiou (société civile), il a d’abord tenu a précisé qu’il ne s’agit nullement de rejet du fichier par la CENI. Cette dernière voudrait plutôt créer, conformément à ses attributions, les conditions d’une élection apaisée, libre et transparente. Tout comme le représentant du CFEB, celui de la CENI s’est appesanti sur leur serment coranique pour ne pas trahir la confiance du peuple.

Wada Nafiou a dit que la CENI a fait ce recours à l’OIF pour qu’en amont qu’on parte aux élections sans préjugés sur le fichier qui constitue la carte maitresse du jeu électoral. Et il soutient c’est à la CENI qu’il revenait au premier chef de prévenir les conflits électoraux.

Quant au représentant de l’opposition, Daouda Tankama c’est parce qu’il y a des problèmes que l’opposition a demandé un audit indépendant. Et il pense que leur exigence a été prise en compte par la CENI.

 Pour Alpha Issa (MRN), le travail du fichier est consensuel et il pense que l’opposition n’est pas prête à aller aux élections c’est pourquoi selon lui elle joue au dilatoire. Et d’ajouter que d’après le rapport de leurs délégués au sein du CFEB, ils n’ont aucun souci par rapport à l’audit de l’OIF du fichier.

A en croire le représentant du CFEB, l’essentiel des problèmes soulevés par les partis politiques ont été corrigé. Et de soutenir qu’il ne doute pas que les experts de l’OIF valideront le fichier car il estime que personne ne saurait mettre en doute la compétence de son équipe.

Selon Abdourahamane Ousmane l’audit de l’OIF pourrait se faire en une semaine à 10 jours. Et déjà dès ce lundi l’équipe de l’OIF avec les experts nationaux vont se mettre au travail selon le représentant de la CENI.

EMS